Rendre compte de la guerre. Le cas de la France des années noires

Par Pierre Laborie, ÉHÉSS

[Présentation de Pierre Laborie lors des journées d’études “Comment rendre compte de la guerre et de ses acteurs?” tenues à l’Université de Genève en mai 2014. Ce texte est, dans sa forme initiale, celui que Pierre Laborie nous avait adressé après sa présentation. Il a été publié avec un travail d’édition de Cécile Vast et Jean-Marie Guillon dans Pierre Laborie, Chapitre II. Rendre compte de la guerre. Le cas de la France des années noires, Penser l’événement. 1940-1945. Gallimard, folio-inédit, 2019, pp. 43-58.]

Aucune lecture du passé n’est innocente et les historiens ne font pas exception. Ils sont fils de leur temps. Rappel banal, sauf qu’il n’y a souvent là qu’un langage convenu, sans conséquence. L’une d’entre-elles serait pourtant d’inciter à fournir des explications sur la fabrication de notre discours, du savoir qu’il diffuse, de nous interroger sur sa réception et sa transmission. L’histoire du très contemporain et sa familiarité trompeuse rendent indispensable cette exigence. Elle l’est plus encore face aux situations de crise des temps de guerre, en raison des enjeux et de leurs usages, des stéréotypes durables qu’ils produisent et alimentent, de ce qu’ils révèlent.

Tel que formulé dans le programme, Comment rendre compte de la guerre et de ses acteurs, le sujet proposé est immense, impossible à cerner dans le cadre d’une intervention. En accord avec Charles Heimberg, et dans le prolongement des remarques précédentes il s’agira avant tout de réfléchir à quelques-uns des problèmes posés aujourd’hui par l’écriture de l’histoire de la guerre. Avec des limites. Celles des prismes français et du regard rétréci d’un conflit mondial réduit aux contours d’un modèle proche de l’exception : la signature d’un armistice et l’existence du gouvernement de Vichy en font un modèle difficilement exportable. Avec celles, plus étroites encore, de mon champ de recherche consacré en priorité à l’entendement des imaginaires sociaux. Vision restreinte, mais qui s’ouvre toutefois vers des questions plus larges d’épistémologie, autour des fonctions de cette histoire, de sa complexité, de ses détournements et de son instrumentalisation.

Pour m’en tenir à un aperçu grossier, l’approche de la guerre envisagée ici n’est ni celle menée du côté des armées et des soldats, ni celle pensée du côté des états-majors ou des stratèges. Elle se situe du côté de ceux qu’elle emporte dans sa déferlante, de ceux qui la subissent, qui en deviennent parfois les acteurs par choix ou par nécessité, qui tentent d’y survivre selon des stratégies variées, revendiquées ou dissimulées. Elle s’intéresse aux récits qui relatent, dans leur diversité, les réponses collectives des sociétés contraintes par la force, aux mots de la mémoire, aux narrations qui se transforment parfois en « grands récits » et qui deviennent la norme, voire la doxa mémorielle. Elle accorde une attention spéciale à la zone immense, floue, disparate, perméable, qui se distingue aussi bien du refus de l’occupation (ou d’autres formes de sujétion) par la révolte armée, que du ralliement par conviction ou de la soumission par renoncement.

Des frontières poreuses, des interférences complexes et incessantes caractérisent ce terrain où, de plus, l’explicite n’est pas la meilleure grille de lecture. Elles rendent les cloisonnements artificiels. Quelques éclaircissements devraient cependant contribuer à éviter un excès de brouillage et c’est ce que vise, avant tout, l’économie de l’exposé.

 

Préalables

Quelle histoire ?

Ne serait-ce que parce qu’elle influe directement sur les pratiques des historiens, consciemment ou non, la conception que chacun se fait de l’histoire — comme discipline — est un des premiers points à clarifier. À mes yeux, elle doit être non seulement un savoir sur le passé rigoureusement établi, selon les règles de la méthode, mais une réflexion critique sur la construction, l’évolution et les usages de ce savoir dans le temps, jusqu’au présent. Distance critique qui concerne évidemment les modes de production du discours.

