Fausses nouvelles et bobards, un thème pour l’histoire scolaire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg [1]

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 6, décembre 2015.

Le rapport entre histoire et témoignages relève de l’interaction constante entre histoire et mémoires et soulève la question de l’usage public de l’histoire et du passé, qui est souvent un mésusage. Comment les spécialistes de ce passé appréhendent-ils toutes ces expressions qui ne viennent pas forcément de leur sérail et qui troublent parfois la bienséance qu’ils aimeraient préserver dans leur tour d’ivoire ? Deux œuvres singulières, de l’historien Marc Bloch et du témoin et critique de témoins Jean Norton Cru, sont utiles pour travailler sur ces questions. Lire la suite

Apprendre de l’histoire pour être capable de discernement

par Laurence de Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 5, juin 2015.

L’actualité tragique du début de l’année 2015 a mis les institutions scolaires sur le devant de la scène. Il vaut dès lors la peine de se rappeler dans quels termes le grand historien Marc Bloch s’était inquiété des effets pernicieux des graves insuffisances qu’il constatait dans le système de formation de son pays, alors qu’il réfléchissait, avant sa fin tragique, aux conditions qui rendraient possibles une nouvelle société d’après-guerre.

Lire la suite

La Journée de la mémoire et ses pratiques scolaires. Une évocation critique

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 4, décembre 2014.

Depuis 2004, la date du 27 janvier, en souvenir de l’arrivée de l’armée Rouge dans les camps d’Auschwitz le 27 janvier 1945, a été progressivement instituée en Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité dans plusieurs pays, alors que d’autres ont opté pour d’autres dates. Comme toute commémoration, la Journée de la mémoire est une bonne occasion pour faire de l’histoire dans la classe ou dans l’espace public. Toutefois, son existence officielle suscite deux types de questionnements, le premier sur les liens souhaitables ou non entre commémoration et institution scolaire, le second autour de la focalisation discutable sur une date de « libération » qui, en réalité, ne marqua pas la fin de toutes les souffrances.

Lire la suite

La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 3, juin 2014.

Évolution et durée, rupture et continuité, récits et tableaux : la sélection, l’organisation et la construction des savoirs historiens à enseigner et faire apprendre dans le cadre scolaire ne vont pas de soi. Sur le plan des échelles temporelles et sur celui des périodisations, les regards croisés des historiens et la variation de leurs focales d’observation enrichissent les interprétations et multiplient les questionnements possibles. De l’histoire locale à l’histoire globale, les objets d’investigation sont désormais construits, scrutés, tordus dans toutes les directions susceptibles de multiplier les angles d’intelligibilité. Les guerres mondiales n’ont pas échappé à ces renouvellements historiographiques. Lire la suite

Chronique des enjeux d’histoire scolaire: à propos des erreurs historiographiques

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 2, décembre 2013.

La problématique des erreurs historiographiques a inspiré la rédaction de cette chronique pour interroger leur place, leur influence, voire leur prégnance, dans le champ scolaire. Au fil des exemples abordés, les auteurs reviennent ici sur quelques contenus du présent volume, et aussi quelques autres problèmes. Leur texte clôt ainsi ce dossier avec la préoccupation des conséquences de ces erreurs historiographiques pour la transmission scolaire d’une intelligibilité du passé. Dans les prochains volumes d’En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, la revue semestrielle de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, une chronique proposera régulièrement des réflexions sur l’histoire et sa didactique à l’école. Lire la suite

Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour(s) sur une exposition

par Cécile Vast (docteure en histoire)

avec la collaboration de Vincent Briand, attaché de conservation du patrimoine, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Novembre 2014 : Anise Postel-Vinay dépose au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon une lourde pile de dossiers… Les documents envoyés par ses soins au musée complètent le fonds éponyme de sa compagne de déportation, Germaine Tillion… Lire la suite

Un passé à questionner plutôt qu’un récit du passé

présenté par Charles Heimberg (Université de Genève)

