L’image au quotidien : Jean Debrit et ses journaux illustrés 1909-1919

Par Gianni Haver, Université de Lausanne

[Présentation lors des journées d’études “Comment rendre compte de la guerre et de ses acteurs?” tenues à l’Université de Genève en mai 2014.]

En dépit de son importante diffusion tout au long du XXe siècle, la presse illustrée n’a été que très peu prise en compte par les historiens. En Suisse, à l’exception de quelques études spécifiques ayant inauguré la recherche dans ce domaine [1], la plupart des ouvrages sur la presse écrite ne font que citer l’existence des illustrés les plus connus. Plus récemment des chercheurs ont amené quelques avancées sur ce domaine, notamment par le biais de l’histoire d’entreprise [2] ou des recueils d’études de cas [3]. Devant ce terrain encore largement inexploré, cet article propose par sa modeste contribution d’amener un éclairage sur les premiers moments de la presse quotidienne illustrée en Suisse. Pour ce faire, nous nous intéresserons à la figure du genevois Jean Debrit qui est à l’origine de deux périodiques qui se démarquent par leurs caractéristiques des autres titres helvétiques. Le premier, l’ABC (1909-1914), est selon toute probabilité la première tentative de lancer un quotidien illustré en Suisse. Le second, La Guerre Mondiale (1914-1919), est un bulletin quotidien illustré consacré uniquement au conflit. A une époque où l’illustration est pour l’essentiel l’apanage des hebdomadaires, ces deux titres font figure d’exception.

 

Jean Debrit naît le 6 juillet 1880 à Genève. Il est le fils de Marc Debrit (1833-1911), journaliste bien connu dans la cité de Calvin et directeur du libéral Journal de Genève qui occupe une place de prestige en Suisse Romande [4]. Pendant ses études en Lettres à l’Université de Genève, il participe aux activités de la société d’étudiants d’inspiration libérale Zofingue, à laquelle appartenait déjà son père, en assurant la vice-présidence de la section genevoise. Premier lieutenant à l’armée avant la guerre, puis capitaine durant la mobilisation, Jean suit professionnellement la voie paternelle en se consacrant encore jeune au journalisme. Il collabore initialement au Journal de Genève, puis fonde son propre titre en 1909, l’ABC. A la mort de son père en 1911, Jean Debrit entre au comité de l’Association de la Presse Genevoise. Ensuite de cela, son activité rédactionnelle s’étoffe encore durant la guerre avec la création d’un nouveau titre : La Guerre Mondiale. Ne s’arrêtant pas là, il lance encore en 1917 l’hebdomadaire La Nation suivi peu après du bulletin quotidien La Feuille.

Avant de développer notre analyse qui se focalisera sur La Guerre Mondiale, jetons un bref regard sur l’ABC, et plus particulièrement à sa manière innovante d’utiliser l’image. En effet, le premier titre de Jean Debrit faisant figure de pionnier dans la presse quotidienne illustrée, il nécessite une rapide mise en contexte.

 

Un quotidien illustré suisse, une nouveauté

Le 12 mai 1909, une assemblée convoquée sous les auspices de Jean Debrit et Jacques Oltramare lance les bases pour la fondation d’un nouvel organe de presse. Debrit n’a alors que vingt-huit ans mais son nom – ou plutôt le nom de son père – est assez connu pour que la presse quotidienne romande se fasse largement écho du lancement du nouveau titre, l’ABC. Le journal est alors annoncé comme ayant des sympathies libérales, posture corrigée dans le premier éditorial de Debrit qui fait plutôt montre d’une proximité avec les radicaux tout en relevant son absence d’appartenance à un quelconque parti politique.