Cette approche reprend les bases du questionnement habituel, qu’il porte sur les épisodes ou événements passés à la trappe, sur les mots des contemporains disparus ensuite du vocabulaire ordinaire, sur ceux venus les remplacer ou les rejeter dans l’oubli. Elle le prolonge par un décryptage que nécessite l’évolution actuelle du métier d’historien et de son éthique. Quel écho, par exemple, donner au discours d’autorité et aux affirmations sans appel qui semblent s’installer dans le langage de l’histoire ? Quelle signification accorder à des postures devenues fréquentes où autosatisfaction et autopromotion vont bon train ? Que penser de celles qui s’attribuent la découverte de sources majeures négligées jusque-là, ou des angles d’attaque inédits qui bouleversent toutes les analyses antérieures ? La vanité des allusions du type « je suis le premier à… », « personne n’avait encore pensé à… » faisait sourire il y a peu. Elles traduisent des glissements de plus en plus manifestes. Ils indiquent la tendance à récuser les dettes, à sacrifier aux engouements du présent, parfois aux impératifs de l’air du temps, au narcissisme et au relativisme qui en deviennent désormais la marque. Sans en constituer la cause unique, ils sont à mettre en relation avec la mise en scène du passé, avec le rôle et les effets envahissants des écrans. Écrans à entendre dans deux sens du terme, celui, explicite, des lumières de la télévision, du cinéma et autres — les fureurs de la guerre sont un produit recherché sur le marché médiatique —, ou ceux, plus subtils, plus implicites, des non dits, de l’autocensure, des ajustements, des alignements opportuns sur la norme…

 

Comprendre

L’idée de l’histoire comme savoir critique en construction permanente (exception faite des données factuelles scientifiquement établies) fait du besoin et de la volonté de comprendre une priorité absolue. Encore faut-il s’entendre sur la signification d’un mot souvent confondu, dans les commentaires, avec celui d’explication. Chacun le sait, il y a une différence sensible entre les deux termes. Si l’effort de compréhension passe d’abord par un travail d’explication, de nature causale, l’objectif n’est pas identique. Comprendre n’est pas seulement chercher à savoir le pourquoi de tel ou tel agissement, pourquoi « cela a eu lieu », pourquoi « il en a été ainsi ». C’est s’interroger sur le sens de ce qui est arrivé, d’abord pour le groupe social concerné par les faits observés, c’est chercher à le saisir, à l’élucider, et à apporter éventuellement des réponses plausibles aux hypothèses envisagées. Sans négliger la phase d’explication — passage obligé —, s’attacher avant tout à la compréhension constitue un choix qui rejoint à l’évidence une certaine idée de l’histoire. C’est non seulement privilégier la recherche du sens, mais en faire une question centrale.

Les imaginaires sociaux, leur rôle, et la place à leur donner sont étroitement liés à la question du sens et à la vision de l’histoire. Celle précédemment exposée pose que les représentations des événements accèdent à un statut de « réalité » qui résulte de leur perception par les acteurs sociaux. C’est cette réalité qui détermine le rapport au monde. Elle est indissociable du sens, et des surcroîts de sens, que les divers processus de réception vont successivement fabriquer.

 

La complexité et ses enjeux

Parler de la complexité du social est un truisme. Les difficultés à la démêler peuvent varier, mais elle est partout, constante, et les périodes de guerre n’en ont pas l’exclusivité. Elle pose en revanche des problèmes spécifiques dont les massacres de masse, les méthodes de la guerre totale, les conditions de survie et les choix individuels tragiques du second conflit mondial remplissent des milliers de pages, à l’infini. Ils renvoient à la pertinence des instruments d’analyse pour en rendre compte. Les ressources standard des outils habituels des historiens ne suffisent pas à rendre un peu plus intelligible l’étrangeté de multiples situations. Quelle catégorie convoquer, par exemple, pour saisir le sens des logiques qui, en France, conduisent à la fois à manifester des liens durables de ferveur à un vieux maréchal et à rejeter très vite (dès 1941) la politique de collaboration dont il est l’incarnation ? Pour discerner et élucider les stratégies collectives des groupes sociaux confrontés en même temps, en 1944, aux représailles impitoyables des occupants et aux bombardements meurtriers des libérateurs ?

