Une analyse de récits nationaux produits par des élèves

Charles Heimberg, Valérie Opériol & Alexia Panagiotounakos (Université de Genève)

Dans le cadre d’une recherche internationale dirigée par la sociologue Françoise Lantheaume (Université de Lyon 2), qui fait suite à une démarche analogue au Québec à l’initiative de l’historien Jocelyn Létourneau (Université Laval), l’ÉDHICE a recueilli en 2012 des récits d’élèves genevois, produits sans consigne contraignante, sur l’histoire de leur pays. Les données ont été récoltées par des enseignant-e-s qui interviennent en début d’un niveau d’enseignement, y compris à l’Université, de manière à interroger les connaissances acquises par les élèves lors du cycle précédent.

Le corpus genevois se compose ainsi de 256 récits, parmi lesquels 86 proviennent du secondaire I (élèves de 12-13 ans), 154 de du secondaire II (élèves de 15-16 ans) et 25 d’étudiants universitaires.

Demander à des élèves de rédiger spontanément un récit de l’histoire nationale helvétique se situe hors du cadre d’un exercice scolaire de restitution de connaissances. Il s’agit en réalité d’un recueil de représentations. Pour que cette « histoire suisse » émerge, il importe en effet qu’en amont, ces élèves se projettent comme partie prenante de cette entité artificiellement élaborée, le « Nous » national. Considérant le champ spécifique des histoires nationales, il n’est pas possible de distinguer les éléments qui découlent directement d’un apprentissage scolaire de ceux qui relèvent d’une mémoire collective partagée. Si les premiers s’inscrivent, en théorie, dans une démarche historienne de compréhension du passé et sont à considérer comme l’exercice des modes de pensée disciplinaires, les seconds sont bien plus la manifestation d’un sens commun dont la finalité participe d’un ancrage identitaire. En tant que partie prenante d’une société, ou parce que la consigne de l’exercice les assigne à une appartenance nationale, les élèves se font l’écho des représentations sociales présentes dans l’espace public. Les récits qu’ils produisent sont tout autant le résultat d’un enseignement que de leur participation à la mémoire collective et traduisent leur représentation de ce qu’est une histoire nationale suisse. Cette dernière servant à pérenniser des valeurs communes, les motifs qu’elle suggère se doivent d’être a priori consensuels et partagés à l’échelle nationale.

Parler d’identité nationale en Suisse soulève ainsi des questionnements rendus visibles par le corpus de textes produits par cet échantillon d’élèves genevois. La Confédération helvétique accorde en effet une large autonomie politique et économique à ses 23 cantons, ce qui n’est pas sans avoir d’importantes répercussions en ce qui concerne l’enseignement public. Jusque-là, il n’existait pas de programme scolaire uniforme définissant des contenus à enseigner et à apprendre. Mais cet état de fait évolue. Alors qu’en Suisse romande, les cantons s’accordent désormais à suivre un Plan d’études romand (PER), les cantons suisses alémaniques travaillent à l’élaboration d’un Lehrplan 21. À Genève, l’histoire s’enseigne dans le cadre posé par le PER, qui prescrit des bornes chronologiques relatives à chaque année scolaire, ainsi que des objectifs d’apprentissage. Ces derniers ne se réduisent pas à des contenus factuels, comme cela pourrait être le cas d’un programme d’enseignement. Ils visent, d’une part, l’appropriation « des outils et des pratiques de recherche appropriés aux problématiques des sciences humaines et sociales » [1] tels que l’identification et la critiques des sources historiques ou l’élaboration de périodisations propres. D’autre part, ils doivent permettre aux élèves de construire une compréhension du passé axé sur des compétences telles que la distinction entre histoire et mémoire, l’identification des manifestations de la mémoire comme construction humaine ou la comparaison des sociétés humaines en tenant compte de différentes dimensions (politique, sociale, économique, religieuse, culturelle, etc.).

Cette autonomie cantonale relative, qui était encore bien plus grande jusque-là, peut favoriser une vision fragmentée de la Suisse, ce que compenserait une centration sur des mythes communs, liés à des valeurs traditionnelles d’union et de solidarité face à des ennemis extérieurs. L’histoire nationale suisse présente dans la mémoire collective est ainsi un récit lacunaire qui évoque surtout le processus de fédération des cantons depuis le XIIIe siècle, mais avec une idée directrice forte : les cantons ont commencé à se réunir en 1291 et n’ont depuis lors jamais cessé de fédérer d’autres adhésions à une Suisse déjà-là, jusqu’en 1815.