Le premier numéro sort le 28 mai et compte douze pages et une douzaine d’illustrations. La présence publicitaire y est massive en occupant presque quatre pages, soit un tiers du total. Sa parution est d’abord hebdomadaire, tous les vendredis, mais ce rythme n’est que momentané : l’ABC devient bihebdomadaire dès le 24 septembre 1909, puis tri-hebdomadaire à partir le 16 août 1910 et enfin quotidien en dénombrant six sorties par semaine dès le 26 octobre 1910. Il devient alors le premier quotidien illustré de Suisse, ceci en ne nonobstant pas que d’autres quotidiens du pays aient publié des photographies, fait assez rare si il en est. Cependant, à la différence de ces derniers, la photographie n’est plus dans l’ABC un simple ajout visuel épisodique mais se trouve être l’élément fondamental de sa formule. Ce pari sur l’image donne au journal une position en avance sur son temps. A titre de comparaison, le premier numéro de l’Excelsior, qui passe pour être le premier quotidien illustré français, ne sort qu’une vingtaine de jours plus tard, le 16 novembre 1910.

Le format, initialement assez petit (25 X 32 cm), augmente progressivement pour finalement atteindre des dimensions proches d’un quotidien de l’époque (33,5 X 47,5 cm). Avec la parution quotidienne, les clichés se font cependant un peu plus clairsemés et se concentrent sur la première page, servant en quelque sorte d’élément d’appel pour le potentiel lecteur. La rédaction essaie visiblement de limiter les frais supplémentaires engendrés par l’achat des clichés en les louant ou les vendant après usage [5]. Il arrive également qu’une même photo soit réutilisée dans des numéros postérieurs.

Le contenu éditorial du journal se démarque aussi par quelques particularités, avec par exemple la présence journalière d’une rubrique destinée aux lectrices – héritée des contenus habituels de la presse illustrée hebdomadaire – s’ajoute à cela une attention particulière portée aux thèmes associés à la modernité en ce début de siècle. L’ABC consacre ainsi une partie conséquente de ses unes à l’aviation, un sujet qui semble passionner Jean Debrit que l’on retrouve parmi les fondateurs de la Ligue Nationale Suisse pour la navigation aérienne au début de l’année 1909. Les revenus publicitaires représentant de toute évidence une part très importante du financement du journal, celui-ci a donc tout intérêt à jouir de la plus grande diffusion possible. Pour cette raison, une série d’abonnements gratuits sont proposés non seulement aux hôtels mais également aux familles genevoises de plus de six personnes de même que les personnes considérées par la rédaction comme étant « des clients potentiels des annonceurs ». Cependant, les revenus publicitaires s’avèrent insuffisants à la survie du journal et l’ABC se porte mal. Dans la tentative de sauver le titre, Jean Debrit sollicite en 1913 des fonds auprès de personnalités politiques des régions françaises près de Genève, une opération dont on ne connaît pas le résultat [6]. À court de moyens, Jean Debrit commence en octobre une collaboration avec La Tribune de Genève, tout en continuant son activité à l’ABC [7].

Le dernier numéro de l’ABC est celui du 2-3 mai 1914. Rien n’est annoncé concernant sa prochaine disparition, on y trouve au contraire des annonces incitant les lecteurs à s’abonner.

 

Du conflit armé à La Guerre mondiale

Les débuts des hostilités donnent à Jean Debrit l’opportunité de développer d’autres projets. Le 1er septembre 1914 sort dans les kiosques et librairies un petit fascicule, d’un format proche de l’actuel A4, composé de huit pages portant pour titre La Guerre Mondiale. Comme pour l’ABC, sa parution est quotidienne (dimanche excepté) et il est illustré. Contrairement à l’ABC, il n’y a pratiquement pas de publicités et cela explique probablement son prix au numéro de 10 ct, soit le double du pourtant bien plus volumineux ABC. Ce « bulletin illustré » est imprimé par la société genevoise ATAR connue pour la réalisation de La Patrie Suisse qui est vue alors comme le plus prestigieux titre illustré romand [8]. Ce nouveau périodique concentre tout son intérêt sur le conflit tel qu’il se déroule au delà des frontières suisses : bien que les rapports du pays et de ses des autorités avec les belligérants peuvent occasionnellement être commentés, ni les articles, ni les illustrations ne s’intéressent à la mobilisation et à l’armée helvétique. Le succès initial de La Guerre Mondiale semble avoir été important et les premiers numéros, rapidement épuisés sont réimprimés plusieurs fois. La demande est si forte que les réimpressions n’arrivent plus à la satisfaire entièrement, la société Naville qui s’occupe de la distribution se voyant même obligée d’annoncer à ses points de vente qu’il lui est impossible d’accepter de nouvelles commandes [9].