Le vrai défi de la complexité est celui d’un travail nécessaire d’invention conceptuelle. Défi non seulement parce que la compréhension des pratiques sociales et de leur opacité ne va pas toujours de soi, mais parce qu’il s’agit d’un enjeu. Paresse intellectuelle, malentendu, blocage culturel ou mauvaise foi…, l’attachement à des démarches éprouvées conduit certains à justifier des choix qui s’apparentent à une sorte de régression. Fondée sur le retour au récit événementiel et sur l’apologie du factuel — les faits rien que les faits —, elle s’appuie sur une vérité immédiatement lue dans une transcription minutieuse des documents d’archives.

La question de la complexité ne s’arrête pas à l’épistémologie. Sa portée va très au-delà. Se familiariser avec ses contradictions, ses incohérences apparentes, ses procédés, ses ruses, apprendre à les déconstruire et à en dégager le sens devrait appartenir au bagage d’une pédagogie citoyenne. L’enseignement d’une histoire critique se prête à ces apprentissages. Ils amènent plus à instruire qu’à dénoncer, ils forgent des armes contre la désinformation, les manipulations et les impostures. Non seulement dans les usages du passé, mais aussi, au quotidien, face au discours réducteur de la sphère médiatico-politique et aux simplismes de la dialectique binaire.

La transmission conduit à des interrogations sur le rôle et la fonction sociale de l’historien. Là encore, c’est la complexité qui y ramène. Spécialement celle, extrême, des temps de guerre, en raison de leur charge idéologique et émotionnelle. Elle pose, pour les historiens, le problème de la transmission de la vérité sur un passé traumatique, de l’équilibre à trouver entre la pression sociale, la rigueur de l’expertise, et le droit de revendiquer des convictions personnelles. Comment tout concilier ? Une solution pourrait être de penser le rôle des historiens comme une fonction de médiation, de les considérer comme des incitateurs à la réflexion critique ou des auxiliaires d’intelligibilité, en reprenant une expression de Charles Heimberg [empruntée à Nicolas Offenstadt, dans « Histoire et historiens dans l’espace public », in Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens? Faire de l’histoire au XXIe siècle, Autrement, 2013, pp. 9495). Des médiateurs qui seraient convaincus des vertus du doute méthodique et de l’humilité questionneuse, pour emprunter à René Char.

La question de la complexité et de la singularité du passé sont étroitement liées. Elles posent le problème du statut de l’événement, de sa part d’étrangeté.

 

Statut et étrangeté de l’événement.

Le confort des habitudes de pensée et les réticences à les abandonner expliquent peut-être la tendance à aborder certains événements en gommant leur étrangeté. Étrangeté à comprendre comme une manière d’être face au réel, à entendre au sens de l’estrangement étudié par Carlo Ginzburg [1]. Soit, dans le regard de l’historien, l’obligation d’oublier « des postulats que l’on croyait évidents, des modes d’identification rabattus et usés par les habitudes réceptives ». Soit, considérer les choses comme si on les découvrait, comme si elles étaient vues pour la première fois. Le déni d’étrangeté ne vaut évidemment pas pour toute la seconde guerre mondiale : pour prendre un seul exemple, la compréhension du processus d’extermination des juifs d’Europe a produit, et produit encore, une réflexion en profondeur sur l’écriture de l’histoire.

La situation est plus contrastée dans le cas de la France. Des jugements récents refont surface, et englobent dans le même ensemble les deux conflits franco-allemands du XXe siècle. Avec la volonté de faire de la Grande Guerre un modèle matriciel, ils reprennent l’idée d’une guerre de trente ans [2] qui laisse perplexe. Faire référence à cette vision aboutit en effet à nier tout un faisceau de traits qui affirment justement la part de singularité caractéristique des années noires. Elle banalise la montée des fascismes et l’emprise du nazisme, elle nie ce que l’idée d’une « solidarité antifasciste » a pu représenter pour les générations des années 1930 et 1940, elle minore les politiques raciales et autres épurations ethniques, elle fait passer à la trappe les bombardements volontaires des populations, les massacres des civils, les affrontements de guerre civile, la dimension idéologique et transnationale des engagements, ou encore des mots alors chargés de sens comme antifascisme ou  judéobolchevisme … Difficile de ne pas s’interroger sur le sens de ces coups de rabot et de cette volonté d’uniformisation. Difficile de ne pas y voir un signe de la tendance au relativisme en train de s’affirmer dans des lectures actuelles de la période, parfois au nom d’une réconciliation nécessaire ou du droit à l’oubli.

