Fausses nouvelles et bobards, un thème pour l’histoire scolaire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg [1]

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 6, décembre 2015.

Le rapport entre histoire et témoignages relève de l’interaction constante entre histoire et mémoires et soulève la question de l’usage public de l’histoire et du passé, qui est souvent un mésusage. Comment les spécialistes de ce passé appréhendent-ils toutes ces expressions qui ne viennent pas forcément de leur sérail et qui troublent parfois la bienséance qu’ils aimeraient préserver dans leur tour d’ivoire ? Deux œuvres singulières, de l’historien Marc Bloch et du témoin et critique de témoins Jean Norton Cru, sont utiles pour travailler sur ces questions. Lire la suite

Apprendre de l’histoire pour être capable de discernement

par Laurence de Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 5, juin 2015.

L’actualité tragique du début de l’année 2015 a mis les institutions scolaires sur le devant de la scène. Il vaut dès lors la peine de se rappeler dans quels termes le grand historien Marc Bloch s’était inquiété des effets pernicieux des graves insuffisances qu’il constatait dans le système de formation de son pays, alors qu’il réfléchissait, avant sa fin tragique, aux conditions qui rendraient possibles une nouvelle société d’après-guerre.

Lire la suite

La Journée de la mémoire et ses pratiques scolaires. Une évocation critique

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 4, décembre 2014.

Depuis 2004, la date du 27 janvier, en souvenir de l’arrivée de l’armée Rouge dans les camps d’Auschwitz le 27 janvier 1945, a été progressivement instituée en Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité dans plusieurs pays, alors que d’autres ont opté pour d’autres dates. Comme toute commémoration, la Journée de la mémoire est une bonne occasion pour faire de l’histoire dans la classe ou dans l’espace public. Toutefois, son existence officielle suscite deux types de questionnements, le premier sur les liens souhaitables ou non entre commémoration et institution scolaire, le second autour de la focalisation discutable sur une date de « libération » qui, en réalité, ne marqua pas la fin de toutes les souffrances.

Lire la suite

La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 3, juin 2014.

Évolution et durée, rupture et continuité, récits et tableaux : la sélection, l’organisation et la construction des savoirs historiens à enseigner et faire apprendre dans le cadre scolaire ne vont pas de soi. Sur le plan des échelles temporelles et sur celui des périodisations, les regards croisés des historiens et la variation de leurs focales d’observation enrichissent les interprétations et multiplient les questionnements possibles. De l’histoire locale à l’histoire globale, les objets d’investigation sont désormais construits, scrutés, tordus dans toutes les directions susceptibles de multiplier les angles d’intelligibilité. Les guerres mondiales n’ont pas échappé à ces renouvellements historiographiques. Lire la suite

Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour(s) sur une exposition

par Cécile Vast (docteure en histoire)

avec la collaboration de Vincent Briand, attaché de conservation du patrimoine, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Novembre 2014 : Anise Postel-Vinay dépose au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon une lourde pile de dossiers… Les documents envoyés par ses soins au musée complètent le fonds éponyme de sa compagne de déportation, Germaine Tillion… Lire la suite

La Résistance et le politique : échos d’une table ronde à Besançon en septembre 2015

publiés sous la direction de Cécile Vast (docteure en histoire)

L’histoire des idées et des courants politiques de la Résistance, comme celle des programmes et des projets élaborés dans la clandestinité, est une histoire connue et défrichée de longue date. On peut mentionner, à titre d’exemples, la thèse d’Henri Michel (Les courants de pensée de la Résistance, 1962) ou les travaux de Diane de Bellescize (Le Comité général d’Études dans la clandestinité, 1979) et de Claire Andrieu (Le Programme commun de la Résistance, 1984).

Depuis les années 1980, les recherches ont voulu insérer la Résistance dans une approche socio-culturelle. La publication en 2006 du Dictionnaire historique de la Résistance, ouvrage collectif dirigé par François Marcot, en reflète ainsi l’un des aboutissements. Les études les plus récentes s’inscrivent dans ce prolongement, et tentent d’appréhender le phénomène sous l’angle d’une histoire sociale et culturelle du politique. Lire la suite

Littérature et erreur historiographique

par Bruno Védrines (chargé d’enseignement à l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants, Université de Genève), bruno.vedrines@unige.ch

Pour aborder le problème d’un accès à l’intelligibilité du passé par la littérature, nous avons choisi de nous pencher sur les écrits des combattants de la Grande Guerre. Ces textes présentent l’avantage d’avoir été l’objet d’importants débats historiographiques sur leurs usages et leurs éventuelles limites. On le sait, une vive controverse s’est fixée sur le rôle qu’il convient d’attribuer aux écrits des combattants, avec pour corollaire une lecture elle aussi très discutée de l’œuvre de Jean Norton Cru, Témoins, devenue un point de fixation et un enjeu majeur dans la stratégie argumentative des historiens travaillant sur ces questions. Lire la suite

De la « muséohistoire » des conflits contemporains à la « muséohistoire appliquée » : premier bilan et perspectives

par Frédéric Rousseau, Université de Montpellier III

La muséohistoire : essai de définition d’un néologisme 

Distincte de la muséographie et de la muséologie, la muséohistoire a été définie récemment, et plus exactement au cours de la réalisation d’un programme de recherches international et interdisciplinaire soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (A.N.R., Les Présents des Passés) et développé à l’Université Paul Valéry de Montpellier (France) en 2009-2012 [1]. Précisons tout de suite que si ce programme avait pris pour objets les musées des conflits contemporains, nous pensons que la muséohistoire pourrait être utilement mobilisée pour de nombreux autres types de musées d’histoire, et notamment les musées d’histoire ouvrière et industrielle. Pour aller vite, rappelons que si les muséologues s’intéressent aux sciences et techniques du classement, de la conservation et de l’exposition d’œuvres et d’objets, les muséographes étudient principalement les collections, et retracent l’histoire des musées d’un point de vue essentiellement institutionnel et culturel. Pour sa part, et sans rejeter ces apports tout à fait nécessaires, c’est avec les outils des Sciences humaines et sociales que la muséohistoire s’attache plus spécifiquement à l’examen et au questionnement des narrations muséales [2] de l’histoire. Lire la suite

Mises en textes de l’histoire scolaire et de l’exposition historique, tableaux et récits : autour de l’histoire ouvrière

par Charles Heimberg, Université de Genève

En tant qu’usages publics de l’histoire situés l’un et l’autre entre les productions scientifiques des historiens et les réceptions de leurs publics respectifs, les constructions narratives de l’histoire scolaire (que ce soit dans les manuels scolaires, dans les ressources didactiques ou dans les classes) et des musées d’histoire (analysées par la muséohistoire) présentent bien des points communs, mais aussi de nombreux éléments significatifs qui les distinguent. Lire la suite

Mourir à Mattmark

Le premier billet de cette catégorie consacrée à l’actualité de l’histoire et de sa didactique évoque un ouvrage et un anniversaire qui incarnent ces pans oubliés de l’histoire dont l’occultation et l’ignorance n’aident pas à comprendre le monde tel qu’il a été et tel qu’il est…

Mourir à MattmarkToni Ricciardi, Sandro Cattacin, Rémi Baudouï, "Matmark, 30 août 1965,. La catastrophe", zurich & Genève, Seismo, 2015.

 

Lire la suite