Le corpus des récits récoltés s’inscrit dans cette tension évoquée précédemment entre apprentissage scolaire, disciplinaire, et inscription dans une mémoire collective. Se référer aux contenus consensuels qui symbolisent le plus fortement les valeurs nationales permet aux élèves de revendiquer le partage d’une identité nationale souvent perçue comme abstraite. Ceux-ci sont finalement peu nombreux dans l’espace public : le pacte du Grutli, Guillaume Tell, un mélange de divers mythes fondateurs. Considérant cela, il n’est pas étrange que les écoliers genevois évoquent majoritairement dans leurs récits d’autres éléments s’inscrivant dans une réalité, cantonale celle-là, concernant la bataille de l’Escalade, qui fait office de symbole identitaire genevois. Sans rapport avec des connaissances scolaires, les récits de nos élèves sont d’abord à considérer comme l’expression de la mémoire culturelle helvétique, mnémotechnie institutionnalisée [2] permettant de rappeler, à l’aide de symboles forts, ce qui fonde dans l’imaginaire, l’appartenance à une nation-confédération dans une société à forte composante multiculturelle.

 

Un corpus local dans le cadre d’une enquête internationale

Parmi les 265 récits récoltés dans le contexte genevois, produits sans consigne contraignante, 86 proviennent du secondaire I (élèves de 12-13 ans), 154 du secondaire II (élèves de 15-16 ans) et 25 d’étudiants universitaires [3].

Il ressort d’un premier niveau d’analyse que les textes sont majoritairement très courts, surtout ceux des élèves les plus jeunes, voire trop courts pour constituer des récits au sens strict. Sur le plan formel, une forte proportion d’entre eux [4] consiste en une juxtaposition de phrases, ou d’éléments isolés, pour certains dans une succession chronologique, pour d’autres selon un ordre arbitraire, comme l’illustre cet exemple :

6369-/La Suisse est au centre de l’Europe entourée par plusieurs pays voisins. Elle est déclarée neutre. Le pays devient indépendant. L’Escalade est une tradition chez les Genevois pour fêter la victoire de la bataille contre les Savoyards. La fameuse histoire de Guillaume Tell fait partie de l’histoire suisse. Henri Dunant a créé la Croix-Rouge.

La plupart de ces rédactions ne sont donc pas vraiment des récits. Leurs éléments ne sont pas inscrits dans une vison diachronique. On y rencontre en particulier un événement genevois local, l’Escalade, et un personnage mythique, Guillaume Tell. En outre, les élèves ne parlent pas d’histoire qui s’écrit, mais emploient toujours le mot histoire au sens de passé, de réalité du passé et non de représentation du passé, ou de science historique.

Les échelles nationale et locale apparaissent comme fortement intriquées, si ce n’est confondues. L’histoire et la mémoire le sont aussi largement avec la présence d’une figure mythique comme Guillaume Tell. En outre, dans ce corpus, des silences évocateurs nous inspirent une réflexion didactique non seulement sur les modes de pensée disciplinaires et sur les contenus à transmettre, mais aussi sur la difficulté à concevoir une véritable histoire depuis la Suisse qui connecte les éléments intérieurs aux contextes régionaux, européens ou internationaux dans lesquels ils se sont déroulés.

 

1. L’Escalade, un motif récurrent

L’Escalade est l’événement qui revient le plus souvent. Généralement, il est présenté sans introduction, mais le choix de l’échelle locale est parfois conscient et explicité, comme dans ce récit :

6380-/La seule période historique de Suisse qui me vient à l’esprit c’est l’Escalade mais je dirais que c’est plutôt l’histoire de Genève.

Ce glissement d’un échelon à l’autre s’explique sans doute par l’organisation politique du fédéralisme.

L’Escalade polarise l’histoire genevoise, voire la résume parfois à elle seule :

6479-/ Vers 1600, la ville de Genève était entourée par des grands murs. Vers 1602, les Savoyards ont attaqué les Genevois en pleine nuit. Pendant la nuit, un soldat genevois se réveilla et sonna l’alarme pour réveiller les autres soldats genevois. Les Savoyards essayaient de grimper les murs mais les Genevois étaient là. Les Genevois repoussaient toutes tentatives.

Rappelons brièvement que l’Escalade désigne une attaque contre Genève, menée par le duc de Savoie en 1602, dans le cadre de conflits territoriaux avec le roi de France et de tensions religieuses entre catholiques et protestants. La bataille a lieu la nuit du 12 décembre, quand les troupes savoyardes, formées d’Espagnols, de Piémontais, de quelques Lombards et Napolitains, escaladent les murailles de la ville ; des combats ont lieu dans les rues. Ils se terminent par la défaite des Savoyards, après une centaine de morts (dont 17 pour Genève). Quelques mois plus tard, est signé un traité qui reconnaît l’indépendance de la cité.

