Mourir à Mattmark

Le premier billet de cette catégorie consacrée à l’actualité de l’histoire et de sa didactique évoque un ouvrage et un anniversaire qui incarnent ces pans oubliés de l’histoire dont l’occultation et l’ignorance n’aident pas à comprendre le monde tel qu’il a été et tel qu’il est…

Mourir à MattmarkToni Ricciardi, Sandro Cattacin, Rémi Baudouï, "Matmark, 30 août 1965,. La catastrophe", zurich & Genève, Seismo, 2015.

 

Ce billet, publié le 12 août 2015 à partir de la version italienne de l’ouvrage de Toni Ricciardi, a été mis à jour le 30 août 2015 en tenant compte de la version française signée par Toni Ricciardi, Sandro Cattacin et Rémi Baudouï.

Toni Ricciardi, Morire a Mattmark. L’ultima tragedia dell’emigrazione italiana, Rome, Donzelli editore, 2015, 172 pages.

Toni Ricciardi, Sandro Cattacin, Rémi Baudouï, Mattmark, 30 août 1965. La catastrophe, Genève et Zurich, Seismo, 2015, 174 pages.

D’autres informations sur cette recherche sont disponibles sur ici.

L’évocation d’un drame occulté dans une Suisse d’après-guerre en pleine construction de sa prospérité ne manque pas de pertinence pour ouvrir cette rubrique d’actualité autour de l’histoire et de sa transmission. L’année 2015, en Suisse, est déjà bien saturée de commémorations discutables entre batailles (Morgarten, 1315 ; Marignan, 1515) et Restauration (1815). Mais il y a une autre date, cette fois pour un cinquantenaire, dont l’histoire et la mémoire ont beaucoup de sens à la fois pour des victimes trop largement oubliées et pour des enjeux du temps présent, c’est celle du 30 août 1965, une journée noire qui vit un glacier se détacher partiellement pour engloutir 88 travailleurs, dont 56 Italiens, auxquels s’ajoutent de très nombreux blessés qui, tous, se trouvaient ce jour-là sur le chantier du barrage de Mattmark, dans le Haut-Valais.

« La peine qui accable notre canton et notre pays tout entier est immense car il s’agit là, et de très loin, de la plus grande catastrophe survenue sur un chantier alpin.

Il serait donc profondément déplacé d’augmenter encore le chagrin des parents et des amis des victimes ainsi que de notre population en voulant à tout prix préciser des responsabilités qui en fait ne sont que pure imagination.

Les heures tragiques que nous vivons devraient plutôt nous inciter au recueillement et à méditer sur les dangers d’une nature qui ne supporte pas indéfiniment d’être malmenée par le progrès. »

Ces quelques phrases publiées le 31 août 1965 par la rédaction du Nouvelliste, journal quotidien francophone dominant dans le canton du Valais, en disent long, et vite, sur la manière dont cette tragédie allait être traitée. Il n’y est d’emblée question que de fatalité et de danger de la nature, avec juste une petite allusion au fait que c’est le progrès, et lui seul, qui augmenterait ce danger. Ainsi, la mort au travail, la mort du travail, ne serait rien d’autre que le triste prix à payer pour la modernisation d’une société. La presse suisse-romande, et les autorités, rendront bien sûr un vibrant hommage aux victimes, mais aussi aux équipes de secours agissant avec courage sous la menace de nouveaux écroulements. Par contre, certains journaux parmi les plus conservateurs ne manqueront pas de dénoncer en même temps celles et ceux qui, depuis l’Italie, vont réclamer une enquête et un établissement des responsabilités.

Dans ce petit ouvrage fort stimulant, Toni Ricciardi évoque avec raison la catastrophe de Mattmark comme une « Marcinelle oubliée », du nom de ce centre minier belge où une tragédie du travail fit 262 morts, dont une bonne moitié d’Italiens, le 8 août 1956. Mais ce drame haut-valaisan n’était pas seulement « annoncé » par l’histoire mouvementée de ce glacier instable. Le terrible souvenir d’une autre tragédie évitable, celle de l’énorme glissement de terrain du barrage de Vajont qui fit quelque 2’000 victimes dans les villages en aval le 9 octobre 1963 près de Belluno en Italie hantait en effet des ouvriers dont certains venaient justement de cette région.

