Pour une dimension citoyenne de l’École qui fasse questionner, apprendre, réfléchir…

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 7, juin 2016.

Lorsque surviennent des événements tragiques, comme avec les récents attentats en France et en Belgique, et au-delà de la gestion immédiate de l’émotion et des inquiétudes qu’ils suscitent, l’École est à la fois interpellée et encline à développer des stratégies relevant d’une volonté aussi bien de prévention que de prescription d’un « vivre-ensemble ». Or, celle-ci est davantage fondée sur des injonctions et des rituels que sur des apprentissages de sciences sociales susceptibles de contribuer, dans une perspective d’émancipation, à construire les possibles d’un lien social pour l’avenir. Lire la suite

Fausses nouvelles et bobards, un thème pour l’histoire scolaire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg [1]

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 6, décembre 2015.

Le rapport entre histoire et témoignages relève de l’interaction constante entre histoire et mémoires et soulève la question de l’usage public de l’histoire et du passé, qui est souvent un mésusage. Comment les spécialistes de ce passé appréhendent-ils toutes ces expressions qui ne viennent pas forcément de leur sérail et qui troublent parfois la bienséance qu’ils aimeraient préserver dans leur tour d’ivoire ? Deux œuvres singulières, de l’historien Marc Bloch et du témoin et critique de témoins Jean Norton Cru, sont utiles pour travailler sur ces questions. Lire la suite

La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 3, juin 2014.

Évolution et durée, rupture et continuité, récits et tableaux : la sélection, l’organisation et la construction des savoirs historiens à enseigner et faire apprendre dans le cadre scolaire ne vont pas de soi. Sur le plan des échelles temporelles et sur celui des périodisations, les regards croisés des historiens et la variation de leurs focales d’observation enrichissent les interprétations et multiplient les questionnements possibles. De l’histoire locale à l’histoire globale, les objets d’investigation sont désormais construits, scrutés, tordus dans toutes les directions susceptibles de multiplier les angles d’intelligibilité. Les guerres mondiales n’ont pas échappé à ces renouvellements historiographiques. Lire la suite

Chronique des enjeux d’histoire scolaire: à propos des erreurs historiographiques

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 2, décembre 2013.

La problématique des erreurs historiographiques a inspiré la rédaction de cette chronique pour interroger leur place, leur influence, voire leur prégnance, dans le champ scolaire. Au fil des exemples abordés, les auteurs reviennent ici sur quelques contenus du présent volume, et aussi quelques autres problèmes. Leur texte clôt ainsi ce dossier avec la préoccupation des conséquences de ces erreurs historiographiques pour la transmission scolaire d’une intelligibilité du passé. Dans les prochains volumes d’En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, la revue semestrielle de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, une chronique proposera régulièrement des réflexions sur l’histoire et sa didactique à l’école. Lire la suite

Un passé à questionner plutôt qu’un récit du passé

présenté par Charles Heimberg (Université de Genève)

Deux prises de position publiées récemment sur le site du journal Le devoir, de Montréal, rendent compte d’un problème qui se pose en amont de toute histoire scolaire : passe-t-elle d’abord par un récit ou par une forme de problématisation ? Lire la suite

La place du récit dans l’apprentissage de l’histoire

par Jean-François Cardin, Université Laval, Québec

Introduction

Ce texte se présente comme une réflexion théorique et spéculative à propos de certains enjeux que je juge importants relativement à la place du récit dans l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire en contexte scolaire. Écrite au « je », elle s’alimentera néanmoins de mon expérience de formateur de futurs enseignants au secondaire à l’Université Laval et du travail d’accompagnement des enseignants et conseillers pédagogiques de la grande région de Québec, travail que je réalise depuis quelques années dans le cadre notamment d’une recherche collaborative centrée sur l’enseignement des concepts. Lire la suite