Littérature et erreur historiographique

par Bruno Védrines (chargé d’enseignement à l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants, Université de Genève), bruno.vedrines@unige.ch

Pour aborder le problème d’un accès à l’intelligibilité du passé par la littérature, nous avons choisi de nous pencher sur les écrits des combattants de la Grande Guerre. Ces textes présentent l’avantage d’avoir été l’objet d’importants débats historiographiques sur leurs usages et leurs éventuelles limites. On le sait, une vive controverse s’est fixée sur le rôle qu’il convient d’attribuer aux écrits des combattants, avec pour corollaire une lecture elle aussi très discutée de l’œuvre de Jean Norton Cru, Témoins, devenue un point de fixation et un enjeu majeur dans la stratégie argumentative des historiens travaillant sur ces questions. Lire la suite