On l’observe ainsi dans l’écriture de la Résistance, exemple significatif s’il en est. Personne ne peut sérieusement soutenir que la lutte clandestine ressemble à la guerre ordinaire. Du rapport à la mort à la dimension légendaire du récit, en passant par la place et le rôle des femmes, les arguments abondent. Tous soulignent la singularité d’un événement inédit dans l’histoire de la France, étranger à l’expérience d’un passé incorporé. Or, en dépit d’un constat qui relève de l’évidence, une certaine histoire de la Résistance [3] et des points de vue sur la nature de cet événement continuent à raisonner en fonction de critères empruntés à l’histoire politico-militaire conventionnelle : choix des implantations et des stratégies, structure et fonctionnement des organisations, hiérarchie des instances de décision, mots d’ordre venus d’en haut, efficacité des opérations, répartition et volume des effectifs, etc. Loin d’être prise en considération comme un élément décisif, l’étrangeté de l’événement n’est pas reçue comme une preuve de l’insuffisance des instruments d’analyse habituels, ni comme une incitation à en chercher d’autres, plus pertinents. À l’inverse, elle devient même un argument polémique à l’encontre des historiens qui la mettent en avant : elle ne serait qu’un moyen de revendiquer un traitement particulier et complaisant. L’étude de la Résistance échapperait ainsi aux exigences de rigueur de la « bonne histoire » et l’étrangeté ne serait qu’un prétexte pour perpétuer une histoire pieuse, essentialiste et mémorialisante.

On voit là, s’il en était besoin, un exemple de la charge idéologique que porte la neutralité apparente de ce qui apparaît, de l’extérieur, comme un simple choix de méthode. Les conséquences du refus de prendre en compte l’identité de l’événement — ici la Résistance[4] — sont tangibles. Elles influent directement sur l’écriture de l’histoire et décident de ses orientations.

Il y aurait aussi à dire sur les risques de dénaturation de l’événement lui-même. Pour ce qui retient notre attention, ils peuvent venir de l’usage de catégories forgées a posteriori, comme celles de vichysto-résistants ou de justes. Là encore, on retrouve dans ces constructions la pente du relativisme, le regard envahissant du présent, et la tentation de mettre en relief des analogies, aussi anachroniques, décontextualisées et parfois suspectes soient-elles. Les tueries se ressemblent parce que les méthodes employées sont comparables[5], différencier les victimes selon leur statut et celui de leurs bourreaux est contestable, les engagements méritent tous le respect, les sacrifices pour une cause supérieure — la patrie — doivent être traités avec le même égard… C’est ce que conseillent des recommandations à propos des soldats tombés de part et d’autre pendant l’été 1944 en Normandie. Le fanatisme idéologique et le racisme exterminateur des unités de la Waffen SS ne semblent plus devoir être pris en considération comme critères pour distinguer la signification des engagements, au-delà de l’idée et du seul mot de patriotisme. L’apaisement mal compris passe par la mise à l’écart de l’histoire et sert de prétexte à la confusion.

 

Récit et transmission

On retrouve ainsi la question des mots, la nécessité de les interroger et de les repenser. Comme beaucoup de vieilles nations, la France est un pays de mémoire où les représentations sublimées du passé constituent une composante majeure de l’identité. Le rapport au passé s’est longtemps et principalement construit à travers l’enseignement de l’histoire dont l’influence ne cesse de diminuer depuis les dernières décennies du XXe siècle. Sans que la pluralité des mémoires ait été réprimée, sans que l’on puisse parler au sens propre d’une histoire officielle à caractère exclusif, la remémoration du passé se réfère ou s’appuie sur un récit répandu qui se modifie avec le temps. Il en est d’ailleurs un des miroirs. Accepté ou contesté, dominant par sa position en surplomb et par l’étendue de sa diffusion, ce grand récit constitue un ressort essentiel de la transmission dont, en France, le roman national a été, et reste, une expression éloquente.

