Retrouver les discontinuités du passé, défataliser l’histoire, dépasser les idées reçues

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 8, décembre 2016.

L’enseignement de l’histoire, ses contenus et sa forme se distinguent de l’histoire académique par un processus de déconstruction, reconstruction et insertion dans un récit scolaire qui mène à transformer les savoirs scientifiques en des savoirs à enseigner. Ce postulat, qui constitue un fondement de la réflexion sur l’histoire scolaire, est généralement qualifié de transposition didactique. Il décrit une interaction dynamique, et non pas une relation surplombante, entre une discipline relevant des sciences sociales et sa scolarisation. Lire la suite

L’intelligibilité du passé : une finalité d’apprentissage et des recherches qui la questionnent

par Charles Heimberg (Université de Genève)

La science historique fait l’objet de visions antagonistes qui ne sont pas sans conséquences pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire scolaire. En effet, d’un côté l’histoire est vue comme un récit linéaire, ses composantes s’enchaînant dans une construction narrative rétrospective qui suggère un double sentiment de cohérence et d’évidence ; de l’autre, elle est conçue comme une discipline scientifique, une science humaine et sociale, qui propose des questionnements et des clés de lecture pour interroger le monde d’hier et d’aujourd’hui et mettre à distance la plupart de nos certitudes. Lire la suite