Divergences et convergences narratives. La personnalisation de l’histoire dans les récits du passé de l’Allemagne

par Peter Carrier, Institut Georg Eckert, Centre de recherche international sur les manuels scolaires, Braunschweig, Allemagne

Cet article fait appel aux théories littéraires du récit pour définir ses dimensions relationnelles ou « configuratives » comme reflet du sentiment d’appartenance nationale parmi les jeunes en Allemagne. Partant d’une approche constructiviste et comparative, nous constatons que les consciences historiques individuelles sont constituées par les contenus, mais aussi par les formes du récit, qui déterminent les paramètres narratifs dans chaque cas. Les choix de sujets (les protagonistes, les événements, la conception de la Shoah, et la périodisation) et les techniques narratives (la temporalité, la valorisation explicite et implicite du cours de l’histoire, et la focalisation narrative) qui sont à l’œuvre dans les récits scolaires dans le contexte allemand montrent que l’émergence d’un récit commun relève non seulement de ce qu’expriment les textes sur les événements (le ‘quoi’ dénotant le savoir et les causalités), mais aussi de ce qu’impliquent leurs techniques narratives en tant qu’expression de la relation entre les auteurs, les événements et les personnages historiques (le ‘comment’ connotant l’ordre des idées et des points de vue). Lire la suite