La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 3, juin 2014.

Évolution et durée, rupture et continuité, récits et tableaux : la sélection, l’organisation et la construction des savoirs historiens à enseigner et faire apprendre dans le cadre scolaire ne vont pas de soi. Sur le plan des échelles temporelles et sur celui des périodisations, les regards croisés des historiens et la variation de leurs focales d’observation enrichissent les interprétations et multiplient les questionnements possibles. De l’histoire locale à l’histoire globale, les objets d’investigation sont désormais construits, scrutés, tordus dans toutes les directions susceptibles de multiplier les angles d’intelligibilité. Les guerres mondiales n’ont pas échappé à ces renouvellements historiographiques. Lire la suite

Réflexions sur les uchronies scolaires

par Jérôme David, Université de Genève

L’usage des contrefactuels en histoire est sujet à des controverses renouvelées depuis les années 1960. Les travaux cliométriques de Robert Fogel publiés en 1964, dans lesquels l’historien économiste évaluait la contribution des chemins de fer au développement des Etats-Unis en calculant ce que serait devenu le pays sans ce moyen de transport [1], marquèrent à la fois la reconnaissance scientifique des raisonnements contrefactuels en sciences sociales — avalisée par un Prix Nobel d’économie en 1993 — et l’émergence d’une défiance durable à l’égard d’une forme d’expérience de pensée jugée insignifiante par la plupart des autres historiens. Lire la suite

Littérature et erreur historiographique

par Bruno Védrines (chargé d’enseignement à l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants, Université de Genève), bruno.vedrines@unige.ch

Pour aborder le problème d’un accès à l’intelligibilité du passé par la littérature, nous avons choisi de nous pencher sur les écrits des combattants de la Grande Guerre. Ces textes présentent l’avantage d’avoir été l’objet d’importants débats historiographiques sur leurs usages et leurs éventuelles limites. On le sait, une vive controverse s’est fixée sur le rôle qu’il convient d’attribuer aux écrits des combattants, avec pour corollaire une lecture elle aussi très discutée de l’œuvre de Jean Norton Cru, Témoins, devenue un point de fixation et un enjeu majeur dans la stratégie argumentative des historiens travaillant sur ces questions. Lire la suite

La Révolution française dans les récits d’élèves : quelques indices de la (dé)politisation d’un événement historique

par Laurence De Cock, professeure en lycée à Paris et Université Paris-Diderot

L’enquête : objectifs et méthode

La Révolution française est le moment patrimonial idéal-typique de l’histoire scolaire. Conçue comme la matrice d’une éducation politique, l’étude de la Révolution française constitue, à chaque palier de la scolarité française, un moment phare de l’année scolaire. Événement dramatique par essence, constitutif du modèle républicain actuel, événement jouissant d’une permanente visibilité dans l’espace public, cette révolution, entièrement tendue vers sa finalité civique s’enseigne du primaire au lycée comme un passage obligé de l’intelligence du passé national [1]. Lire la suite

De la « muséohistoire » des conflits contemporains à la « muséohistoire appliquée » : premier bilan et perspectives

par Frédéric Rousseau, Université de Montpellier III

La muséohistoire : essai de définition d’un néologisme 

Distincte de la muséographie et de la muséologie, la muséohistoire a été définie récemment, et plus exactement au cours de la réalisation d’un programme de recherches international et interdisciplinaire soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (A.N.R., Les Présents des Passés) et développé à l’Université Paul Valéry de Montpellier (France) en 2009-2012 [1]. Précisons tout de suite que si ce programme avait pris pour objets les musées des conflits contemporains, nous pensons que la muséohistoire pourrait être utilement mobilisée pour de nombreux autres types de musées d’histoire, et notamment les musées d’histoire ouvrière et industrielle. Pour aller vite, rappelons que si les muséologues s’intéressent aux sciences et techniques du classement, de la conservation et de l’exposition d’œuvres et d’objets, les muséographes étudient principalement les collections, et retracent l’histoire des musées d’un point de vue essentiellement institutionnel et culturel. Pour sa part, et sans rejeter ces apports tout à fait nécessaires, c’est avec les outils des Sciences humaines et sociales que la muséohistoire s’attache plus spécifiquement à l’examen et au questionnement des narrations muséales [2] de l’histoire. Lire la suite

Mises en textes de l’histoire scolaire et de l’exposition historique, tableaux et récits : autour de l’histoire ouvrière

par Charles Heimberg, Université de Genève

En tant qu’usages publics de l’histoire situés l’un et l’autre entre les productions scientifiques des historiens et les réceptions de leurs publics respectifs, les constructions narratives de l’histoire scolaire (que ce soit dans les manuels scolaires, dans les ressources didactiques ou dans les classes) et des musées d’histoire (analysées par la muséohistoire) présentent bien des points communs, mais aussi de nombreux éléments significatifs qui les distinguent. Lire la suite