  1. Aussi sommaire soit-il, cet aperçu vaut d’autant plus pour la période de la deuxième guerre mondiale, que ces années occupent une place particulière dans les doutes et le rapport inquiet des Français à leur histoire. Esquissée dans l’introduction et à propos de la complexité, la question de la transmission s’y pose de façon primordiale. Elle ramène en permanence à celle du récit et du sens, à la prédominance changeante de l’un ou de l’autre, à celle de la relation contingente que les modes ou les mutations culturelles de l’air du temps installent entre les deux. La fabrication des récits dominants, de ce qu’ils disent et de qu’ils transmettent, se fait avec des mots dont le sens ne vient pas de leur acception, mais de leur fonction et du contexte de leur emploi.
  2. L’importance d’un travail d’historicité et de généalogie coule de source. Il s’agit de remettre en perspective les usages sociaux des mots-clé pour les faire parler, faire émerger les significations successives qui leur ont été attribuées et en tirer des enseignements. Le vocabulaire des historiens, repris par habitude ou délibérément choisi, peut être lui-même un révélateur du climat ambiant et des pesanteurs de la normalité. À titre anecdotique, et sans que ces nuances de sens expriment un parti pris assumé avec une conscience claire, la manière dont la répression est qualifiée, en fonction de ses auteurs, est suggestive. Il est banal de lire que les cours martiales expéditives et autres dénis de justice du gouvernement milicien de Vichy, en 1944, indiquent une radicalisation de la répression[6]. Quand, en revanche, il s’agit de désigner — ou de dénoncer — les exécutions sommaires effectuées par des résistants avant le retour à la légalité, c’est d’épuration sauvage dont il est question… De façon plus générale, il y a beaucoup à apprendre du décryptage des termes couramment utilisés à propos de la période, à l’exemple de celui d’épuration sauvage ou de ceux qui suivent, non exhaustifs : terreur, terrorisme et terroristes, guerre civile, résistantialisme et résistancialisme, judéobolchevisme, Allemands et nazis, antifascisme, Résistance et résistance, déportations, patriotes, attentisme, accommodations, silence, légendaire, contre-mémoire…
  3. Sur la façon dont le présent passe le passé à la lessiveuse, au même titre que la généalogie des mots ou des engouements, il faut également s’arrêter aux fonctions que le récit assigne à certains termes ou notions. Ainsi, l’idée de Résistance, difficile par ailleurs à définir avec précision, ne renvoie pas seulement à une forme de combat dans le refus de l’oppression. Elle sert aussi de marqueur et de curseur significatifs dans l’évaluation des tensions, des arrangements et des complaisances d’une société en guerre. Elle devient un instrument de mesure qui est supposé renseigner avec justesse sur les réactions d’ensemble face à l’asservissement. C’est en fonction de l’importance reconnue à la Résistance — selon ses effectifs et autres critères qui mériteraient examen — que l’on fera découler des jugements sur le niveau d’adhésion à Vichy et à la collaboration. Comme la fiabilité des marqueurs dépend directement de celle des paramètres qui ont amené à les légitimer, on se retrouve là dans un cas de figure fréquent lorsqu’il s’agit de rendre compte de la guerre : le choix des angles d’approche et les effets de prismes s’avèrent déterminants. Pour en rester à la Résistance, son histoire sera sensiblement, voire considérablement différente selon qu’elle sera abordée à partir d’une vision organisationnelle[7], en fondant l’étude de son action sur des instructions venues d’en haut et d’un exécutif hiérarchisé, ou conçue comme un mouvement social en interaction et adaptation constantes[8]. Elle sera autre si elle met au centre de ses priorités la survie des juifs persécutés, autre encore si le rôle et l’engagement des communistes sont relus au prisme des réalités du stalinisme révélées dans le contexte de la guerre froide. Ou encore [9], si elle est rétrécie au regard d’un légendaire qui n’a de sens que dans la logique d’une affirmation identitaire : au début de 1944, sans autre possibilité, ce sont les reconstructions de l’imaginaire collectif qui ordonnent la perception de la lutte armée des résistants[10]; elle est de plus indissociable de la guerre des symboles, et de la propagande, entre Vichy et la Résistance.
  4. Il n’y a pas de question taboue sur la guerre, chaque mode d’approche peut avoir sa justification et sa légitimité, mais aucun ne tient du hasard. C’est pourquoi, comme déjà dit, les choix — ceux des historiens, témoins, journalistes, cinéastes et autres auteurs — doivent être explicités par un travail d’historicité, de contextualisation, et de déconstruction des processus de réception. Cette clarification est d’autant plus indispensable que les logiques mémorielles des récits sur les années noires tendent à transmettre des certitudes définitives. Par glissements successifs, le grand récit change de statut et, sur divers points, son prêt à penser se rapproche des dogmes de la doxa. Des événements, des œuvres ou des hommes sont sacralisés et leur parole devient intouchable. Si émettre un avis non conforme sur certains sujets est suspect, en revanche ce qui conforte ou renforce la vision correcte est accepté sans sourciller, y compris de grosses bévues. Le roman national n’est pas neuf, il est certes l’expression d’une indéniable instrumentalisation de l’histoire, mais la mise en évidence de ses arrangements avec la vérité a toujours été un exercice prisé par de nombreux historiens, et non des moindres, sans être assimilé à un sacrilège. Des enjeux mémoriels, spécialement autour de la Résistance, de la déportation et des comportements collectifs ont amené des crispations. Elles aboutissent à neutraliser le bien-fondé d’une réflexion critique et plombent même le débat[11]. Le statut actuel du grand récit n’est plus celui du roman national et cette mutation culturelle semble avoir un lien spécifique avec la période de Vichy et de l’Occupation. On ne voit pas l’équivalent dans le discours sur la première guerre mondiale où des controverses subsistent et se prolongent ouvertement dans l’espace public, aussi vives soient-elles.

