Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour(s) sur une exposition

par Cécile Vast (docteure en histoire)

avec la collaboration de Vincent Briand, attaché de conservation du patrimoine, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Novembre 2014 : Anise Postel-Vinay dépose au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon une lourde pile de dossiers… Les documents envoyés par ses soins au musée complètent le fonds éponyme de sa compagne de déportation, Germaine Tillion… Lire la suite

De la « muséohistoire » des conflits contemporains à la « muséohistoire appliquée » : premier bilan et perspectives

par Frédéric Rousseau, Université de Montpellier III

La muséohistoire : essai de définition d’un néologisme 

Distincte de la muséographie et de la muséologie, la muséohistoire a été définie récemment, et plus exactement au cours de la réalisation d’un programme de recherches international et interdisciplinaire soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (A.N.R., Les Présents des Passés) et développé à l’Université Paul Valéry de Montpellier (France) en 2009-2012 [1]. Précisons tout de suite que si ce programme avait pris pour objets les musées des conflits contemporains, nous pensons que la muséohistoire pourrait être utilement mobilisée pour de nombreux autres types de musées d’histoire, et notamment les musées d’histoire ouvrière et industrielle. Pour aller vite, rappelons que si les muséologues s’intéressent aux sciences et techniques du classement, de la conservation et de l’exposition d’œuvres et d’objets, les muséographes étudient principalement les collections, et retracent l’histoire des musées d’un point de vue essentiellement institutionnel et culturel. Pour sa part, et sans rejeter ces apports tout à fait nécessaires, c’est avec les outils des Sciences humaines et sociales que la muséohistoire s’attache plus spécifiquement à l’examen et au questionnement des narrations muséales [2] de l’histoire. Lire la suite

Mises en textes de l’histoire scolaire et de l’exposition historique, tableaux et récits : autour de l’histoire ouvrière

par Charles Heimberg, Université de Genève

En tant qu’usages publics de l’histoire situés l’un et l’autre entre les productions scientifiques des historiens et les réceptions de leurs publics respectifs, les constructions narratives de l’histoire scolaire (que ce soit dans les manuels scolaires, dans les ressources didactiques ou dans les classes) et des musées d’histoire (analysées par la muséohistoire) présentent bien des points communs, mais aussi de nombreux éléments significatifs qui les distinguent. Lire la suite