Divergences et convergences narratives. La personnalisation de l’histoire dans les récits du passé de l’Allemagne

par Peter Carrier, Institut Georg Eckert, Centre de recherche international sur les manuels scolaires, Braunschweig, Allemagne

Cet article fait appel aux théories littéraires du récit pour définir ses dimensions relationnelles ou « configuratives » comme reflet du sentiment d’appartenance nationale parmi les jeunes en Allemagne. Partant d’une approche constructiviste et comparative, nous constatons que les consciences historiques individuelles sont constituées par les contenus, mais aussi par les formes du récit, qui déterminent les paramètres narratifs dans chaque cas. Les choix de sujets (les protagonistes, les événements, la conception de la Shoah, et la périodisation) et les techniques narratives (la temporalité, la valorisation explicite et implicite du cours de l’histoire, et la focalisation narrative) qui sont à l’œuvre dans les récits scolaires dans le contexte allemand montrent que l’émergence d’un récit commun relève non seulement de ce qu’expriment les textes sur les événements (le ‘quoi’ dénotant le savoir et les causalités), mais aussi de ce qu’impliquent leurs techniques narratives en tant qu’expression de la relation entre les auteurs, les événements et les personnages historiques (le ‘comment’ connotant l’ordre des idées et des points de vue). Lire la suite

À l’école de Clio

La didactique de l’histoire examine la transmission, scolaire ou non-scolaire, des savoirs historiens. Elle interroge par conséquent la transposition didactique de ces savoirs, c’est-à-dire leur déconstruction en des éléments fondamentaux de l’épistémologie de la discipline, puis leur reconstruction en fonction de la forme et des finalités spécifiques de l’histoire scolaire ou d’autres dispositifs de transmission dans la société, comme par exemple les musées d’histoire. Cette transposition s’opère en fonction des éléments d’intelligibilité du passé et du présent dont l’apprentissage est visé. Dans cette perspective, les réflexions et les recherches autour de la didactique de l’histoire portent à la fois sur l’évolution des savoirs historiens, sur leur écho dans l’espace public, entre histoire et mémoires, et sur les modalités qui rendent possibles un apprentissage d’histoire qui ouvre vraiment à une capacité de mise à distance critique. Elles concernent aussi bien les contenus à faire apprendre que les manières de les faire apprendre. Elles s’intéressent notamment aux conditions nécessaires pour faire exercer une pensée historienne, pour faire porter un regard historien, avec ses questionnements spécifiques, sur les sociétés d’hier et d’aujourd’hui, de là-bas et d’ici, etc. En fonction d’une approche historico-didactique, ces réflexions et ces recherches s’intéressent à l’histoire de la discipline histoire, aux continuités et aux évolutions de son développement. Elles visent également à mieux connaître les pratiques usuelles de transmission tout en s’efforçant aussi d’en proposer qui soient innovantes, non sans interroger alors leurs effets concrets sur le terrain. Elles s’appuient pour ce faire sur des sources documentaires disponibles ou produites dans le cadre d’expérimentations, ainsi que sur des témoignages d’acteurs, qu’ils soient prescripteurs, auteurs de ressources pédagogiques, enseignants, élèves ou autres publics à qui s’adresse cette transmission.

Le carnet de recherche À l’école de Clio s’inscrit dans la continuité de l’expérience éditoriale et scientifique de la revue francophone de didactique de l’histoire Le cartable de Clio, qui a été publiée en Suisse à un rythme annuel de 2001 à 2013.