Analyse d’activités proposées dans des moyens d’enseignement d’histoire en Suisse romande

par Aurélie de Mestral (Université de Genève) [1]

Introduction

Le vendredi 28 juin 2013, les élèves des classes de 3e de tous les collèges français planchaient sur l’épreuve d’histoire-géographie du Diplôme National du Brevet. La polémique qui s’en est suivie ne pose pas la sempiternelle question du niveau qui baisse ou des élèves qui ne savent plus rien, mais, au contraire, remet en question la nature même de l’épreuve. Deux articles d’enseignants en colère (Fillion, 2013 ; Girard, 2013) dénoncent une série de dates auxquelles il faut associer un lieu et un personnage ; une récitation de cours ; de la compréhension de texte, de « l’encyclopédisme » sans construction d’un récit historique ; pas de mise en perspective ; pas de contextualisation ; pas d’apprentissage de la maîtrise d’une notion ou d’un concept ; du par cœur malgré des profs qui réprouvent ce procédé ; en somme, cette épreuve du Brevet expose une conception réductrice de l’histoire et de la géographie. Lire la suite