« Histoire, mémoire et transmission de la criminalité nazie: quels documents, quelles images? » Une table ronde le samedi 13 octobre 2018 à Blois

Mis en avant

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD, Paris) et sa revue En Jeu. Histoire et mémoires vivantes s’associe à À l’école de Clio. Histoire et didactique de l’histoire dans le cadre d’une table ronde qui se tiendra dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois le samedi 13 octobre 2018, de 17h30 à 19h00, en salle 22 de l’ÉSPÉ.

Lire la suite

Histoire, mémoires transmission. Journées d’études de didactique de l’histoire et de la citoyenneté à l’Université de Genève les 22 et 23 mai 2018

Les prochaines journées d’études de l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (ÉDHICE) de l’Université de Genève auront lieu les mardi 22 et mercredi 23 mai prochains en collaboration avec À l’école de Clio. Histoire et didactique de l’histoire. Elles se dérouleront en quatre demi-journées autour de la thématique Histoire, Mémoires, Transmission. Lire la suite

Marc Ferro : « L’histoire, pour la rendre objective, il faut qu’elle soit plurielle. »

Au cours d’un récent entretien radiodiffusé en février 2018, Marc Ferro s’est exprimé sur son parcours et sa conception de l’histoire. Il a notamment insisté sur la nécessaire pluralité des sources et l’importance de les croiser pour pouvoir construire de l’histoire. Il a aussi évoqué ce qui distinguait l’histoire scolaire au service de l’unité nationale de l’histoire issue de la recherche, l’histoire fondée sur des mythes de l’histoire qui permet de comprendre les sociétés. Lire la suite

Moi, Nous, professeurs d’histoire et de géographie : à propos d’une enquête en cours

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’université de Cergy-Pontoise, nous cherchons à recueillir des témoignages autobiographiques de professeurs d’histoire et de géographie en France.

Par Thomas Baillergeon, professeur d’histoire-géographie, doctorant, Université de Cergy-Pontoise Lire la suite

Contrer les idées reçues pour que l’histoire scolaire soit vraiment de l’histoire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 9, juin 2017.

Dans la manière de penser l’histoire, il y a très grossièrement une ligne de partage entre deux positions, en simplifiant à l’extrême. Il y a ceux qui pensent l’histoire comme un monde en soi, c’est-à-dire comme une sorte d’absolu, presque comme une métaphysique, une histoire dont les acteurs sociaux sont absents ou ne sont que des figurants. Dans ce cadre, on peut penser que la place donnée à l’événement peut se limiter à une fonction de maillon dans un enchaînement de causalités avec ses logiques propres, dans une mécanique raisonnée qui peut expliquer « la marche » du temps. C’est une histoire qui se déroule en dehors, ou du moins à distance des acteurs sociaux. Au contraire, dans celle que j’essaie d’écrire, et qui découle nécessairement de mes préoccupations, je m’oblige à penser comment les acteurs sociaux pouvaient vivre l’histoire au moment où ils la vivaient, avec ce qu’ils croyaient en voir, ce qu’ils pouvaient percevoir, avoir et comprendre. Je ne dis pas qu’ils font l’histoire mais en tout cas, ils sont là, spectateurs passifs ou non. Et c’est parce qu’il est impossible de faire abstraction des acteurs sociaux que se pose le problème : est-ce qu’un événement ressemble à ce qu’il montre, à ce qu’il dit qu’il est ?

Pierre Laborie, « L’événement, c’est ce qui advient à ce qui est advenu… », entretien avec Pierre Laborie », Sociétés & Représentations, 2011 [1]. Lire la suite

Retrouver les discontinuités du passé, défataliser l’histoire, dépasser les idées reçues

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 8, décembre 2016.