Cet événement est le plus célèbre et le plus célébré de l’histoire genevoise, avec des commémorations religieuses et civiles qui ont pris place dès le premier anniversaire et qui aujourd’hui encore constituent des jours festifs marquants. Pour comprendre la force de la fête sur les esprits des enfants et des adolescents, il faut en signaler les différentes dimensions. Tout d’abord, des festivités officielles sont organisées, consistant notamment en un cortège historique qui a lieu la nuit, avec des chevaux et des torches, dans une ambiance particulière, cortège que les enfants vont massivement voir avec leurs parents. Ensuite, à l’école, des plus petits degrés jusqu’à la fin du postobligatoire, des activités festives sont mises en place par les enseignant·e·s, chants patriotiques, sorties en vieille ville, concours de déguisements, bals et dégustations de marmites en chocolat. Présent également dans les ressources didactiques mises à disposition des enseignant·e·s, l’événement fait l’objet d’un traitement approfondi dans le cours d’histoire, pour les degrés primaires. La fête de l’Escalade comporte en outre un versant sportif, puisqu’elle donne lieu à une course à pied dans la vieille ville, très populaire, à laquelle participent 25 à 30 000 personnes, en particulier les jeunes. Elle est aussi marquée, pour les adolescents, d’une valeur transgressive, sous la forme de manifestations spontanées de collégiens et lycéens, qui quittent leur salle de classe sans autorisation, occupent la rue, se déguisent et se défoulent en s’aspergeant de farine ou de mousse à raser.

C’est donc la dimension folklorique de l’événement qui explique les nombreuses occurrences de l’Escalade dans les textes, comme l’explicite cette élève de façon très claire :

6450-/L’histoire suisse me fais penser à l’escalade c’est la chose que j’ai le plus retenue depuis toute petite, parce que il y avait les chansons la marmite, la course de l’escalade, la soupe. Ce sont des merveilleux souvenirs je pense que la plupart des jeunes, des enfants, c’est ce qui retiennent le plus parce que ça fête.

C’est surtout la dimension mythique que les élèves gardent en mémoire. En effet, ils évoquent notamment la marmite de soupe que la Mère Royaume, dans un geste patriotique, a jetée sur un Savoyard (et qui est à l’origine de la tradition des marmites en chocolat), ou Dame Piaget, dont les forces décuplées par l’héroïsme, déplaçant une armoire, ont barré la route aux ennemis. Si ces personnages ont bien existé, il est évident que leurs actions relèvent largement de la légende. Cela dit, les récits des élèves n’en restent pas tous à l’aspect folklorique de la commémoration.

6502-/1602 – L’Escalade. Les Français voulaient régner sur Genève mais les Genevois étaient trop forts et ils ont gagné. Les Suisses ont été les premiers à avoir créé la Croix-Rouge. La Croix-Rouge = à aller dans les pays qui sont en guerre ou dans les pays qui ont des catastrophes naturelles. Dans la Coupe du Monde 2010, les Suisses ont battu pour la première fois l’Espagne en 18 matchs.

Les deux premières phrases de ce texte sont à mettre en relation avec l’instrumentalisation politique dont fait l’objet l’Escalade. En effet, l’événement est régulièrement invoqué, dans une perspective identitaire, par le parti populiste du Mouvement Citoyen genevois (MCG) qui mène une politique hostile aux travailleurs frontaliers en utilisant l’image de l’envahisseur savoyard de 1602.

 

2. La figure de Guillaume Tell

Un deuxième thème apparaît de façon récurrente dans les récits, quant à lui entièrement mythique, puisqu’il est avéré que le personnage de Tell, héros de la liberté, symbole universel de la lutte pour l’indépendance, incarnant la Suisse, sa volonté de défense et ses vertus civiques, n’a aucune existence historique.

La restitution de ces deux événements comporte une tension narrative forte et consiste en mises en intrigue de la part des élèves, comme nous le constatons dans les deux textes suivants.

