« L’historien doit être tout à la fois sauve-mémoire et trouble-mémoire », écrivait Pierre Laborie (1936-2017) en 1994

L’historien Pierre Laborie nous a quittés ce printemps 2017 et nous n’avons sans doute pas encore mesuré l’importance de ses travaux pour la réflexion sur la transmission scolaire d’une histoire digne de ce nom.

En 1994, dans un remarquable article publié dans la revue Esprit, Pierre Laborie posait de manière fort pertinente les termes de la distinction et de l’interaction entre l’histoire et les mémoires.

Face à la complexité de tels mécanismes, le rôle de l’historien n’est pas seulement de distinguer la mémoire de l’histoire, de séparer le vrai du faux, mais de faire de cette mémoire un objet d’histoire, de s’interroger sur l’usage éventuel du faux comme vrai et sur le sens que les acteurs veulent ainsi donner au passé et à leur passé. C’est dans cette confrontation au phénomène de la mémoire et à ses représentations que l’historien de la Résistance prend la mesure des poussées contradictoires qui s’exercent sur lui. La proximité de nécessité ou de sympathie, aussi forte soit-elle, ne peut en aucune façon servir à confondre les terrains et à escamoter les distances. Il ne s’agit pas de légitimer ce qui est maintenant, mais de pouvoir témoigner de ce qui a été, et de la façon dont cela était. Conservateur de mémoire, l’historien se trouve chargé de préserver ce qu’il doit par ailleurs décaper et démythifier. Il est et doit être, tout à la fois, un sauve-mémoire et un trouble-mémoire, attentif à rappeler que des lignes de fracture existent et que tous les écarts ne sont pas réductibles. Écart entre les vertus de la commémoration et la rigueur de la méthode historique. Écart entre la conviction de l’expérience vécue et les interrogations critiques portées de plus loin sur le déroulement du passé. Écart entre les amnésies ponctuelles, les arrangements du temps remodelé et les dures réalités de la chronologie minutieusement reconstituée. Écart entre les facilités trompeuses du regard rétrospectif ou des catégories mentales anachroniques et l’obligation d’observer les hommes et les événements de l’amont. Écart entre une mémoire-identité, ciment d’une reconnaissance, d’une solidarité et d’une fraternité d’« essence supérieure », et des mémoires scrupuleusement autopsiées et recoupées pour les besoins de la vérité. Écart entre la conviction ou la cohérence séduisante du discours explicite et la traque du non-dit, de l’amnésie, du silence. Écart entre la demande de légitimation d’un passé parfois fortement recomposé et la reconnaissance légitime de tout un héritage et de valeurs à sauver de la banalisation et de l’oubli.

Source : extrait de Pierre Laborie, « Historiens sous haute surveillance »,  Esprit, n° 198, 1994, pp. 47-48.

Dans un entretien de 2011, Pierre Laborie décrivait par ailleurs une ligne de partage séparant chez les historiens deux positions entre lesquelles il existe sans doute des porosités et des ambivalences, pour reprendre ses propres concepts analytiques, mais une ligne qui désigne fort bien l’une des questions fondamentales posées à la recherche en histoire.

Dans la manière de penser l’histoire, il y a très grossièrement une ligne de partage entre deux positions, en simplifiant à l’extrême. Il y a ceux qui pensent l’histoire comme un monde en soi, c’est-à-dire comme une sorte d’absolu, presque comme une métaphysique, une histoire d’où les acteurs sociaux sont absents ou ne sont que des figurants. Dans ce cadre, on peut penser que la place donnée à l’événement peut se limiter à une fonction de maillon dans un enchaînement de causalités avec ses logiques propres, dans une mécanique raisonnée qui peut expliquer « la marche » du temps. C’est une histoire qui se déroule en dehors, ou du moins à distance des acteurs sociaux. Au contraire, dans celle que j’essaie d’écrire, et qui découle nécessairement de mes préoccupations, je m’oblige à penser comment les acteurs sociaux pouvaient vivre l’histoire au moment où ils la vivaient, avec ce qu’ils croyaient en voir, ce qu’ils pouvaient percevoir, savoir et comprendre. Je ne dis pas qu’ils font l’histoire mais en tout cas, ils sont là, spectateurs passifs ou non. Et c’est parce qu’il est impossible de faire abstraction des acteurs sociaux que se pose le problème : est-ce qu’un événement ressemble à ce qu’il montre, à ce qu’on dit qu’il est ?

Source : extrait de Pierre Laborie in Pascale Goetschel & Christophe Granger, « « L’événement, c’est ce qui advient à ce qui est advenu… ». Entretien avec Pierre Laborie », Sociétés & Représentations, n° 32, 2011/2, pp. 167-181, disponible sur http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2011-2-page-167.htm.

Pour aller plus loin : « Pierre Laborie, un historien « trouble-mémoire » », par Annelise Rodrigo et Olivier Loubes, comprenant un très bel entretien audiovisuel avec Pierre Laborie, Mondes sociaux. Magazine de sciences humaines et sociales, 2013 (mis à jour en 2017), https://sms.hypotheses.org/1651.