Ricciardi nous propose un récit centré notamment sur des témoignages de survivants, non sans insister en même temps sur les narrations proposées à l’époque par des médias très présents et plutôt novateurs dans leur manière de couvrir les faits au plus près du vécu des protagonistes. Ces paroles d’ouvriers sont particulièrement intéressantes. Elles nous aident à nous plonger dans la brutale réalité de ce chantier, même avant la catastrophe. Car le danger du travail sur ce site était constant, et ils sont plusieurs à avoir disparu à Mattmark avant ce 30 août 1965 sans même que le glacier de l’Alallin y soit pour quelque chose. D’autres y ont été blessés, comme Salvatore, qui perdit même une jambe à cause d’une infection (p. 62 de la version italienne). Dans ces récits du froid extrême, de la force si dangereuse de la nature, il ne faut pas oublier non plus que ce danger constant est largement amplifié par la pression du temps qui passe et des étapes de construction qu’il faut franchir dans les délais prévus. La modernité écrase les hommes et exige de l’efficacité. La lecture de leur témoignage nous plonge dans une horreur à l’ampleur inattendue. Mais elle nous signale aussi ce que l’auteur souligne avec raison : la Suisse de cette époque était un espace où la mort au travail, la mort du travail, sévissait tout particulièrement faute d’une politique suffisante de protection des travailleurs.

L’un des éléments cardinaux du sens pris par cette catastrophe dans le contexte helvétique se retrouve dans le discours emblématique prononcé par le président de la Confédération Hans Peter Tschudi lors de la cérémonie funèbre du 9 septembre à Saas-Grund. En effet, ce président-là est une personnalité emblématique qui incarne la ligne modérée et de concordance suivie par les représentants de la gauche au gouvernement. Il n’est donc pas anodin qu’il ait justement exprimé l’espoir « que le chagrin commun nous rapproche et nous permette de mieux nous comprendre » (cité p. 96 de la version italienne). Il met ainsi l’accent sur le deuil, l’hommage, mais aussi, ce qui n’est pas anodin, une forme de reconnaissance de l’apport des travailleurs immigrés à l’édification d’un ouvrage qui améliorera la vie de toute la population.

Si cette étude de Ricciardi  est vraiment bienvenue, et s’il est réjouissant qu’elle soit aussi disponible en français et en allemand, il y a lieu de regretter ses quelques imprécisions de détail, partiellement rectifiées dans la version française. Par exemple, l’historien Hans Ulrich Jost n’est pas J.H. Ulrich (p. XIII de la version italienne), et un conseiller fédéral ne pose pas de questions à l’assemblée fédérale : si jamais, il y répond, ou alors, comme le conseiller aux États schaffhousois Kurt Bächtold, il n’est pas conseiller fédéral (p. 144 de la version italienne). En outre, une interprétation comme celle qui met en avant l’importance pour la société suisse d’avoir vécu une tragédie concernant aussi bien des ouvriers migrants que des ouvriers suisses est bien sûr intéressante. Mais elle mériterait une véritable enquête croisée pour mieux comprendre les raisons pour lesquelles il aura fallu tant de temps, après l’issue calamiteuse du procès intenté aux responsables du chantier de Mattmark, pour que des progrès, encore insuffisants, se réalisent enfin en Suisse en matière de sécurité au travail. De même, nous ne savons pas, nous dit l’auteur dans sa conclusion (p. 159 de la version italienne), quel rôle a joué cette catastrophe dans le refus des initiatives xénophobes de ces années. Dès lors, est-il si évident que cela que le drame de Mattmark ait transformé le regard de la population suisses sur ces travailleurs étrangers ? C’est peut-être vrai dans les regards d’aujourd’hui sur les Italiens, mais non sans que d’autres préjugés identitaires portent désormais sur d’autres catégories de migrants. Là encore, un prolongement de l’enquête, notamment dans les sources syndicales, serait tout à fait intéressant pour le confirmer, l’infirmer ou le nuancer.

Dans son prologue, l’auteur se demande si la Suisse existe vraiment et il évoque quelques aspects de la construction délibérée de son « identité ». Sa manière de traiter cette question est un peu rapide, mais elle évoque à juste titre l’usage symbolique de la montagne pour forger tardivement cette identité nationale. Or, l’énergie hydraulique, si elle vient bien de la montagne, est surtout destinée aux cités et aux industries de la plaine. Paradoxalement, la tragédie de Mattmark nous prouve à sa manière que l’État moderne helvétique existe bel et bien. À tel point que l’on peut même se demander s’il existerait sans Mattmark.

Charles Heimberg

Voir aussi ce billet.

 

Post Scriptum

La plaque commémorative qui a été inaugurée sur place le 30 août 2015 prolonge en quelque sorte l’occultation des responsabilités et l’idée de fatalité de la mort du et au travail :

Plaque commémorative de Mattmark, 30 août 2015Source : swissinfo.ch

Traduction :

« À 50 ans de la Tragédie, dans le souvenir pérenne de 88 Hommes, disparus en travaillant à la réalisation d’une œuvre grandiose qui a assuré l’avenir et le progrès.

Mattmark, 30 août 2015 »