Deux prises de position publiées récemment sur le site du journal Le devoir, de Montréal, rendent compte d’un problème qui se pose en amont de toute histoire scolaire : passe-t-elle d’abord par un récit ou par une forme de problématisation ? Lire la suite

La Résistance et le politique : échos d’une table ronde à Besançon en septembre 2015

publiés sous la direction de Cécile Vast (docteure en histoire)

L’histoire des idées et des courants politiques de la Résistance, comme celle des programmes et des projets élaborés dans la clandestinité, est une histoire connue et défrichée de longue date. On peut mentionner, à titre d’exemples, la thèse d’Henri Michel (Les courants de pensée de la Résistance, 1962) ou les travaux de Diane de Bellescize (Le Comité général d’Études dans la clandestinité, 1979) et de Claire Andrieu (Le Programme commun de la Résistance, 1984).

Depuis les années 1980, les recherches ont voulu insérer la Résistance dans une approche socio-culturelle. La publication en 2006 du Dictionnaire historique de la Résistance, ouvrage collectif dirigé par François Marcot, en reflète ainsi l’un des aboutissements. Les études les plus récentes s’inscrivent dans ce prolongement, et tentent d’appréhender le phénomène sous l’angle d’une histoire sociale et culturelle du politique. Lire la suite

Du bon usage de la Résistance…

par Cécile Vast (docteure en histoire), le 14 novembre 2015

Sans doute, dans les jours à venir, et déjà maintenant, les usages de la Résistance risquent-ils de se multiplier. Quelques précautions et beaucoup d’humilité s’imposent pourtant. Si l’histoire peut aider à comprendre et à mettre en perspective les événements du présent, les expériences du passé ne permettent pas toujours d’apporter les réponses et les certitudes dont nous avons besoin aujourd’hui. Il faut essayer de se garder des fausses analogies, des similitudes trompeuses et des schémas explicatifs traditionnels qui, certes, rassurent, mais qui, parfois, ne suffisent pas, ne suffisent plus. Lire la suite

Agenda

Dernière mise à jour : 11 mai 2018

Ce billet, régulièrement mis à jour, annonce des manifestations scientifiques portant sur l’histoire et sa didactique à Genève, Paris, Lyon, Besançon ou ailleurs.

 

 

_____________________________________________________________________________

ARCHIVES

Valeurs et droits fondamentaux à l’École, un chemin étroit entre engagement et neutralité

 

 

_____________________________________________________________________________

 

La didactique de l’histoire dans tous ses états. Journées d’études de l’ÉDHICE

Les prochaines journées d’études de l’ÉDHICE auront lieu à Genève les 9 et 10 mai 2017.

_____________________________________________________________________________

 

Faut-il croire les historiens ?

Le 1er avril 2017, dans le cadre du 2ème Festival Histoire & Cité organisé par la Maison de l’Histoire de l’Université de Genève sur le thème « Croire, faire croire », une table ronde s’est tenue sur le thème Faut-il croire les historiens ? avec la participation de François Godicheau et Charles Heimberg, et l’animation de Nic Ulmi.

_______________________________________________________________

 

James Guillaume, un exilé aux côtés de Ferdinand Buisson

L’ÉDHICE a proposé une carte blanche/table ronde aux Rendez-Vous de l’histoire de Blois des 6-9 octobre 2016 sur le thème James Guillaume, un exilé aux côtés de Ferdinand Buisson.

