L’éducation laïque et ses temporalités : usages et mésusages d’un concept. Présentation générale

par la rédaction

Suite à sa récente mise en visibilité consécutive à l’introduction en France, il y a quelques années, d’un cours d’« éducation morale et civique » se voulant laïque, mais aussi au développement d’une nouvelle littérature scientifique consacrée à ses fondateurs, la notion d’éducation laïque est de plus en plus d’actualité face aux défis de la construction d’une société pluriculturelle, ainsi que de la présence insistante du thème des intégrismes dans le débat public. Par ailleurs, le mot « laïcité », très souvent évoqué, se caractérise par une grande variété d’usages : s’il est souvent synonyme d’empathie et d’acceptation d’un dialogue avec l’Autre, il peut aussi être utilisé pour nier les diversités et induire une assimilation culturelle contrainte. Nous interrogeons ici, pour la France, les théories, les pratiques et les temporalités de l’éducation laïque de la Révolution française jusqu’à nos jours, en passant par l’expérience des réseaux qui ont contribué à l’élaboration du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, dirigé par Ferdinand Buisson (1841-1932), mais dont James Guillaume (1844-1916) a été l’un des principaux rédacteurs. Nous abordons également ces évolutions dans le contexte de la Suisse romande.

Il y a lieu d’analyser les liens entre les milieux intellectuels qui ont construit les systèmes de l’éducation publique et laïque de l’époque et les éducateurs qui ont initié les expériences de la pédagogie libertaire et des universités populaires, parmi lesquels ce même James Guillaume, mais aussi Paul Robin (1837-1912). Ainsi des expériences et des pratiques pédagogiques visant à l’émancipation sociale par les savoirs peuvent-elles être mises à jour.

Ces questions ont aussi leurs échos dans le contexte suisse-romand, dans un espace géographique où des différences cantonales apparemment marquées n’effacent pas la possibilité d’enjeux proches ou communs autour des ambiguïtés de la notion de laïcité.

Cette laïcité pourrait dès lors être comprise au sein du projet scolaire d’instruction et d’éducation dans le sens d’un dilemme contemporain, celui de savoir « comment faire valoir sans prescrire ». Par conséquent, nous interrogeons également ce patrimoine historique d’idées et de pratiques pédagogiques en fonction des défis et des débats actuels autour de l’enseignement et apprentissage de l’histoire, de la géographie et de la citoyenneté, y compris sous l’angle de l’histoire et de l’analyse des phénomènes religieux qui en font partie.