Récits et mises en texte du passé

par Jérôme David, Charles Heimberg & Bruno Védrines (Université de Genève)

Introduction

L’intelligibilité du passé n’a pas toujours eu partie liée avec le récit. La mise en intrigue est aujourd’hui souvent assimilée à l’expérience et au savoir historiques comme tels, mais un léger effort de mémoire disciplinaire suffit à rappeler combien cette évidence est récente — et sa justification encore précaire. L’examen de ce consensus historiographique, actuellement si prégnant, n’est pas de la seule compétence des historiens ; il incombe également aux didacticiens de l’histoire dont les objets se voient depuis peu traversés par une demande sociale de récits scolaires. La réhabilitation en cours de la narration dans la recherche et dans l’enseignement engage en effet les ambitions et les finalités que l’on assigne aussi bien à l’histoire savante qu’aux rapports au passé transmis dans les classes. Lire la suite

La place du récit dans l’apprentissage de l’histoire

par Jean-François Cardin, Université Laval, Québec

Introduction

Ce texte se présente comme une réflexion théorique et spéculative à propos de certains enjeux que je juge importants relativement à la place du récit dans l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire en contexte scolaire. Écrite au « je », elle s’alimentera néanmoins de mon expérience de formateur de futurs enseignants au secondaire à l’Université Laval et du travail d’accompagnement des enseignants et conseillers pédagogiques de la grande région de Québec, travail que je réalise depuis quelques années dans le cadre notamment d’une recherche collaborative centrée sur l’enseignement des concepts. Lire la suite

Réflexions sur les uchronies scolaires

par Jérôme David, Université de Genève

L’usage des contrefactuels en histoire est sujet à des controverses renouvelées depuis les années 1960. Les travaux cliométriques de Robert Fogel publiés en 1964, dans lesquels l’historien économiste évaluait la contribution des chemins de fer au développement des Etats-Unis en calculant ce que serait devenu le pays sans ce moyen de transport [1], marquèrent à la fois la reconnaissance scientifique des raisonnements contrefactuels en sciences sociales — avalisée par un Prix Nobel d’économie en 1993 — et l’émergence d’une défiance durable à l’égard d’une forme d’expérience de pensée jugée insignifiante par la plupart des autres historiens. Lire la suite

Littérature et erreur historiographique

par Bruno Védrines (chargé d’enseignement à l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants, Université de Genève), bruno.vedrines@unige.ch

Pour aborder le problème d’un accès à l’intelligibilité du passé par la littérature, nous avons choisi de nous pencher sur les écrits des combattants de la Grande Guerre. Ces textes présentent l’avantage d’avoir été l’objet d’importants débats historiographiques sur leurs usages et leurs éventuelles limites. On le sait, une vive controverse s’est fixée sur le rôle qu’il convient d’attribuer aux écrits des combattants, avec pour corollaire une lecture elle aussi très discutée de l’œuvre de Jean Norton Cru, Témoins, devenue un point de fixation et un enjeu majeur dans la stratégie argumentative des historiens travaillant sur ces questions. Lire la suite

La réception de l’œuvre de Primo Levi. Les dimensions d’un consensus

par Yannis Thanassekos, ancien directeur de la Fondation Auschwitz de Bruxelles (1983-2010), collaborateur scientifique à l’Université de Liège

Un nombre impressionnant de travaux, tant savants que de vulgarisation, sont consacrés depuis une bonne vingtaine d’années, à l’étude de l’œuvre de ce grand témoin que fut Primo Levi. Exégèses, commentaires et analyses se succèdent et entourent l’œuvre d’une aura exceptionnelle. Mon propos n’est donc pas d’ajouter aux travaux existants une énième exégèse ou étude de cette œuvre magistrale – elle n’en a vraiment pas besoin. Je me propose en revanche d’explorer les principales dimensions de sa réception. Par « œuvre », j’entends ici exclusivement les textes et prises de positions de Primo Levi à caractère testimonial. Lire la suite

Pour une pragmatique de l’enseignement de l’histoire. Leçons tirées d’une recherche

par Jocelyn Létourneau, Boursier du Collégium de Lyon (Institut d’études avancées de Lyon), Titulaire, CRC en histoire du Québec contemporain, Université Laval

Realistik

Il est certaines réalités connues depuis longtemps par les spécialistes du monde de l’éducation qui semblent ne plus tenir lorsqu’il s’agit d’élaborer une stratégie d’apprentissage de l’histoire pour les élèves du secondaire. Malgré beaucoup d’expérience en la matière, on procède en effet comme si les jeunes étaient des cruches à remplir ; comme si le savoir qui leur était communiqué s’imprimait automatiquement et intégralement dans leur mémoire ; comme si la passion pure motivait leur souci d’apprentissage ; et comme s’ils étaient naturellement attirés par la complexité des choses. Sans douter qu’il y ait des jeunes qui correspondent au modèle de l’ado à l’esprit immaculé, faisant le plein de ce qui lui est transmis en classe, magnétisé par l’histoire et fasciné par les complications du passé, la vérité est que la très grande majorité des teenagers ne rencontrent pas cet idéal. Lire la suite