6511-/Les 3 premiers cantons : Schwytz, Uri et Unterwald se sont unis pour former le « début » de la Suisse. En 1602, les Savoyards ont voulu prendre Genève (Suisse). Ils étaient habillés en noir et avaient mis des éponges sous les sabots des chevaux pour ne pas se faire repérer. Arrivés aux murs de Genève, c’est un homme qui les a repérés et a donné l’alarme. La Mère Royaume a lancé sa marmite sur l’un des soldats. Isaac Mercier a coupé la corde qui tenait la porte de la Monnaie. Il fit cela pour arrêter Picot qui voulait sauter la porte. Dame Piaget s’est protégée en poussant son armoire devant sa porte. Dans toute la bataille, seulement 1 homme genevois est mort. Les Genevois ont gagné la bataille et les Savoyards sont retournés dans leur pays (France).

6388-/La seule histoire que je connais sur l’histoire suisse est celle de Guillaume Tell qui a mis une pomme sur la tête de son fils et qui a touché la pomme avec une flèche ou sinon le moment où il se fait capturer et mis sur un bateau pour être jeté au milieu du lac mais il réussi à s’enfuir à la nage.

La prédominance de ces deux motifs dans le corpus révèle donc l’aisance des élèves à s’approprier les mythes, sans doute grâce à la faculté intrinsèque de ces derniers à correspondre au schéma narratif, ainsi qu’à leur réserve de personnages romanesques et d’images expressives. Mais tous les élèves ne sont pas dupes, puisque certains précisent la dimension légendaire des événements, les citent comme objets littéraires et font même allusion à l’invention des mythes nationaux lors de la construction de la nation.

6573-/- (…) En allemand, on retravaille sur la légende de Guillaume Tell. En effet, la Suisse est un pays qui est riche de légendes (ex : l’Escalade).

6592-/ Comme chaque canton avait une histoire différente, ils ont inventé l’Histoire de Guillaume Tell pour avoir une histoire qui rallie la Suisse.

Cette ouverture sur une démarche de déconstruction critique du mythe est prometteuse, mais elle est rare dans le corpus. Car si les connaissances sur ces deux événements sont larges chez les élèves genevois, elles ne révèlent globalement pas de questionnement scientifique sur la vérité historique, ni d’analyse critique des usages publics de l’histoire. Ainsi, l’enseignement pourrait se servir de ce bagage comme tremplin, pour clarifier la distinction entre histoire et mémoire et pour déconstruire les instrumentalisations politiques et idéologiques d’événements historiques, conformément à sa finalité d’éducation à la citoyenneté.

 

3. La neutralité et l’humanitaire comme marqueurs identitaires

La neutralité de la Suisse et son engagement humanitaire sont des éléments constitutifs de l’identité nationale helvétique ; il n’est pas conséquent pas étonnant de les retrouver dans les productions des élèves. Le premier motif, la neutralité, est souvent associée à l’idée de la Suisse comme un Sonderfall, un cas d’exception, niché parmi les autres pays du continent européen mais farouchement attaché à son indépendance et à sa différence.

6573-/Dans l’histoire, elle a toujours été un pays avec des règles différentes des autres pays, mais bien établies. Une différence qui est très positive.

6370-/La Suisse, pays montagneux encerclé par les pays voisins qui cherche à garder ses valeurs. (…) Et elle continue de grandir en tant que pays riche et au magnifique climat.

Nation favorisée et opulente, la Suisse suscite des convoitises de toutes sortes et court le risque d’être attaquée, puisque sa neutralité lui interdirait de se défendre contre ses assaillants.

6424-/ (…) La Suisse est un pays « neutre », qui veut dire qu’on ne déclarera jamais la guerre, mais par contre on peut nous attaquer (…).

Le deuxième motif, la fonction humanitaire de la Suisse, personnifiée par la Croix-Rouge ou Henry Dunant, apparaît dans une vingtaine de textes d’élèves.

6488-/ (…) Aussi il y a eu la fondation de la Croix-Rouge par Henry Dunant et les autres personnes. Elle a été créée pour sauver tous les blessés dans les champs de bataille. C’est pour ça qu’à Genève il y a une école et une rue en l’honneur d’Henry Dunant.

D’autres motifs, moins historiques, sont aussi fortement mobilisés par les élèves, qui dessinent une image idéalisée de la Suisse, pays qui se revendique comme une destination touristique de choix.

6623-/ (…). Elle est située au centre de l’Europe, entourée de montagnes et ayant plusieurs lacs dans le pays. Ce qui fait un pays « luxueux » un paysage magnifique et paisible. Elle est connue pour ses horloges, ses banques et le chocolat.

Les marqueurs identitaires spécifiques de la Suisse, associés à l’image de sa neutralité, en font un pays détaché des agitations politico-militaires de l’Europe et du monde.

