Du bon usage de la Résistance…

par Cécile Vast (docteure en histoire), le 14 novembre 2015

Sans doute, dans les jours à venir, et déjà maintenant, les usages de la Résistance risquent-ils de se multiplier. Quelques précautions et beaucoup d’humilité s’imposent pourtant. Si l’histoire peut aider à comprendre et à mettre en perspective les événements du présent, les expériences du passé ne permettent pas toujours d’apporter les réponses et les certitudes dont nous avons besoin aujourd’hui. Il faut essayer de se garder des fausses analogies, des similitudes trompeuses et des schémas explicatifs traditionnels qui, certes, rassurent, mais qui, parfois, ne suffisent pas, ne suffisent plus.

L’expérience de la Résistance, si elle peut nous aider à trouver des clés de lecture, c’est peut-être moins dans l’illusion de la répétition, que dans quelques-unes des valeurs qu’elle a tenté de défendre, de préserver, d’inventer et de développer. « Si la Résistance fut vraiment, elle survit et survivra sous d’autres avatars », écrivait Alban Vistel dans Héritage spirituel de la Résistance (Lyon, Lug, 1955, p. 62).

Il est naturel que nous cherchions des réponses aux inquiétudes du présent dans le passé, et en particulier dans les expériences des guerres du siècle dernier. Le 17 juin 1940, confronté à l’effondrement de la France, Edmond Michelet diffuse de longues citations de Charles Péguy dans l’un des tout premiers tracts clandestins. Mais ce que les expériences du passé nous apprennent aussi, c’est que le futur est imprévisible, inconnu, impensé.

Ce que peut nous apprendre l’expérience de la Résistance, au-delà des valeurs de courage, de lucidité, de liberté, d’unité, de refus de la violence et de concorde, c’est que l’appréhension d’une situation nouvelle, inédite – à défaut d’une explication immédiate – passe par l’invention. En 1956, interrogée par ses camarades de déportation sur la situation en Algérie, Germaine Tillion les invitait précisément à inventer :

« Il existe des devoirs simples, cruels mais simples. Pour nous il y a quinze ans le devoir s’est présenté sous cet aspect-là. Rien n’est moins “simple” que l’épreuve d’aujourd’hui, et soyez sûres qu’elle n’est “simple” pour personne, sauf peut-être pour quelques cervelles microscopiques, d’ailleurs équilibrement distribuées de part et d’autre de toutes les frontières. »

(« L’Algérie en 1956 », in Voix et Visages n°53, septembre-octobre 1956, revue de l’Association des Déportées et Internées de la Résistance).

Cécile Vast

14 novembre 2015