James Guillaume, une personnalité libertaire, a connu Ferdinand Buisson à Neuchâtel quand ce dernier s’y était exilé pendant le Second Empire. Quelques années plus tard, après avoir été écarté de l’enseignement à cause de ses opinions, c’est cette fois James Guillaume qui s’est exilé clandestinement à Paris où il a retrouvé Ferdinand Buisson et s’est engagé activement dans la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

L’histoire de l’éducation et de la pensée éducative est marquée par des circulations et des migrations dont les cas de Buisson et Guillaume constituent un bon exemple. Une recherche en cours examine l’apport de James Guillaume à l’œuvre pédagogique de la Troisième République, ainsi que les interactions entre la pensée républicaine et la pensée libertaire. Elle interroge également les liens qui peuvent être tissés entre passé et présent et la mesure dans laquelle certaines questions du passé trouvent un écho parmi des enseignants d’aujourd’hui, en particulier autour de la notion de neutralité scolaire et de ses finalités.

Cette recherche s’inscrit donc dans une perspective historico-didactique par laquelle la reconstruction des idées et des pratiques d’enseignement du passé enrichit les débats du présent sur leur évolution et sur les enjeux qui se présentent en la matière en ce début de XXIe siècle.

Cette table ronde réunira des chercheurs de l’Université de Genève engagés dans ce projet autour de l’itinéraire de James Guillaume, de son œuvre pédagogique et de l’actualité des questions qu’elle soulève.

La table ronde a été proposée par l’ÉDHICE avec le soutien de la présente revue/carnet de recherche À l’école de Clio.

Par ailleurs, un colloque international James Guillaume. L’émancipation par les savoirs a été organisé à Genève les 24 et 25 novembre 2016. Un carnet de recherche intitulé James Guillaume, un itinéraire, régulièrement et surtout alimenté par Jean-Charles Buttier lui est également consacré.

 

 

École et pouvoir. À propos de de l’histoire scolaire.

Le 9 juin 2016, à 11h15, salle 3017 du bâtiment Anthropole de l’Université de Lausanne, un panel a été proposé dans le cadre des IVèmes Journées d’histoire suisse consacrées au(x) Pouvoir(s) sur le thème École et pouvoir. À propos de de l’histoire scolaire.

Son programme a été le suivant :

L’histoire scolaire inculcatrice de la Troisième République au prisme du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, par Jean-Charles Buttier et Nora Kohler (Université de Genève)

Les pressions du politique sur l’histoire scolaire, par Maurizio Binaghi, Liceo di Lugano et Associazione ticinese degli insegnanti diu storia (ATIS)

Entre faits du passé et interprétations : le pouvoir de l’histoire scolaire, par Charles Heimberg (Université de Genève)

Les présentations ont été discutés par le politologue Matteo Gianni (Université de Genève).

_____________________________________________________________________________

 

Suzanne Citron, un engagement multiple

Le samedi 28 mai 2016, à Paris, Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne, rue Mahler 9, de 13h30 à 17h30, une demi-journée d’études a été consacrée à Suzanne Citron. Elle a été organisée par l’Association transdisciplinaire pour les recherches en histoire de l’éducation, le Collectif aggiornamento histoire-géo, le Comité de vigilance sur les usages publics de l’histoire et la présente revue/carnet de recherche À l’école de Clio.

Suzanne Citron, un engagement multipleProgramme :

Suzanne Citron 1Suzanne Citron 2

_____________________________________________________________________________

 

Enseigner l’histoire de l’engagement. Second volet des journées d’études de l’ÉDHICE à Genève les 10 et 11 mai 2016

Les mardi 10 et mercredi 11 mai 2016, à l’Université de Genève (Pavillon-Mail), l’ÉDHICE a organisé le second volet de ses journées d’études sur le thème Enseigner l’histoire de l’engagement.

journées d'études 10-11 mai 2016programme

Ces journées de l’ÉDHICE ont été associées le mardi soir à une présentation à Uni-Mail par le Collège du travail de Genève de sources orales de militants syndicaux récemment mises en ligne qui ont été commentées et discutées.

soirée commune Collège du travail & ÉDHICEprogrammeLe mercredi après-midi a été consacré à la discussion de propositions concrètes d’enseignement et apprentissage de l’histoire de l’engagement.

