Un passé à questionner plutôt qu’un récit du passé

présenté par Charles Heimberg (Université de Genève)

Deux prises de position publiées récemment sur le site du journal Le devoir, de Montréal, rendent compte d’un problème qui se pose en amont de toute histoire scolaire : passe-t-elle d’abord par un récit ou par une forme de problématisation ? Lire la suite

La Résistance et le politique : échos d’une table ronde à Besançon en septembre 2015

publiés sous la direction de Cécile Vast (docteure en histoire)

L’histoire des idées et des courants politiques de la Résistance, comme celle des programmes et des projets élaborés dans la clandestinité, est une histoire connue et défrichée de longue date. On peut mentionner, à titre d’exemples, la thèse d’Henri Michel (Les courants de pensée de la Résistance, 1962) ou les travaux de Diane de Bellescize (Le Comité général d’Études dans la clandestinité, 1979) et de Claire Andrieu (Le Programme commun de la Résistance, 1984).

Depuis les années 1980, les recherches ont voulu insérer la Résistance dans une approche socio-culturelle. La publication en 2006 du Dictionnaire historique de la Résistance, ouvrage collectif dirigé par François Marcot, en reflète ainsi l’un des aboutissements. Les études les plus récentes s’inscrivent dans ce prolongement, et tentent d’appréhender le phénomène sous l’angle d’une histoire sociale et culturelle du politique. Lire la suite

Du bon usage de la Résistance…

par Cécile Vast (docteure en histoire), le 14 novembre 2015

Sans doute, dans les jours à venir, et déjà maintenant, les usages de la Résistance risquent-ils de se multiplier. Quelques précautions et beaucoup d’humilité s’imposent pourtant. Si l’histoire peut aider à comprendre et à mettre en perspective les événements du présent, les expériences du passé ne permettent pas toujours d’apporter les réponses et les certitudes dont nous avons besoin aujourd’hui. Il faut essayer de se garder des fausses analogies, des similitudes trompeuses et des schémas explicatifs traditionnels qui, certes, rassurent, mais qui, parfois, ne suffisent pas, ne suffisent plus. Lire la suite

Agenda

Dernière mise à jour : 7 mai 2017

Ce billet, régulièrement mis à jour, annonce des manifestations scientifiques portant sur l’histoire et sa didactique à Genève, Paris, Lyon, Besançon ou ailleurs.

Lire la suite

L’intelligibilité du passé : une finalité d’apprentissage et des recherches qui la questionnent

par Charles Heimberg (Université de Genève)

La science historique fait l’objet de visions antagonistes qui ne sont pas sans conséquences pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire scolaire. En effet, d’un côté l’histoire est vue comme un récit linéaire, ses composantes s’enchaînant dans une construction narrative rétrospective qui suggère un double sentiment de cohérence et d’évidence ; de l’autre, elle est conçue comme une discipline scientifique, une science humaine et sociale, qui propose des questionnements et des clés de lecture pour interroger le monde d’hier et d’aujourd’hui et mettre à distance la plupart de nos certitudes. Lire la suite

Enseigner l’histoire de l’immigration pour questionner les appartenances identitaires

par Alexia Panagiotounakos (Université de Genève)

Introduction

En 2014, le peuple suisse est amené à voter à trois reprises sur des objets en lien avec la présence étrangères sur le territoire national. Les débats qui en découlent recourent notamment à des arguments émotionnels qui mettent en avant des valeurs suisses à préserver face à des cultures jugées trop différentes. Ces dernières sont considérées comme un risque pour l’identité helvétique car elles menaceraient une supposée pureté culturelle et introduiraient d’autres modes de penser et d’agir. Cette vision ethnique [1] de la nationalité tend à la considérer comme un ensemble de croyances et de pratiques immuables depuis les origines, imperméables aux influences étrangères : une réalité existant en soi et pour soi. Lire la suite

La perspective de genre dans l’enseignement de l’histoire

par Valérie Opériol (Université de Genève)

Introduction

Les savoirs que les disciplines scolaires choisissent de transmettre aux élèves ne sont pas fixes, mais évoluent au fil du temps. Ils connaissent en alternance des périodes de stabilité et des moments de profonds bouleversements (Chervel, 1988). Actuellement, l’enseignement de l’histoire est en proie à un renouvellement de ses contenus : il commence à intégrer une catégorie d’analyse définie il y a plus de vingt ans par les historiennes (Scott, 1988), celle du genre. On ne peut, pour l’heure, présager la profondeur et la durabilité de ce changement, mais il n’est pas inintéressant pour la didactique de l’histoire d’en examiner d’ores et déjà certaines finalités, modalités et effets. Lire la suite

Quelques éléments pour une analyse critique des ressources didactiques en histoire

par Aurélie de Mestral (Université de Genève)

