Marc Ferro : « L’histoire, pour la rendre objective, il faut qu’elle soit plurielle. »

Au cours d’un récent entretien radiodiffusé en février 2018, Marc Ferro s’est exprimé sur son parcours et sa conception de l’histoire. Il a notamment insisté sur la nécessaire pluralité des sources et l’importance de les croiser pour pouvoir construire de l’histoire. Il a aussi évoqué ce qui distinguait l’histoire scolaire au service de l’unité nationale de l’histoire issue de la recherche, l’histoire fondée sur des mythes de l’histoire qui permet de comprendre les sociétés.

[L’histoire], pour la rendre objective, il faut qu’elle soit plurielle afin qu’on entende la voix de tous ceux dont vous avez parlé, les paysans et les hommes d’État, aussi bien les industriels que les affairistes, les truands même, s’il le faut, des artistes, et c’est au croisement de tout cela que l’on peut au moins faire une sorte de parallèle entre les représentations qu’ils ont chacun de leur vie, c’est-à-dire de l’histoire pour eux. Ce qui compte pour les gens, c’est leur place dans l’histoire. L’histoire en général, c’est une distraction, c’est Jeanne d’Arc, c’est ce qu’on veut, mais eux, ce qu’ils veulent savoir, c’est pourquoi ils en sont là, et le but de l’histoire, c’est de le leur faire comprendre.

 

Il y a deux types d’histoire qui sont confrontées actuellement dans notre société, celle qu’on apprend à l’école, qui est un récit à moitié vrai, à moitié faux, mais qui cimente en quelque sorte l’unité nationale, et puis celle inventée par Marc Bloch et Lucien Febvre dans les années 1920 ou à peu près qui essaie de poser des problèmes que l’histoire pose pour essayer de les résoudre et pour rendre l’histoire intelligible et pour faire moins de conneries dans le futur qu’on en a fait dans le passé. Ce qui est tout à fait différent. Et ces deux histoires, c’est un peu deux histoires qui ne se couchent pas dans le même lit. Quand j’ai fait mon livre sur la Révolution russe, j’y ai été confronté. Quand je racontais par exemple l’arrivée de Lénine en Russie, etc., c’était l’histoire qui cimente la Révolution, le mythe de base pour cimenter, si je puis dire, l’idée de Révolution. […] Mais les ouvriers, les paysans, etc., ils vivaient une autre histoire. Ils n’ont pas du tout fait la révolution pour qu’on nationalise, pour qu’on collectivise, etc. Ils faisaient une révolution parce qu’ils n’étaient pas contents de leur sort et demandaient à être traités comme des êtres humaines, et pas autrement. Donc, il y avait deux histoires parallèles, et il fallait qu’elles se croisent pour que cela donne un sens à ce que je faisais.

Au cours de cet entretien,Marc Ferro évoque son parcours personnel et intellectuel. Né en 1924, il a perdu sa mère, qui était juive, qui a été déportée et a péri à Auschwitz. Se trouvant à Grenoble, il a participé à la Résistance, notamment dans le maquis du Vercors. Il a eu une expérience d’enseignement en Algérie, puis ses travaux de thèse ont porté sur la Révolution russe. Il a aussi travaillé sur la Grande Guerre, sur les images et sur le cinéma. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Comment on raconte l’histoire aux enfants: à travers le monde entier ( Paris, Payot, 1981, recensé ici).

L’intégralité de cet entretien radiophonique est disponible ici.

Source : Radio Suisse Romande, RTS-La Première, Émission « Entre nous soit dit », propos recueillispar Mélanie Croubalian, diffusé le 6 février 2012.