Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour(s) sur une exposition

par Cécile Vast (docteure en histoire)

avec la collaboration de Vincent Briand, attaché de conservation du patrimoine, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Novembre 2014 : Anise Postel-Vinay dépose au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon une lourde pile de dossiers… Les documents envoyés par ses soins au musée complètent le fonds éponyme de sa compagne de déportation, Germaine Tillion…

 

Novembre 2014 : Anise Postel-Vinay dépose au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon une lourde pile de dossiers constitués de chemises soigneusement classées contenant un ensemble assez hétéroclite de notes, doubles d’originaux et autres photocopies issues de divers fonds d’archives consultés depuis la fin de la guerre. Anise Postel-Vinay, née Girard, est originaire du Bélieu dans le Haut-Doubs. Dans la France occupée de 1940, elle s’engage à Paris au sein d’un réseau clandestin de l’Intelligence Service, « Gloria SMH ». Arrêtée en août 1942, détenue à la prison de la Santé puis à Fresnes, internée au fort de Romainville, elle est déportée au camp de concentration de Ravensbrück le 21 octobre 1943 dans le même convoi que Germaine Tillion. Les documents envoyés par ses soins au musée complètent le fonds éponyme de sa compagne de déportation ; ils forment un corpus cohérent sur les procès des criminels nazis de Ravensbrück, en particulier ceux de Hambourg (1946-1947) et de Rastatt (1949-1950).

Photographie anthropométrique d’Anise Girard (Postel-Vinay) prise au fort de Romainville (été 1943) © Association Germaine Tillion

 

Le dépôt au musée de Besançon du fonds consacré à la déportation des Françaises à Ravensbrück est officialisé en 1995. Une longue recherche initiée au cœur de l’expérience concentrationnaire et prolongée jusqu’à ses dernières années prend place sur les rayonnages. Pourquoi Besançon ? La proximité géographique avec le village d’origine d’Anise Postel-Vinay a sans doute joué, mais elle n’explique pas tout. Le rôle du musée et de sa fondatrice, Denise Lorach, est en effet essentiel dans la constitution d’un riche fonds documentaire sur l’histoire de la déportation de répression. Ses échanges réguliers avec Henri Michel, secrétaire général du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu’Olga Wormser-Migot, membre de la Commission d’histoire de la déportation de ce même organisme, finissent par faire du musée un partenaire privilégié. C’est à Denise Lorach qu’en 1983 (l’antériorité est essentielle), l’abbé Joseph de La Martinière confie les archives de ses travaux sur la déportation Nacht und Nebel (NN) [1]. C’est vers le musée que se tourne finalement Anise Postel-Vinay, après avoir lancé un appel en 1983 « pour que soit préservée la documentation sur Ravensbrück » dans un lieu adéquat [2], appel auquel Denise Lorach répond favorablement. Les recherches sur les Françaises déportées à Ravensbrück complètent désormais les documents rassemblés par l’abbé de La Martinière.

Rayonnage du fonds Germaine Tillion au musée de la Résistance et de la déportation de Besançon © Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Rayonnage du fonds Germaine Tillion au musée de la Résistance et de la déportation de Besançon
© Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

 

Régulièrement enrichi – ainsi en 2009 avec le don du manuscrit du Verfügbar aux Enfers, une parodie d’opérette écrite à Ravensbrück -, le « fonds » Germaine Tillion fait vivre l’histoire d’une recherche collective singulière qui commence avec la déportation. Sa valeur est considérable puisqu’il s’agit d’archives, écrits et petits objets qui datent des « faits ». L’apparence anodine des recettes en acrostiche composées secrètement par Germaine Tillion à Ravensbrück, et dont les premières lettres forment les noms des principaux responsables du camp, masquent en réalité un plan de survie autrement plus subversif : documenter l’entreprise criminelle nazie pour la faire connaître et la juger. Dès le camp, et au moment de la libération de Ravensbrück le 27 avril 1945, le projet documentaire sur l’univers concentrationnaire imprègne le sens que les rescapées donnent à leur témoignage. Trois dimensions indissociables s’y mêlent : la mémoire, comme fidélité aux morts ; la justice, pour établir les faits, les responsabilités et les réparations ; la connaissance pour analyser et comprendre. Les premiers résultats de l’enquête menée clandestinement dans le camp, et échappés des multiples fouilles, se prolongent en Suède avec le recueil des listes et des témoignages qui formeront l’ébauche du Livre Blanc voulu par Germaine Tillion. Ce travail opiniâtre de reconstitution de sources est d’autant plus crucial que les SS de Ravensbrück ont pris soin de détruire les archives du camp. Dans les mois qui suivent les retours de déportation, il constitue la matrice d’une recherche collective aux multiples ramifications, dont les strates se superposent et se complètent jusqu’aux années 2010 [3].

« En t’écoutant, nous n’étions plus des Stücks, mais des personnes ; nous pouvions lutter, puisque nous pouvions comprendre. » [4] Ces quelques mots que Geneviève de Gaulle adresse à Germaine Tillion en disent long sur son aura intellectuel, sur son rôle de fédérateur et de passeur. Ethnologue déjà bien rompue à l’enquête de terrain depuis son séjour dans les Aurès (1934-1940), un peu plus âgée que la plupart de ses camarades de déportation, elle s’attache à décrypter les ressorts et les logiques internes de Ravensbrück. Par divers moyens de fortune – dont la parodie d’opérette Le Verfügbar aux Enfers représente l’une des tentatives les plus emblématiques – elle partage les résultats de son analyse avec ses co-détenues pour les aider à comprendre le fonctionnement du camp, à le surmonter pour mieux lui résister. L’écriture de l’histoire du camp constitue, parmi d’autres actions plus abouties comme les sabotages, une forme essentielle de résistance au système infernal de négation et de destruction de l’être humain.