Un séminaire sur les ressources didactique en histoire

Face à la situation de l’enseignement à Genève où plus aucun manuel d’histoire n’est obligatoire et distribué à tous les élèves de fin de scolarité obligatoire depuis près d’une vingtaine d’années, la tenue d’un séminaire sur les ressources didactiques [1] regroupant des intervenants d’origines diverses a permis de débattre de la question des manuels et des problèmes qu’ils posent quand il s’agit de l’enseignement de l’histoire. Lire la suite

Pour une approche historico-didactique des disciplines et savoirs scolaires

Les didactiques disciplinaires étudient en particulier, en situation scolaire, les possibilités et le développement effectif de l’enseignement et apprentissage des savoirs à partir d’une transposition didactique qui transforme ceux qui sont de référence en des savoirs à enseigner et à apprendre. Inscrit dans le présent et dans l’avenir, ce travail empirique met à jour des enjeux et des débats concernant les finalités axiologiques de la transmission de ces contenus disciplinaires et portant aussi bien sur les prescriptions et les ressources pédagogiques que sur le travail enseignant ou l’expression des élèves. Sa dimension disciplinaire fait écho à la fonction organisatrice des regards spécifiques à chaque discipline présente au sein de l’école pour la construction d’un point de vue critique sur le monde contemporain et d’une possibilité d’émancipation par les savoirs et leur apprentissage. Lire la suite

Une analyse de récits nationaux produits par des élèves

Charles Heimberg, Valérie Opériol & Alexia Panagiotounakos (Université de Genève)

Dans le cadre d’une recherche internationale dirigée par la sociologue Françoise Lantheaume (Université de Lyon 2), qui fait suite à une démarche analogue au Québec à l’initiative de l’historien Jocelyn Létourneau (Université Laval), l’ÉDHICE a recueilli en 2012 des récits d’élèves genevois, produits sans consigne contraignante, sur l’histoire de leur pays. Les données ont été récoltées par des enseignant-e-s qui interviennent en début d’un niveau d’enseignement, y compris à l’Université, de manière à interroger les connaissances acquises par les élèves lors du cycle précédent. Lire la suite

Quand les élèves mettent à distance leurs représentations sur la neutralité suisse

par Aurélie de Mestral (Université de Genève) & Maria de Sousa (Université de Genève & École de culture générale Jean-Piaget)

Remarques préliminaires

La recherche présentée ici est le résultat d’un double regard porté sur la tentative de mise à distance des représentations de la neutralité suisse, par une collaboration, à Genève, entre des enseignants du secondaire I et II et des universitaires engagés dans la recherche en didactique de l’histoire. À travers un exemple spécifique, la question des réfugiés juifs durant la Seconde Guerre mondiale, il s’agit de vérifier l’efficacité d’une séquence didactique, d’une part du point de vue des enseignants qui rendent compte du travail effectué au sein de la classe, d’autre part par une analyse des résultats obtenus dans cette expérimentation par l’équipe de recherche. Lire la suite

Le problème de la nature effective des activités en classe d’histoire

Le texte reproduit ci-dessous introduit un symposium qui s’est déroulé à Montpellier, en août 2013, dans le cadre d’un colloque AREF (Actualité de la recherche en éducation et en formation). Le problème de la nature effective des activités en classe d’histoire a été abordé par Laurence De Cock, Aurélie de Mestral et Alexia Panagiotounakos dont les contributions sont publiées dans ce dossier. Lire la suite

Analyse d’activités proposées dans des moyens d’enseignement d’histoire en Suisse romande

par Aurélie de Mestral (Université de Genève) [1]

Introduction

Le vendredi 28 juin 2013, les élèves des classes de 3e de tous les collèges français planchaient sur l’épreuve d’histoire-géographie du Diplôme National du Brevet. La polémique qui s’en est suivie ne pose pas la sempiternelle question du niveau qui baisse ou des élèves qui ne savent plus rien, mais, au contraire, remet en question la nature même de l’épreuve. Deux articles d’enseignants en colère (Fillion, 2013 ; Girard, 2013) dénoncent une série de dates auxquelles il faut associer un lieu et un personnage ; une récitation de cours ; de la compréhension de texte, de « l’encyclopédisme » sans construction d’un récit historique ; pas de mise en perspective ; pas de contextualisation ; pas d’apprentissage de la maîtrise d’une notion ou d’un concept ; du par cœur malgré des profs qui réprouvent ce procédé ; en somme, cette épreuve du Brevet expose une conception réductrice de l’histoire et de la géographie. Lire la suite

Histoire des migrations humaines et mobilisation des modes de pensée de l’histoire

par Alexia Panagiotounakos (Université de Genève) [1]

Dans le cadre d’une recherche doctorale, nous travaillons sur l’histoire de l’immigration en Suisse et à son enseignement dans les classes de secondaire I (élèves de 12 à 15 ans) dans le canton de Genève. En collaborant avec les enseignants dans la mise en place d’une séquence didactique traitant notamment la permanence d’un discours de stigmatisation à l’encontre des étrangers dans le temps, nous souhaitons principalement questionner la possibilité d’amener les élèves à mettre à distance les assignations d’appartenance identitaire de groupes sociaux. Lire la suite