Le récit de l’histoire de France par la jeunesse scolarisée : références communes, ruptures culturelles

par Françoise Lantheaume, Université Lyon 2, Éducation, Cultures, Politiques (EA 4571) (Lyon 2, IFE-ENS, UJM Saint-Étienne)

En guise de préambule, l’enquête que nous avons conduite auprès de près de 6000 jeunes scolarisés en France, montre qu’ils ont des idées sur l’histoire de France et des connaissances, qu’ils semblent persuadés de son importance, de sa complexité, voire de sa grandeur, qu’ils portent aussi un regard qui peut être sans complaisance sur elle. Leur récit de l’histoire de France glisse parfois du côté d’une qualification de « la France » :

La France est : – un pays qui a été et qui est toujours catholique, ce qui fait qu’elle n’accepte pas les autres. – un pays instable politiquement – qui a dû s’allier à d’autres pour s’en sortir (et tant mieux) – qui a une réputation énorme. (récit n° 2815) [1]

Lire la suite

La Révolution française dans les récits d’élèves : quelques indices de la (dé)politisation d’un événement historique

par Laurence De Cock, professeure en lycée à Paris et Université Paris-Diderot

L’enquête : objectifs et méthode

La Révolution française est le moment patrimonial idéal-typique de l’histoire scolaire. Conçue comme la matrice d’une éducation politique, l’étude de la Révolution française constitue, à chaque palier de la scolarité française, un moment phare de l’année scolaire. Événement dramatique par essence, constitutif du modèle républicain actuel, événement jouissant d’une permanente visibilité dans l’espace public, cette révolution, entièrement tendue vers sa finalité civique s’enseigne du primaire au lycée comme un passage obligé de l’intelligence du passé national [1]. Lire la suite

Divergences et convergences narratives. La personnalisation de l’histoire dans les récits du passé de l’Allemagne

par Peter Carrier, Institut Georg Eckert, Centre de recherche international sur les manuels scolaires, Braunschweig, Allemagne

Cet article fait appel aux théories littéraires du récit pour définir ses dimensions relationnelles ou « configuratives » comme reflet du sentiment d’appartenance nationale parmi les jeunes en Allemagne. Partant d’une approche constructiviste et comparative, nous constatons que les consciences historiques individuelles sont constituées par les contenus, mais aussi par les formes du récit, qui déterminent les paramètres narratifs dans chaque cas. Les choix de sujets (les protagonistes, les événements, la conception de la Shoah, et la périodisation) et les techniques narratives (la temporalité, la valorisation explicite et implicite du cours de l’histoire, et la focalisation narrative) qui sont à l’œuvre dans les récits scolaires dans le contexte allemand montrent que l’émergence d’un récit commun relève non seulement de ce qu’expriment les textes sur les événements (le ‘quoi’ dénotant le savoir et les causalités), mais aussi de ce qu’impliquent leurs techniques narratives en tant qu’expression de la relation entre les auteurs, les événements et les personnages historiques (le ‘comment’ connotant l’ordre des idées et des points de vue). Lire la suite

De la « muséohistoire » des conflits contemporains à la « muséohistoire appliquée » : premier bilan et perspectives

par Frédéric Rousseau, Université de Montpellier III

La muséohistoire : essai de définition d’un néologisme 

Distincte de la muséographie et de la muséologie, la muséohistoire a été définie récemment, et plus exactement au cours de la réalisation d’un programme de recherches international et interdisciplinaire soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (A.N.R., Les Présents des Passés) et développé à l’Université Paul Valéry de Montpellier (France) en 2009-2012 [1]. Précisons tout de suite que si ce programme avait pris pour objets les musées des conflits contemporains, nous pensons que la muséohistoire pourrait être utilement mobilisée pour de nombreux autres types de musées d’histoire, et notamment les musées d’histoire ouvrière et industrielle. Pour aller vite, rappelons que si les muséologues s’intéressent aux sciences et techniques du classement, de la conservation et de l’exposition d’œuvres et d’objets, les muséographes étudient principalement les collections, et retracent l’histoire des musées d’un point de vue essentiellement institutionnel et culturel. Pour sa part, et sans rejeter ces apports tout à fait nécessaires, c’est avec les outils des Sciences humaines et sociales que la muséohistoire s’attache plus spécifiquement à l’examen et au questionnement des narrations muséales [2] de l’histoire. Lire la suite

Mises en textes de l’histoire scolaire et de l’exposition historique, tableaux et récits : autour de l’histoire ouvrière

par Charles Heimberg, Université de Genève

En tant qu’usages publics de l’histoire situés l’un et l’autre entre les productions scientifiques des historiens et les réceptions de leurs publics respectifs, les constructions narratives de l’histoire scolaire (que ce soit dans les manuels scolaires, dans les ressources didactiques ou dans les classes) et des musées d’histoire (analysées par la muséohistoire) présentent bien des points communs, mais aussi de nombreux éléments significatifs qui les distinguent. Lire la suite