Un des points forts de La Guerre Mondiale est de proposer dans chaque numéro des cartes (imprimées en rouge) présentant jour par jour les positions des belligérants sur les différents fronts. Ce parti pris documentaire vient renforcer l’impression que le journal veut donner, celle d’un bulletin rendant compte du conflit le plus objectivement possible. La reproduction de communiqués officiels des différents pays ainsi que l’usage de la photographie tendent également vers ce même but. Pour la plupart, les images sont empruntées à des titres étrangers selon un choix représentatif des différentes positions belligérantes. Le plus souvent, leur origine est indiquée. Hormis les cartes, environ cinq photographies sont présentées dans chaque numéro, soit une trentaine par semaine. Cela représente une offre néanmoins inférieure à celle des hebdomadaires de guerre comme le français Le Miroir, ou l’allemand Illustrierer Kriegs-Kurier. Des croquis explicatifs complètent parfois l’offre d’images, comme dans le premier numéro où quatre dessins tentent d’expliquer les raisons des effets dévastateurs de l’artillerie allemande sur les forts belges. Les illustrations relevant d’une exécution artistique sont plus rares mais pas complètement absentes. Ainsi, la une des septième et huitième numéros sont effectivement occupées par des dessins en noir et blanc « expressément réalisés pour La Guerre Mondiale » mais la collaboration avec le dessinateur ne semble pas s’être poursuivie au-delà de cet essai.

Pour l’essentiel, le bulletin est rédigé par Debrit, notamment les longs comptes-rendus sur la situation des divers fronts, avec en parallèle d’autres collaborateurs prêtant leur plume à l’entreprise. Jules Carrara (1859-1917), professeur, poète et journaliste libre-penseur, proche des académiciens Anatole France, Pierre Loti ou Claude Farrère y publie plusieurs poèmes. Marguerite Debrit née Haenssler, première femme de Jean et déjà rédactrice des « propos de femmes » de l’ABC sous le pseudonyme de Pénélope, signe avec le même nom la rubrique de cuisine « menus de guerre ». Parfois, le journal accueille aussi des articles de journalistes étrangers, français, allemands ou italiens.

L’esprit de « neutralité » qui anime La Guerre Mondiale des origines est conforme à celui qui est adopté par l’essentiel de la presse romande, il s’agit d’une neutralité clairement favorable à l’Entente. Si les cartes et les comptes-rendus de Debrit restent relativement distanciés [10], tel n’est pas le cas des autres contenus du bulletin illustré helvétique et notamment des poèmes de Jules Carrara. Ce dernier se permet des écarts qui éveillent rapidement l’attention des autorités fédérales de censure. Deux poèmes violemment anti allemands sont ainsi remarqués dans les numéros du 30 septembre et du 2 octobre 1914. Les autorités considèrent à l’époque La Guerre Mondiale comme un périodique dont le point de vue est déterminé par la communauté française de Genève et ne prétendent donc pas qu’il se tienne à une impartialité sans reproche. Par contre, les poèmes en question sont considérés cette fois comme des attaques trop dures envers un pays « qui a des relations amicales avec la Suisse » et le titre reçoit alors son premier avertissement à seulement à peine plus qu’un mois après sa naissance [11].

A la lecture d’un passage de « À la vierge d’Aerschot », publiée le 30 septembre 1914, on devine aisément ce qui pose problème à la censure :

 

Dix minutes à peine ont passé, ces Vandales

Ont rempli le pavé d’horreurs et scandales.

Ils ont craché par la gueule de leurs clairons

Un flot boueux de blasphèmes et de jurons.

Ayant faim, ils ont pris le maître autel pour table,

Puis ils ont commencé l’orgie épouvantable.

Ils ont fait prendre un porc, puis ils l’ont égorgé,

Et puis ils l’ont fait cuire, et puis ils l’ont mangé,

Et ces Caïns teutons ont dévoré leur frère.