 

4. Des silences révélateurs

Dans les récits des élèves, les événements politiques et militaires occupent la première place et éclipsent largement les autres domaines, tels que des faits relevant de sphère culturelle, religieuse ou sociale. Le processus de création de l’Etat fédéral moderne incarné par l’adoption de la première Constitution fédérale de 1848 n’est ainsi évoqué qu’à neuf reprises, alors que 21 récits mentionnent la supposée naissance de la Suisse par le pacte fédéral de 1291. Les mythes nationaux semblent l’emporter sur la réalité historique.

Même si l’on constate une prédominance de l’histoire événementielle politique, la dimension militaire de plusieurs conflits est fortement évacuée par les récits. Ainsi, la guerre du Sonderbund, fondamentale dans l’histoire de la Suisse, ne fait l’objet que d’une seule mention. Les guerres mondiales, pour leur part, n’apparaissent elles aussi que très discrètement (dans 17 récits) et sont souvent présentées comme n’ayant pas concerné la Suisse.

6469-/ (…) La Suisse est un pays ayant la particularité d’être neutre ce qui a évité sa participation aux deux guerres mondiales. (…)

D’autres aspects des deux conflits mondiaux qui témoignent pourtant de l’inscription de la Suisse dans l’histoire mondiale sont également passés sous silence : la Première Guerre mondiale et ses conséquences en Suisse, notamment la mise en place d’une politique de contrôle de la population étrangère, la désunion entre francophiles et germanophiles et la grève générale de 1918 ; la période du Second conflit mondial et l’attitude plus ambiguë des élites et autorités suisses à l’égard du national-socialisme ou la question des fonds en déshérence.

 

Quelques éléments pour conclure

Cette enquête, même si elle est restée modeste, a mis en évidence une certaine difficulté parmi les élèves interpellés à se représenter un récit de l’histoire de leur pays. N’oublions pas toutefois qu’elle s’est déroulée dans un cadre qui n’était pas normatif – les élèves n’étaient pas évalués, ils n’avaient pas à restituer des savoirs appris antérieurement pour ce faire – et qu’il s’agit bien d’un corpus portant sur des représentations sociales qui ne nous dit pas forcément ce qui a été enseigné à ces élèves.

Cela étant souligné, il n’en reste pas moins que la difficulté à exprimer un récit d’une histoire nationale suisse, et le poids dans ces productions d’élèves genevois d’un événement à portée locale et d’un personnage mythique, rendent compte non pas d’un désintérêt des uns et des autres, enseignants ou élèves, pour cette échelle de l’histoire, mais d’une difficulté à l’inscrire dans l’histoire des sociétés humaines, à la connecter à des contextes plus larges qui ont fortement marqué la plupart des moments de cette histoire, en particulier les plus marquants d’entre eux. Par exemple, la fondation de la Suisse moderne en 1848 a quelque chose à voir avec le Printemps des peuples ; la Grève générale de 1918 s’explique notamment par les effets sociaux d’une guerre qui n’a pas eu lieu en Suisse et se situe au cœur d’une période de soulèvements sociaux en Europe ; il est impossible d’examiner et de comprendre l’attitude des autorités et des élites économiques suisses face au national-socialisme sans tenir compte de ce qui se passait en Europe et dans tous les pays voisins à ce moment-là.

Pourquoi est-il si difficile, en Suisse [5], de concevoir une véritable histoire critique lorsqu’on aborde les dimensions locale et nationale de l’histoire ? Pourquoi les ouvrages d’histoire suisses sont-ils disposés en dehors des rayons d’histoire dans beaucoup de librairies, parfois même pour être placés au rayon consacré au tourisme ? Comment expliquer cette propension persistante à juxtaposer, à mettre côte à côte, l’histoire des espaces cantonaux, national et plus général ? Assurément, une histoire critique depuis la Suisse, et une histoire scolaire depuis la Suisse qui s’y réfère, connectant les espaces et intégrant par-delà les frontières l’influence des univers mentaux de chaque époque, sont encore à construire.

 

[1] Selon le PER en ligne sous http://www.plandetudes.ch/web/guest/SHS_32/, consulté le 30 septembre 2015.

[2] Assmann, J. (2010). La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques. Paris : Aubier.

[3] Pour une analyse plus développée de ce corpus, voir notre contribution Le cas genevois, dimension locale, dimension mythique, dans Lantheaume, F. & Létourneau, J. (dir.). Quand les élèves racontent l’histoire nationale, en France et ailleurs (à paraître).

[4] 37% pour le secondaire I, 48% pour le secondaire II.

[5] Et peut-être aussi dans d’autres pays.