Pour une approche historico-didactique des disciplines et savoirs scolaires

Les didactiques disciplinaires étudient en particulier, en situation scolaire, les possibilités et le développement effectif de l’enseignement et apprentissage des savoirs à partir d’une transposition didactique qui transforme ceux qui sont de référence en des savoirs à enseigner et à apprendre. Inscrit dans le présent et dans l’avenir, ce travail empirique met à jour des enjeux et des débats concernant les finalités axiologiques de la transmission de ces contenus disciplinaires et portant aussi bien sur les prescriptions et les ressources pédagogiques que sur le travail enseignant ou l’expression des élèves. Sa dimension disciplinaire fait écho à la fonction organisatrice des regards spécifiques à chaque discipline présente au sein de l’école pour la construction d’un point de vue critique sur le monde contemporain et d’une possibilité d’émancipation par les savoirs et leur apprentissage.

Foncièrement comparative, l’enquête historienne interroge le changement et les différences en fonction d’une diversité de temporalités. Ainsi, la connaissance des dissemblances et des proximités entre passé et présent éclaire à sa manière la complexité du présent et contribue à l’exercice d’un regard dense sur les problèmes qu’il affronte. Aussi est-il intéressant pour toute didactique disciplinaire d’examiner et prendre en compte l’histoire de sa discipline de référence, tant au point de vue de sa constitution académique qu’se de celui de a transposition snt de vue de sa constitution et de son affirmation académiques que de celui de a transposition sà celui de sa transposition didactique dans le champ scolaire. Il s’agit également d’étudier, en les replaçant dans leurs contextes, les débats politiques ou pédagogiques qui ont pu caractériser cette discipline à partir de ses usages publics, soit de ses expressions dans la société, avec toujours l’idée d’une mise en perspective de problèmes qui sont affrontés dans le présent à partir de cet examen du passé.

L’approche historico-didactique des disciplines et savoirs scolaires se développe sur plusieurs échelles qu’elle prend simultanément en considération. Ses questionnements portant sur une discipline scolaire sont ainsi reliés à ceux qui concernent l’ensemble du projet éducatif. Ils interrogent les progressions cognitives dans chaque discipline scolaire pour voir dans quelle mesure des savoirs qui sont de même nature, mais pas de la même complexité, sont proposés aux élèves tout au long de leur scolarité. Ils s’intéressent aussi aux manières spécifiques d’appréhender et développer les savoirs de la discipline d’un contexte culturel à l’autre. Enfin, toujours entre passé et présent, ils concernent les modalités d’apprentissage, l’espace d’initiative laissé aux élèves, la place réservée aux débats dans la construction des savoirs et l’importance relative, dans ce contexte, de la dimension émancipatrice par rapport à la dimension reproductrice de l’institution scolaire.

L’une des meilleures illustrations de cet intérêt d’une approche historico-didactique des disciplines et savoirs scolaires concerne la récente remise à jour par des didacticiens comme Jean-Pierre Astolfi de l’élémentation des savoirs, concept conçu par les révolutionnaires français pour mettre rapidement en application le droit de tous à l’instruction publique primaire [1]. Le fait qu’il ait fallu un siècle pour appliquer effectivement ce principe ne change rien à l’intérêt, dans le présent de leur action, des objectifs poursuivis par Lakanal et Condorcet. Cette conception de la déconstruction des savoirs non pas comme une abréviation, qui coupe et réduit la matière indistinctement, mais bien plutôt un processus qui présente les éléments fondamentaux des savoirs à partir desquels ils puissent être reconstruits dans le cadre scolaire se révèle un outil fécond dans le temps présent pour l’ensemble des didactiques disciplinaires.

Une autre piste féconde concerne l’intérêt renouvelé depuis une trentaine d’années pour les travaux du psychologue cognitif Lev S. Vigotsky, auteur d’une théorie de l’apprentissage qui met en évidence les conditions et les possibilités, en situation scolaire, d’un passage de conceptions naturelles et spontanées vers des conceptions scientifiques [2]. Cette théorie du développement se caractérise aussi par la mise en exergue de sa dimension sociale et collective, ainsi que par une incitation à toujours situer les problèmes à résoudre par la mobilisation de concepts scientifiques à une juste distance qui rende possible l’apprentissage.

Parmi d’autres sources qui pourraient être prises en considération, les révolutionnaires français, les socialistes utopiques, les courants libertaires, les concepteurs de l’école républicaine, les rationalistes, les protagonistes de l’éducation nouvelle ou encore les promoteurs de l’école unique constituent par exemple des références à partir desquelles développer cette approche historico-didactique, en lien étroit avec l’histoire spécifique de chaque disciplines scolaire.

L’un des enjeux scientifiques de cette approche concerne le concept de changement et les notions de rupture et de continuité. À partir d’enquêtes qui ont montré la résistance dans le champ scolaire de notions n’ayant plus cours dans les recherches académiques (comme par exemple les stéréotypes savants, ces notions établies il y a bien longtemps dans le monde académique, largement récusées aujourd’hui dans ce même monde, mais qui persistent envers et contre tout dans la sphère scolaire, notamment dans les manuels, à l’image de la fameuse pyramide féodale qui est censée illustrer l’organisation de la société féodale), la question se pose du rythme du changement et des résistances auxquelles il donne lieu dans les pratiques scolaires.

Deux recherches en cours sont à signaler qui ont à voir avec l’approche historico-didactique. Celle d’Aurélie de Mestral étudie la transformation et l’évolution des savoirs scolaires en histoire, des années 1830 aux années 1990, dans trois cantons suisses romands – Genève, Vaud et Fribourg -, sous l’angle des manuels, des ressources, des plans d’études et des prescriptions [3]. Celle de Jean-Charles Buttier et Nora Kohler, d’abord initiée par Federico Ferretti [4], travaille sur l’œuvre de James Guillaume, notamment pour le Dictionnaire pédagogique dirigé par Ferdinand Buisson dans lequel il a joué un rôle clé. Elle interroge aussi l’actualité des contenus du Dictionnaire, et leur écho parmi des enseignants d’aujourd’hui, notamment sous l’angle de la neutralité scolaire.

Charles Heimberg (Université de Genève)

[1] Jean-Pierre Astolfi, La saveur des savoirs. Disciplines et plaisir d’apprendre, Issy-les-Moulineaux, ESF Éditeur, 2008.

[2] Voir par exemple Michel Brossard & Jacques Fijalkow (dir.), avec la collaboration de Serge Ragano & Laurence Pasa, Vygotski et les recherches en éducation et en didactique, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2008.

[3] Cette recherche est menée dans le cadre d’une recherche Sinergia‐FNS nationale intitulée Transformation des savoirs scolaires depuis 1830 et d’une Équipe de recherche (suisse-romande) en histoire des disciplines scolaires (ÉRHIDIS) : https://erhidis.wordpress.com/equipe-de-recherche/, consulté le 4 octobre 2015.

[4] Voir https://www.unige.ch/fapse/edhice/recherche-fns-educ-publique-pedago-libertaire/, consulté le 4 octobre 2015.