Dieu des Goths ! est-il là rien qui te soit contraire ?

 

Bien que les vers de Carrare soient représentatifs de la forte sympathie romande vis-à-vis de la Belgique neutre envahie par les allemands, ces formules amalgamant explicitement les soldats du Kaiser à de porcs sont trop provocatrices pour figurer sur un journal suisse.

 

Des images au-delà de l’illustration

Comme cela a été exprimé précédemment La Guerre Mondiale se targue de poser un regard neutre sur la guerre, ceci soutenu par la mise en avant de certains choix rédactionnels. Dans se sens elle reproduit dans ses pages des photographies empruntés aux illustrés de deux camps. Durant les premiers mois de guerre, les photos empreintes aux périodiques allemands restent cependant minoritaires par rapport à celles provenant de titres anglais ou français. Des 137 photographies publiées sur les 26 numéros de septembre 1914, 11 sont d’origine suisse (Schweizer Illustrierte Zeitung), 27 française (L’Illustration, Excelsior, Lectures pour tous, Le Miroir, Le Monde Illustré, La France géographique illustrée), deux belge (La Belgique illustrée), six anglaise (Illustrated London News, Daily Miror, Engineering), quatre italienne (L’Illustrazione Italiana, La Domenica del corriere, La scienza per tutti), 27 allemande (Der Welt-Spiegel, Der Tag, Illustrirte Zeitung, Zeitbilder, Die Woche, Die Wochenschau, Berliner Tageblatt, Berliner illustrirte Zeitung, Die Gartenlaube). Au milieu de cela, seulement deux sont signées par La Guerre Mondiale, deux par des sources non périodiques et 56 ne portent pas mention de leur origine. Le résultat est donc assez équilibré même si il est légèrement favorable aux périodiques de l’Entente, néanmoins cette arithmétique n’explique pas tout. Par exemple, il est courant que des clichés repris à la presse anglaise représentent en fait l’armée du Kaiser et inversement, La Guerre Mondiale n’étant pas le seul périodique à se servir auprès des autres titres. De plus, bien au-delà de l’origine déclarée des photos c’est leur sujet qui est important. L’équilibre quantitatif des sources convoquées sert sans aucun doute à nourrir l’apologie de l’impartialité, mais leur traitement révèle un discours plus tranché. Les images de cadavres et de destructions constituent par exemple des éléments visuels forts et donc implicitement critiques vis-à-vis du belligérant responsables des actes en question. Suivant cette grille de lecture, si l’on aborde l’ensemble des images des premiers mois de La Guerre Mondiale, on retrouve sans peine la claire dénonciation de l’invasion de la Belgique telle qu’elle avait déjà été exprimée dans les poèmes de Carrara. On y remarque notamment les clichés de plusieurs monuments historiques, religieux, ou de lieux culturels détruits durant l’offensive allemande. Les commentaires des photos se distancient dans ce cas du ton neutre usité dans La Guerre Mondiale et servent dans ce cas à souligner l’origine et la gravité des actes dont le résultat est montré par l’image. La première de ces photos est publiée à la une du numéro du 17 septembre 1914 et est empruntée à l’hebdomadaire illustré allemand Die Woche. Elle est commentée par une légende encore modérée : « L’université de Liège, détruite par l’armée allemande ». Le ton se corse le 23 du même mois avec des photos d’avant guerre de la Cathédrale de Reims empruntés cette fois à La France Géographique Illustrée commentées par un laconique « Ce que les Vandales ont détruit ». Le lendemain c’est au tour d’une photo de Der Tag montrant les ruines de la Cathédrale de Louvain et titrée « Les Allemands sont passé par là » de fonctionner comme élément dénonciateur. Des images du même type se retrouvent encore les mois suivants [12]. Bien entendu, il n’est pas anodin que dans deux de ces trois cas, la photographie servant de support au discours accusateur provienne de périodiques allemands. A noter que les deux photos montrant les effets de la destruction sont allemandes, alors que celle d’origine française montre l’édifice avant la guerre. Cette manière de faire permet donc de se dédouaner d’une accusation de partialité en montrant les crimes tels que leurs auteurs les montrent, la légende se chargeant ensuite d’en infléchir ou d’en renforcer le sens.