L’enseignement de l’histoire, ses contenus et sa forme se distinguent de l’histoire académique par un processus de déconstruction, reconstruction et insertion dans un récit scolaire qui mène à transformer les savoirs scientifiques en des savoirs à enseigner. Ce postulat, qui constitue un fondement de la réflexion sur l’histoire scolaire, est généralement qualifié de transposition didactique. Il décrit une interaction dynamique, et non pas une relation surplombante, entre une discipline relevant des sciences sociales et sa scolarisation. Lire la suite

« Images des comportements sous l’Occupation ». Un ouvrage collectif

Nous reproduisons ci-dessous, avec son accord, le compte rendu très complet que Cécile Vast a rédigé et publié sur son blog autour d’un livre auquel elle a contribué. Les notions de mémoires, de transmission et d’idées reçues figurent dans le sous-titre de l’ouvrage et en constituent la colonne vertébrale à propos d’un moment historique et d’une thématique qui demeurent l’objet de représentations dominantes qui sont problématiques et qui méritent d’être déconstruites, interrogées et mises à distance. Lire la suite

Trois « générations » de didactique

Dans un récent recueil d’articles réédités (Pourquoi et comment devenir didacticien?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016), Jean-Paul Bronckart évoque trois « générations » de didactique. Voyons ce qu’elles sont pour nous permettre de réfléchir à ce qu’il en est pour la didactique de l’histoire.

pourquoi-et-comment-devenir-didacticien Lire la suite

Les treize volumes du « Cartable de Clio »

Le cartable de Clio, revue francophone de didactique de l’histoire, a vu le jour en Suisse romande en 2001 grâce à un éditeur, Loisirs & Pédagogie, qui a financé d’emblée, chaque année, et pendant sept ans, sa production matérielle.

La revue a ensuite été publiée, de 2008 à 2013, par un autre éditeur, Antipodes, moyennant un apport financier annuel assuré de manière régulière dès 2009 par l’Académie suisse des sciences humaines.

Les fichiers pdf de ces treize volumes du « Cartable de Clio » sont mis à disposition ci-dessous.

Au cœur du projet éditorial du Cartable de Clio, la réflexion sur la didactique de l’histoire a fait contribuer des historiens et historiennes afin de rendre compte de leurs recherches pour la transmission d’une meilleure intelligibilité du passé. Elle s’est aussi adressée à des enseignants et enseignantes d’histoire en vue de susciter des contributions de leur part, en particulier autour de la question de savoir comment faire construire des connaissances d’histoire par les élèves. Elle a surtout publié des articles rendant compte de recherches empiriques en didactique de l’histoire. D’autres rubriques ont également été assurées (usages publics du passé, histoire de l’enseignement, etc.), ce qui a renforcé l’identité plurielle de la revue. Enfin, entre communications expertisées, articles de commandes, contributions rendant compte de manifestations scientifiques, ou encore chroniques d’expériences de terrain, le caractère intermédiaire de la revue a permis la poursuite de son objectif scientifique majeur : faire avancer la réflexion sur l’enseignement et apprentissage de l’histoire au niveau de la pluralité de ses acteurs.

Le cartable de Clio a aujourd’hui disparu, mais la présente revue/carnet de recherche À l’école de Clio. Histoire et didactique de l’histoire en représente la continuité éditoriale et scientifique.

Charles Heimberg, ancien coordinateur responsable de la rédaction du Cartable de Clio de 2001 à 2013

______________________________

Cartable de Clio 1

Cartable de Clio 2

Cartable de Clio 3

Cartable de Clio 4

Cartable de Clio 5

Cartable de Clio 6

Cartable de Clio 7

Cartable de Clio 8

Cartable de Clio 9

Cartable de Clio 10

Cartable de Clio 11

Cartable de Clio 12

Cartable de Clio 13

« L’Europe n’a pas de racines, chrétiennes ou autres, elle s’est faite par étapes imprévisibles… »

« L’Europe n’a pas de racines, chrétiennes ou autres, elle s’est faite par étapes imprévisibles, aucune de ses composantes n’étant plus originales qu’une autre » .

Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien (312-394)

Le concept de « racine » associé à l’histoire et aux références au passé est un lieu commun que le savoir historien ne valide pas. Lire la suite

Pour une dimension citoyenne de l’École qui fasse questionner, apprendre, réfléchir…

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 7, juin 2016.

Lorsque surviennent des événements tragiques, comme avec les récents attentats en France et en Belgique, et au-delà de la gestion immédiate de l’émotion et des inquiétudes qu’ils suscitent, l’École est à la fois interpellée et encline à développer des stratégies relevant d’une volonté aussi bien de prévention que de prescription d’un « vivre-ensemble ». Or, celle-ci est davantage fondée sur des injonctions et des rituels que sur des apprentissages de sciences sociales susceptibles de contribuer, dans une perspective d’émancipation, à construire les possibles d’un lien social pour l’avenir. Lire la suite