Photographie de Germaine Tillion (années 1930) © Association Germaine Tillion

Photographie de Germaine Tillion (années 1930)
© Association Germaine Tillion

 

L’exposition « Les armes de l’esprit (1939-1954) » présentée en 2015 à la citadelle de Besançon est revenue sur le parcours de résistance et de déportation de Germaine Tillion, dans une approche chronologique plutôt classique. Elle a mis en lumière trois aspects fondamentaux de sa trajectoire de vie.

Expérience et connaissance, les armes de l’esprit !!! Du refus de la défaite et de l’occupation allemande en 1940 aux procès de l’après-guerre, un fil invisible semble relier des moments rythmés par l’engagement, la prison et les camps. Suggéré par le déroulement de l’exposition et développé dans le catalogue publié pour l’occasion [5], le lien étroit entre l’expérience et la connaissance guide indiscutablement la vie et la pensée de l’ethnologue. « Je devais apprendre plus tard qu’il n’y a qu’une expérience valable pour chacun de nous, celle que nous avons sentie dans nos propres nerfs et dans nos propres os. Depuis l’expérience la plus banale que tout être humain connaît ou croit connaître – la faim – jusqu’à l’expérience la plus haute – celle de ces conflits déchirants dans lesquels une personnalité s’affirme ou se détruit -, rien, absolument rien ne s’invente. Comprendre, imaginer, deviner, c’est associer selon des modalités inépuisablement diverses des sensations acquises par l’expérience, et acquises seulement par l’expérience… » [6]

La Frise du temps : étude diachronique des parcours de résistance et de déportation des convois d’août 1944 vers Ravensbrück réalisée par Germaine Tillion après 1945 © Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

La Frise du temps : étude diachronique des parcours de résistance et de déportation des convois d’août 1944 vers Ravensbrück réalisée par Germaine Tillion après 1945
© Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

 

Émilie Tillion. Ce goût du savoir lui venait de sa mère, personnage central de son existence, qui l’accompagna dans la clandestinité, la prison, la déportation. Les dessins et les textes, l’humour et le doux visage d’Émilie Tillion, présents en filigrane tout au long de l’exposition, éclairent son rôle méconnu, parfois même estompé, dans l’organisation de la filière d’évasion des prisonniers de guerre coloniaux dès 1940. Arrêtée en août 1942, emprisonnée à la prison de la Santé et à Fresnes, internée à Compiègne puis à Romainville, Émilie Tillion a été déportée le 30 janvier 1944 par le convoi des « 27000 ». Sélectionnée le 2 mars 1945, elle est assassinée le même jour dans la chambre à gaz du camp de concentration de Ravensbrück.

Solidarités d’une recherche collective. D’autres figures parcouraient l’exposition ; celles de Geneviève de Gaulle et d’Anise Postel-Vinay illustrent avec force le caractère collectif d’une œuvre de connaissance engagée au cœur des solidarités de l’expérience concentrationnaire. C’est cette histoire dans l’Histoire, genèse d’une première historiographie de la déportation, que l’on retrouve en partie dans les dossiers déposés au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon. Elle forme la matière première des trois Ravensbrück publiés successivement en 1946, 1973 et 1988. Comme Germaine Tillion l’avait fait pour l’homologation de son réseau, qu’elle avait choisi de désigner sous le terme générique de « musée de l’Homme-Hauet-Vildé » [7], pourquoi ne pas appeler ces archives sur les Françaises déportées à Ravensbrück « fonds Germaine Tillion-Anise Postel-Vinay » ?

 

Notes

[1] En français « Nuit et Brouillard », terme désignant la procédure NN mise en place par l’application du décret Keitel en décembre 1941. Elle vise à éviter les procès révélant l’existence des résistants dans les pays occupés et à les faire disparaître en accélérant la déportation en Allemagne, suivie parfois par la condamnation par des tribunaux civils (Volksgericht) ou militaires allemands, à Cologne, Sarrebrück ou Trèves.

[2] Sarah Brach et Marie-Claire Ruet, « Comment écrire l’histoire de la déportation ? Le fonds Germaine Tillion conservé au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon » in Les armes de l’esprit. Germaine Tillion, 1939-1954, La Citadelle de Besançon, 2015, pp. 111-117.

[3] L’Association nationale des déportées et internées de la Résistance (Adir) soutient l’essentiel de cette recherche collective, pour laquelle Germaine Tillion, Anise Postel-Vinay et Geneviève de Gaulle-Anthonioz ont particulièrement œuvré.

[4] Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Lettre à Germaine Tillion, préface à Germaine Tillion, La Traversée du mal, 2000.

[5] Les armes de l’esprit. Germaine Tillion, 1939-1954, La Citadelle de Besançon, 2015, 168 pages.

[6] Germaine Tillion, « Vivre pour comprendre », Le monde diplomatique, avril 2009, p. 3. Voir http://www.monde-diplomatique.fr/2009/04/TILLION/17026.

[7] Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée. Du côté du réseau du “musée de l’Homme-Hauet-Vildé” » in Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n°30, 1958, pp. 6-22.



Citer ce billet
Rédaction (2016, 13 mars). Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour(s) sur une exposition. À l'école de Clio. Histoire et didactique de l'histoire. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0ri