Les images de cadavres ne sont pas nombreuses dans les pages de La Guerre Mondiale, il en existe une quinzaine entre septembre 1914 et avril 1915. La première photo rapportée à la une est publiée le 14 septembre 1914 mais reste assez vague car ni les éléments visuels, ni la légende ne permettent d’identifier aisément la nationalité du mort – vraisemblablement Serbe – que l’on s’apprête à enterrer après la bataille. Il faudra attendre trois mois pour voir des images plus poignantes: notamment celle du cadavre carbonisé d’une vieille femme abandonné dans les ruines de l’église d’Auve publiée à la une le 21 janvier 1915 et reprise de L’Illustration. On peut citer encore la photo d’enfants et de femmes serbes massacrés « paraît-il » par les Austro-Hongrois ; cette photo largement utilisée par la presse de l’Entente est bien plus suggestive que la précédente, élément qui motive probablement sa place en dernière page du numéro du 29 janvier 1915. Parfois, des cadavres allemands servent à constater la « supériorité des héroïques pioupoux [13] », comme le précise la légende rattachée à la photographie placée à la une du 15 avril 1915 et montrant une tranchée prise par les français. À part ces exceptions qui indiquent de manière non-équivoque un positionnement favorable à l’Entente, les autres images de morts sont montrées comme la représentation « logique » bien qu’effroyable de la guerre.

Cette politique de publication de photos macabres connaît un ralentissement notable l’année successive : seul quatre numéros comportent de telles images (dans un cas il s’agit d’un triptyque) et les légendes deviennent très modérées. D’autre part, il ne s’agit pour l’essentiel de soldats allemands (sauf dans le triptyque qui est censé montrer indistinctement les hommes morts à la guerre mais où l’on reconnaît des Français).

La posture reste néanmoins relativement pro française, mais les prises de position semblent devenir plus modérées.

 

Jean Debrit et l’Allemagne

Jean Debrit garde une réputation de commentateur « neutre » pendant une bonne partie de la guerre, les ouvrages sur La guerre de 1914 [14] sont appréciés pour leur ton analytique et détaché. Ils sont édités par ATAR, l’éditeur du très national illustré La Patrie Suisse et coédités par la maison parisienne G. Delandre. En Suisse alémanique il peut même être perçu comme clairement anti-allemand puisqu’en juin 1917 encore, le Berner Tagblatt réclame l’interdiction de ses conférences les considérant effrontément francophiles.

Pourtant, dès le printemps 1915, des contacts secrets sont établis entre Jean Debrit et le Ministre d’Allemagne à Berne, Gisbert von Romberg. Ce rapprochement n’est pas immédiatement visible dans les pages de La Guerre Mondiale car Romberg demande à Debrit de maintenir une ligne relativement défavorable à l’Allemagne afin de continuer à toucher le lectorat français [15]. Deux cents abonnements sont conclus pour permettre la distribution du journal dans les territoires français occupés par l’Allemagne ainsi que dans les camps de prisonniers. Si l’expérience devait se révéler être un succès, il est prévu d’augmenter ce chiffre à cinq-cents. D’ailleurs dans son numéro du 25 septembre 1916, La Guerre Mondiale présente sous un jour favorable la presse allemande destinée aux prisonniers de guerre ou aux régions occupées, ceci en se gardant bien de se compter parmi ces titres. Les Allemands envisagent même d’acheter le périodique, Romberg est d’ailleurs favorable à cette option mais finalement Berlin émet un avis défavorable car un tel rachat risquerait d’anéantir la crédibilité de La Guerre Mondiale [16].

