L’élémentation des savoirs

En 2008, Jean-Pierre Astolfi (1943-2009), didacticien des sciences, a incité à dépasser la fausse opposition entre apprentissages disciplinaires des savoirs et connaissances des modalités les rendant possibles, comme si nous pouvions travailler les uns sans les autres. Il s’est référé pour cela à un concept issu des réflexions des Révolutionnaires français qui voulaient mettre rapidement en application le principe du droit de tous à l’instruction publique primaire : l’élémentation des savoirs.

L’élémentaire et l’abrégé, selon Jean-Pierre Astolfi

D’Alembert présente son Encyclopédie comme une élémentation des savoirs et le mot élément fait d’ailleurs l’objet d’un article important de son œuvre. Il cherche à ce que l’élément abstrait devienne plus concret que les définitions qui abrègent. […] Cette problématique sera reprise par Condorcet et Lakanal pour qui le rôle fondamental de l’école est de fournir des principes de déchiffrage et d’intelligibilité du savoir. Lorsque l’école enseigne un élément du savoir, elle doit faire en sorte qu’il soit perçu par l’élève comme le début d’une chaîne qui le mènera vers des connaissances plus étendues. D’où l’appel de la Convention révolutionnaire à rédiger des ouvrages qui instruisent véritablement le peuple, c’est-à-dire qui lui permettent d’exercer ses droits citoyens grâce au pouvoir libérateur des savoirs.

Quelle est la différence foncière entre abréger le savoir et l’élémenter ? Les Révolutionnaires mettent les points sur les i, en expliquant que resserrer un long ouvrage, c’est l’abréger, alors qu’en présenter les premiers germes, et à travers eux la matrice, c’est l’élémenter… L’élémentation se présente alors comme l’opposé de l’abréviation.

Abréger le savoir réduit la culture commune à un minimum basique. On sélectionne les informations par soustraction, en éliminant celles qui paraissent trop complexes. […]

Élémenter le savoir fait envisager la culture commune comme un tremplin. Elle n’est plus définie par soustraction, mais par distillation. […]

Pour le dire autrement: abréger le savoir, c’est le nommer par un procédé d’« étiquetage », par une décomposition en éléments accompagnée de définitions et d’exemples. Au contraire, élémenter le savoir, c’est le désigner, c’est-à-dire développer son « design ». Ce mot anglais intraduisible combine les connotations du dessin et du dessein, et montre l’importance de la forme d’ensemble des objets théoriques (comme des objets industriels), de leur esthétique, de leur signification globale et de leur visée perspective.

[…]

Deux bons siècles plus tard, on en est quasiment toujours là, tant la pratique de l’abréviation reste dominante. Un immense travail reste ainsi devant nous pour élémenter les différents savoirs disciplinaires […].

Source : Jean-Pierre Astolfi, La saveur des savoirs. Disciplines et plaisir d’apprendre, Issy-les-Moulineaux, ESF Éditeur, 2008, pp. 45-46.

Le document historique auquel se référe l’auteur :

Les citoyens qui ont travaillé pour ce concours ont généralement confondu deux objets très différents, des élémentaires avec des abrégés. Resserrer, coarcter un long ouvrage, c’est l’abréger ; présenter les premiers germes et en quelque sorte la matrice d’une science, c’est l’élémenter ; […]. Ainsi, l’abrégé, c’est précisément l’opposé de l’élémentaire ; et c’est cette confusion de deux idées bien distinctes qui a rendu inutiles pour l’instruction les travaux d’un très grand nombre d’hommes estimables, qui se sont livrés, en exécution de vos décrets, à la composition des livres élémentaires.

Source : Lakanal, Rapport et projet de loi sur l’organisation des écoles primaires, présentés à la Convention nationale, au nom du Comité d’instruction publique, à la séance du 7 Brumaire, Paris, 28 octobre 1795, p. 7, disponible ici.

Auteur du billet : Charles Heimberg

 



Citer ce billet
Rédaction (2015, 4 octobre). L’élémentation des savoirs. À l'école de Clio. Histoire et didactique de l'histoire. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0r0