Trois « générations » de didactique

Dans un récent recueil d’articles réédités (Pourquoi et comment devenir didacticien?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016), Jean-Paul Bronckart évoque trois « générations » de didactique. Voyons ce qu’elles sont pour nous permettre de réfléchir à ce qu’il en est pour la didactique de l’histoire.

pourquoi-et-comment-devenir-didacticien Lire la suite

Chronique des enjeux d’histoire scolaire: à propos des erreurs historiographiques

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 2, décembre 2013.

La problématique des erreurs historiographiques a inspiré la rédaction de cette chronique pour interroger leur place, leur influence, voire leur prégnance, dans le champ scolaire. Au fil des exemples abordés, les auteurs reviennent ici sur quelques contenus du présent volume, et aussi quelques autres problèmes. Leur texte clôt ainsi ce dossier avec la préoccupation des conséquences de ces erreurs historiographiques pour la transmission scolaire d’une intelligibilité du passé. Dans les prochains volumes d’En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, la revue semestrielle de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, une chronique proposera régulièrement des réflexions sur l’histoire et sa didactique à l’école. Lire la suite

L’intelligibilité du passé : une finalité d’apprentissage et des recherches qui la questionnent

par Charles Heimberg (Université de Genève)

La science historique fait l’objet de visions antagonistes qui ne sont pas sans conséquences pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire scolaire. En effet, d’un côté l’histoire est vue comme un récit linéaire, ses composantes s’enchaînant dans une construction narrative rétrospective qui suggère un double sentiment de cohérence et d’évidence ; de l’autre, elle est conçue comme une discipline scientifique, une science humaine et sociale, qui propose des questionnements et des clés de lecture pour interroger le monde d’hier et d’aujourd’hui et mettre à distance la plupart de nos certitudes. Lire la suite

Pour une approche historico-didactique des disciplines et savoirs scolaires

Les didactiques disciplinaires étudient en particulier, en situation scolaire, les possibilités et le développement effectif de l’enseignement et apprentissage des savoirs à partir d’une transposition didactique qui transforme ceux qui sont de référence en des savoirs à enseigner et à apprendre. Inscrit dans le présent et dans l’avenir, ce travail empirique met à jour des enjeux et des débats concernant les finalités axiologiques de la transmission de ces contenus disciplinaires et portant aussi bien sur les prescriptions et les ressources pédagogiques que sur le travail enseignant ou l’expression des élèves. Sa dimension disciplinaire fait écho à la fonction organisatrice des regards spécifiques à chaque discipline présente au sein de l’école pour la construction d’un point de vue critique sur le monde contemporain et d’une possibilité d’émancipation par les savoirs et leur apprentissage. Lire la suite

À l’école de Clio

La didactique de l’histoire examine la transmission, scolaire ou non-scolaire, des savoirs historiens. Elle interroge par conséquent la transposition didactique de ces savoirs, c’est-à-dire leur déconstruction en des éléments fondamentaux de l’épistémologie de la discipline, puis leur reconstruction en fonction de la forme et des finalités spécifiques de l’histoire scolaire ou d’autres dispositifs de transmission dans la société, comme par exemple les musées d’histoire. Cette transposition s’opère en fonction des éléments d’intelligibilité du passé et du présent dont l’apprentissage est visé. Dans cette perspective, les réflexions et les recherches autour de la didactique de l’histoire portent à la fois sur l’évolution des savoirs historiens, sur leur écho dans l’espace public, entre histoire et mémoires, et sur les modalités qui rendent possibles un apprentissage d’histoire qui ouvre vraiment à une capacité de mise à distance critique. Elles concernent aussi bien les contenus à faire apprendre que les manières de les faire apprendre. Elles s’intéressent notamment aux conditions nécessaires pour faire exercer une pensée historienne, pour faire porter un regard historien, avec ses questionnements spécifiques, sur les sociétés d’hier et d’aujourd’hui, de là-bas et d’ici, etc. En fonction d’une approche historico-didactique, ces réflexions et ces recherches s’intéressent à l’histoire de la discipline histoire, aux continuités et aux évolutions de son développement. Elles visent également à mieux connaître les pratiques usuelles de transmission tout en s’efforçant aussi d’en proposer qui soient innovantes, non sans interroger alors leurs effets concrets sur le terrain. Elles s’appuient pour ce faire sur des sources documentaires disponibles ou produites dans le cadre d’expérimentations, ainsi que sur des témoignages d’acteurs, qu’ils soient prescripteurs, auteurs de ressources pédagogiques, enseignants, élèves ou autres publics à qui s’adresse cette transmission.

Le carnet de recherche À l’école de Clio s’inscrit dans la continuité de l’expérience éditoriale et scientifique de la revue francophone de didactique de l’histoire Le cartable de Clio, qui a été publiée en Suisse à un rythme annuel de 2001 à 2013.