En 1917, la compromission avec l’Allemagne augmente, Debrit publie l’ouvrage … Et ce fut la guerre ! : les causes morales : les causes lointaines : les causes immédiates qui provoque des réactions virulentes en Suisse romande. On lui reproche notamment de soutenir que les responsabilités de la guerre sont partagées, position qui dédouane, du mois partiellement, l’Allemagne [17]. Le 2 juin 1917, Debrit sort le premier numéro de l’hebdomadaire La Nation : organe suisse indépendant, suivi le 28 août par La feuille : bulletin quotidien de la Nation. Ces périodiques prennent cette fois clairement position : tout en se targuant d’affirmer un point de vue « réellement suisse », ils ouvrent une brèche dans la quasi unanimité pro française de la presse romande et pire, s’adonnent à des proclamation pacifistes. Debrit lui-même se fait remarquer en novembre 1917, à un congrès pacifiste organisé à Berne. La Gazette de Lausanne du 23 novembre 1917 rapporte son nom tout en décrivant les participants comme : « un monde très particulier, fortement mélangé d’éléments maçonniques et judaïques, beaucoup de Slaves aux longs cheveux et aux yeux mystiques, quelques dames pour lesquelles le pacifisme semble être le cousin germain du féminisme ». Les pacifistes, accusés d’affaiblir les défenses du pays et de saper le moral, ont en Suisse comme ailleurs, très mauvaise presse. La réputation de Debrit s’écroule, il est critiqué de tous bords, et on l’accuse de financer La Nation et La Feuille avec de l’argent allemand, chose par ailleurs exacte. Les informations récoltées par Alexandre Elsig dans les archives allemandes sont à cet égard sans appel : rien que pour La Feuille Debrit reçoit à la fin de la guerre 23’000 francs chaque mois depuis Berlin [18]. A l’époque on s’en doute mais la preuve n’en est pas faite, plusieurs observateurs relèvent toutefois que les souscriptions et les ventes des journaux de Debrit ne pourraient suffire à leur survie. En 1918 par exemple, Marcel Guinard, avocat à Genève sort une brochure, Derrière le masque, où il attaque Debrit et La Feuille sur la question des financements. Enfin, dans un éditorial du 1er mars 1918 traitant de la notion de défaitisme, Paul Perret, directeur de Tribune de Lausanne rend compte de la « transformation » de Jean Debrit en ces termes : « M. Debrit travaille-t-il pour l’Allemagne ? C’est ce que nous nous garderons bien d’affirmer, malgré toutes les hypothèses basées sur le fait que les dépenses de la « Feuille » ne paraissent pas correspondre à ses ressources connues. M. Debrit s’est fait remarquer, dès le début de la guerre, pas sa volonté d’être impartial, de ne céder à aucun entrainement. Il y a eu quelque mérite, reconnaissons-le. Mais le bulletineur méthodique et froid de la « Guerre mondiale » est devenu le polémiste amer de la « Feuille », acharné à exploiter les torts, réels ou imaginaires, de l’Entente, à mettre en valeur tout ce qui pouvait lui nuire dans l’esprit de notre public. » Finalement, l’opposition à Debrit est telle qu’en décembre 1918, il est expulsé de l’Association de la Presse Genevoise, soit la même association qui l’avait recruté pour devenir membre de son comité en 1911, au moment de la mort de son père.

 

La Guerre Mondiale après la Guerre

Qu’en est il du bulletin quotidien illustré lancé en 1914 alors que la polémique grossit autour de La Nation et de La Feuille ? A vrai dire, le titre continue sur sa lignée, mais le ton est bien plus modéré qu’en 1914-1915. En 1918, La Guerre Mondiale donne beaucoup de place à l’armistice entre la Russie et les Empires centraux, évènement sur lequel ces derniers tablent pour récupérer leurs forces. Dès le 23 janvier 1919, l’illustré ralenti sa parution en ne sortant plus que deux fois par semaine, officiellement en raison du calme qui règne sur les fronts et donc des nouvelles moins fréquentes, mais en réalité car le titre cède son quota de papier à La Feuille qui peut ainsi paraître sur quatre pages plutôt que deux. Le nombre de photos par numéro est à cette époque de quatre, soit un peu moins qu’au début de la guerre, mais le nombre des cartes, à la suite des ouvertures d’autres fronts, a augmenté. Jean Debrit écrit moins de textes, même si son nom reste bien présent. Plusieurs articles sont signés par le journaliste français Julien de Narfon et quelque fois contrebalancés par ceux d’un collègue allemand, tel Alfred Gradenwitz. A côté de cela, le prix de vente augmente considérablement, atteignant les 20, puis 35 cts, contre les 10 cts des premiers numéros.

