Réflexions sur les uchronies scolaires

par Jérôme David, Université de Genève

L’usage des contrefactuels en histoire est sujet à des controverses renouvelées depuis les années 1960. Les travaux cliométriques de Robert Fogel publiés en 1964, dans lesquels l’historien économiste évaluait la contribution des chemins de fer au développement des Etats-Unis en calculant ce que serait devenu le pays sans ce moyen de transport [1], marquèrent à la fois la reconnaissance scientifique des raisonnements contrefactuels en sciences sociales — avalisée par un Prix Nobel d’économie en 1993 — et l’émergence d’une défiance durable à l’égard d’une forme d’expérience de pensée jugée insignifiante par la plupart des autres historiens. Lire la suite