Rendre compte de la guerre aurait exigé d’élargir la réflexion à d’autres modes de narration et de transmission. On pense bien entendu aux témoignages qui ont pris une place considérable dans l’écriture de l’histoire des années 1939-1945, en posant d’ailleurs des problèmes au niveau de leur importance. Ils constituent un sujet en soi. Là comme dans tous les aspects abordés, pèsent les préoccupations, ou même les injonctions du présent. Au point, parfois, d’apparaître comme de l’arrogance quand il impose des centralités décalées et ses propres codes culturels. Compréhensibles et mémoriellement légitimes, ces déplacements de sens sont pourtant historiquement erronés. Ils fabriquent des anachronismes mentaux et émotionnels. Ces derniers sont aussi là pour rappeler que les récits de guerre racontent la souffrance, le malheur, la douleur, l’horreur, l’impossible pardon, l’imprescriptible… Face au trauma, il n’est pas sûr que la vigilance critique puisse toujours s’exercer impunément.

 

Notes

[1] Carlo Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Bibliothèque des Histoires, NRF, Gallimard, 2001.

[2] Opinion que le général de Gaulle avait fait sienne et qui résultait plus d’une vision politique qu’historique.

[3] Dont la dernière en date, saluée de façon quasi unanime dans les médias comme une somme de référence. Olivier Wieviorka, Histoire de la résistance, Perrin, 2013.

[4] Voir Cécile Vast, L’identité de la Résistance, Payot, 2010.

[5] Sur le relativisme, ses confusions et ses détournements de sens, un exemple caractéristique avec le livre de Claude Barbier sur deux crimes de guerre à Habère-Lullin (Haute-Savoie) : représailles sanglantes des occupants le 26 novembre 1943, et bavures homicides de l’épuration le 2 septembre 1944.

[6] Cours martiales créées le 20 janvier 1944 : 3 juges anonymes, pas de procès public, pas de droit à la défense, pas d’appel, exécution immédiate de la sentence.

[7] Comme c’est le cas dans L’histoire de la résistance due à Olivier Wieviorka (op. cit.)

[8] Cf. le Dictionnaire historique de la Résistance dirigé par François Marcot et, du même, Comment écrire l’histoire de la Résistance ? Le Débat, Gallimard, n°177, novembre-décembre 2013.

[9] À l’exemple du livre que Claude Barbier a tiré de sa thèse : Le maquis de Glières : mythe et réalité, Perrin, 2014

[10] Avec, dans le cas des Glières, le rôle de Philippe Henriot, propagandiste talentueux du Vichy milicien.

[11] On peut en juger par la réception des travaux de François Azouvi, Le mythe du grand silence, Fayard, 2012, ou de Jacques Semelin, Persécutions et entraide dans la France occupée, Les Arènes- Seuil, 2013.



Citer ce billet
Rédaction (2023, 15 août). Rendre compte de la guerre. Le cas de la France des années noires. À l'école de Clio. Histoire et didactique de l'histoire. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0sh