La Guerre Mondiale cesse de paraître en août 1919 avec un numéro spécial sur le traité de paix et ses conséquences, comportant également l’index de l’ensemble des ses 1108 parutions. Jean Debrit y signe un long article d’analyse, qui a posteriori se révèle clairvoyant : « La conclusion, c’est donc que nous avons la paix, sans être bien sûrs de l’avoir. Elle est écrite sur parchemin, signée et sellée à plaisir. Mais des multiples problèmes, européens et autres, qu’elle soulève en si grand nombre, beaucoup n’ont pas été résolus. D’autres, nouveaux, surgissent ou, anciens se réveillent. »

 

Après la guerre La Nation et La Feuille cessent elles aussi de paraître et Jean Debrit accepte le poste de rédacteur à Paris-Genève, puis démissionne pour occuper un poste de lecteur à l’université de Giessen. Il gère ensuite le secteur publicitaire d’une grosse entreprise bernoise, poste qu’il quitte pour devenir vers la fin des années 1920 [19] rédacteur de la Revue automobile. Il occupe cette fonction jusqu’à sa mort survenue à Berne dans la nuit du 3 au 4 février 1956 des suites de la maladie de Parkinson.

 

Le choc des mots, le poids des photos

Avec l’expérience de La Guerre Mondiale, l’attention se trouve attirée sur les rôles différents remplis par la plume et l’image dans ce type de presse. Si en 1914 la photographie de presse n’est plus une nouveauté absolue, il semble néanmoins évident qu’en Suisse, comme dans plusieurs autres pays, la guerre en amplifie et en modifie l’usage. A cet égard, la guerre impose des genres photographiques autres que le portrait collectif ou individuel, le paysage et les poses de situation. Elle crée les conditions nécessaires permettant d’amener au public des milliers d’instantanés pris par les soldats eux-mêmes qui couvrent le conflit sur ses aspects les plus anodins comme sur les plus effroyables. Ces images prises « sur le vif », qui autrefois auraient été considérés esthétiquement inadéquates, deviennent appropriées voire nécessaires pour représenter une guerre qui a profondément changé de forme. Elles finissent par asseoir la photographie dans un rôle de témoin.

Par ce biais, l’image est donc investie du rôle de garante de l’objectivité et elle se prête à porter le point de vue neutre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le fer de lance de la propagande allemande en Suisse et en Europe en général, l’Illustrierer Kriegs-Kurier, la privilégie largement au texte car c’est un moyen de nuancer sa partialité. Le texte est censé convaincre pendant que la photographie est censée montrer [20]. La Guerre Mondiale construit une large partie de sa posture de neutralité sur l’image. L’image la plus technique, la moins émotionnelle, la carte géographique, constituant le garant absolu de sa prétendue impartialité alors que son opposé même, la poésie, peut se permettre des propos virulents. L’une étant censée compenser l’autre. L’image est ainsi une partie constitutive de l’alibi d’impartialité nécessaire à tout propos, surtout lorsque ces propos sont tenus sur un périodique d’un pays neutre comme la Suisse. D’ailleurs, non seulement la plume attire plus souvent que l’image les réaction de la censure, mais c’est aussi la plume qui est investie par les belligérant qui veulent s’attirer les sympathies des Suisses. L’Allemagne finance La Feuille, ainsi que le livre … Et ce fut la guerre ! toutefois son aide à La Guerre Mondiale est moins claire. Et même si l’illustré n’a pas vraiment réussi l’exercice, le rôle de La Guerre Mondiale est finalement davantage celui de se porter garante de la neutralité du point de vue de Debrit, que de se transformer en brûlot contre l’Entente. L’image joue un rôle central dans ce transfert.

