L’élémentation des savoirs

En 2008, Jean-Pierre Astolfi (1943-2009), didacticien des sciences, a incité à dépasser la fausse opposition entre apprentissages disciplinaires des savoirs et connaissances des modalités les rendant possibles, comme si nous pouvions travailler les uns sans les autres. Il s’est référé pour cela à un concept issu des réflexions des Révolutionnaires français qui voulaient mettre rapidement en application le principe du droit de tous à l’instruction publique primaire : l’élémentation des savoirs. Lire la suite

Pour une pragmatique de l’enseignement de l’histoire. Leçons tirées d’une recherche

par Jocelyn Létourneau, Boursier du Collégium de Lyon (Institut d’études avancées de Lyon), Titulaire, CRC en histoire du Québec contemporain, Université Laval

Realistik

Il est certaines réalités connues depuis longtemps par les spécialistes du monde de l’éducation qui semblent ne plus tenir lorsqu’il s’agit d’élaborer une stratégie d’apprentissage de l’histoire pour les élèves du secondaire. Malgré beaucoup d’expérience en la matière, on procède en effet comme si les jeunes étaient des cruches à remplir ; comme si le savoir qui leur était communiqué s’imprimait automatiquement et intégralement dans leur mémoire ; comme si la passion pure motivait leur souci d’apprentissage ; et comme s’ils étaient naturellement attirés par la complexité des choses. Sans douter qu’il y ait des jeunes qui correspondent au modèle de l’ado à l’esprit immaculé, faisant le plein de ce qui lui est transmis en classe, magnétisé par l’histoire et fasciné par les complications du passé, la vérité est que la très grande majorité des teenagers ne rencontrent pas cet idéal. Lire la suite