 

[1] À citer notamment la thèse de Rudolf Steiner, Illustrierte und Politik, Berne, P. Haupt, 1971.

[2] Comme les deux volumes de Peter Meier et Thomas Häussler, Zwischen Masse, Markt und Macht: das Medienunternehmen Ringier im Wandel 1833-2009, Zurich, Chronos Verlag, 2010. Ou le livre de Karl Lüönd, Ringier bei den Leuten (1833 -2008). Die bewegte Geschichte eines ungewöhnlichen Familienunternehmens, Zurich, Neue Zürcher Zeitung, 2008 (publié également en français sous le titre Ringier proche des gens: l’étonnant destin d’une entreprise curieuse, dans un étrange pays : 1833-2008).

[3] Philippe Kaenel (dir), Les périodiques illustrés (1890-1940). Écrivains, artistes, photographes, Lausanne, Infolio, 2011 ou Gianni Haver (dir.) Photo de presse : usages et pratiques. Antipodes, Lausanne, pp. 39-65, 2009.

[4] Mais aussi défenseur dès la première heure de l’innocence du capitaine Dreyfus, ce dernier va envoyer une lettre à l’occasion de la mort de MD (publiée par l’ABC et reprise par Le Journal de Genève).

[5] Voir l’annonce publiée le 6 août 1909 précisant que la plupart des clichés de l’ABC sont vendus à prix avantageux ou loués à 5 ct le cm2.

[6] La lettre circulaire en question est reproduite par Le Genevois du 19.02.1918, Voire aussi la Feuille d’Avis de Lausanne du 21.02.1918.

[7] Feuille d’Avis de Lausanne du 02.10.1913.

[8] Bien que Lectures du Foyer, un hebdomadaire imprimé à Zurich mais destiné au marché francophone, soit le plus lu, La Patrie Suisse jouit d’une renommée importante à cette époque et son sérieux en fait quasiment une publication de référence.

[9] Bulletin Naville, 25 septembre 1914.

[10] Remarquons cependant que Jean Debrit signe également des articles qui prennent plus clairement position, comme « Les fautes allemandes » du 26 octobre 1914.

[11] Extrait du procès verbal du Conseil Fédéral du 7 octobre 1914, Archives Fédérales Suisses, E27/13787.

[12] Voir notamment les numéros du 11 et 31 décembre 1914 ou du 5 février 1915.

[13] Soldat d’infanterie en argot français. La Guerre Mondiale utilise initialement ce terme déjà désuet à quelque reprise avant d’adopter le plus récent « poilu ».

[14] 5 volumes édités à partir de 1914.

[15] Politisches Archiv des Auswärtigen Amt, Berlin, R122982, lettre de Romberg à la Chancellerie, Berne, 28 mai 1915. Ces informations m’ont été aimablement transmises par Alexandre Elsig.

[16] Politisches Archiv des Auswärtigen Amt, Berlin, R122982, lettre de Romberg à Radowitz, Berne, 23 novembre 1915 et réponse du 2 décembre 1915. Ces informations m’ont été également transmises par Alexandre Elsig.

[17] Voir notamment, la critique virulente parue sur la Gazette de Lausanne du 15.09.1917.

[18] Alexandre Elsig s’est intéressé au cas de Jean Debrit dans le cadre de sa thèse en cours: Entre culture de guerre et culture de paix : la Suisse dans la Grande Guerre sous la direction du Prof. Alain Clavien de l’Université de Fribourg.

[19] La première référence à cette occupation que j’ai trouvée est un article de la Feuille d’avis de Lausanne du 09.05.1928.

[20] Sur les illustrés de propagande allemands en suisse on pourra consulter « Propagande allemande et renouveau patriotique : Alexandre Elsig, « L’enjeu médiatique des ‘Feuilles suisses du dimanche’ (1915-1918) », in Relations internationales, 1, 2013, pp. 57-69.



Citer ce billet
Rédaction (2023, 3 août). L’image au quotidien : Jean Debrit et ses journaux illustrés 1909-1919. À l'école de Clio. Histoire et didactique de l'histoire. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0sg