Ces journées se sont terminées par une présentation de deux films consacrés à la question contemporaine des réfugiés en Méditerranée et à Genève.

présentation de deux documentaires

_____________________________________________________________________________

 

L’éducation laïque et ses temporalités. Usages et mésusages d’un concept

Le 26 février de 9h30 à 18h00, à Genève, zone Uni-Mail, salle PM-01 du Pavillon-Mail, une journée d’études s’est tenue sur le thème de L’éducation laïque et ses temporalités. Usages et mésusages d’un concept.

journées d'études sur la laïcité 26.2.2016Programme de la journée d’études :

programme du 26.2.2016

_____________________________________________________________________________

 

Mattmark, 30 août 1965. La catastrophe

Un livre d’histoire qui retrace une page occultée de l’histoire sociale de la Suisse et des migrations ouvrières en Europe…

Le 23 février 2016, à Genève, Uni-Mail (tram 15), 18h15, salle 2170, un livre sur la catastrophe de Mattmark du 30 août 1965 (Toni Ricciardi, Sandro Cattacin, Rémi Baudouï, Mattmark, 30 août 1965. La catastrophe, Genève et Zurich, Seismo, 2015) a été présenté.

Cette conférence-discussion avait dû être reportée à deux reprises à cause du mouvement de grève de la fonction publique genevoise.

Intervenants : Sandro Cattacin et Rémi Baudouï, Toni Ricciardi ayant été retenu à l’étranger.

présentation Mattmark 23.2.2016

 

_____________________________________________________________________________

 

Le 5 décembre 2015, Uni-Mail, Genève, de 10h00 à 16h00, journée d’études sur le thème Cent ans après les conférences de Zimmerwald et Kiental à l’initiative de l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier (AÉHMO) et de l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (ÉDHICE) de l’Université de Genève.

Des traces de cette journées d’études ont été publiées dans le numéro 32, de 2016 des Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, sous le titre Cent ans après Zimmerwald et Kiental.

chmo 32 2016

_____________________________________________________________________________

 

La littérature du réel ou le troisième continent

Le 17 novembre 2015, Uni-Mail Genève, à 18h15, a eu lieu une conférence d’Ivan Jablonka, La littérature du réel ou le troisième continent :

_____________________________________________________________________________

 

L’intelligibilité du passé. Questions de recherche en didactique de l’histoire

Le 10 octobre 2015, aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois, une table ronde proposée par l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (ÉDHICE) de l’Université de Genève a permis de présenter le carnet de recherche À l’école de Clio et son deuxième dossier L’intelligibilité du passé. Questions de recherche en didactique de l’histoire.

_____________________________________________________________________________

 

Résistance et politique

Le 18 septembre 2015, à l’Université de Besançon, dans le cadre des journées du Comité français des sciences historiques, une table ronde organisée par Cécile Vast s’est tenue sur le thème Résistance et politique (Catherine Lacour-Astol, qui était annoncée, n’a pas pu être présente).

L’intelligibilité du passé : une finalité d’apprentissage et des recherches qui la questionnent

par Charles Heimberg (Université de Genève)

La science historique fait l’objet de visions antagonistes qui ne sont pas sans conséquences pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire scolaire. En effet, d’un côté l’histoire est vue comme un récit linéaire, ses composantes s’enchaînant dans une construction narrative rétrospective qui suggère un double sentiment de cohérence et d’évidence ; de l’autre, elle est conçue comme une discipline scientifique, une science humaine et sociale, qui propose des questionnements et des clés de lecture pour interroger le monde d’hier et d’aujourd’hui et mettre à distance la plupart de nos certitudes. Lire la suite

Enseigner l’histoire de l’immigration pour questionner les appartenances identitaires

par Alexia Panagiotounakos (Université de Genève)

Introduction

En 2014, le peuple suisse est amené à voter à trois reprises sur des objets en lien avec la présence étrangères sur le territoire national. Les débats qui en découlent recourent notamment à des arguments émotionnels qui mettent en avant des valeurs suisses à préserver face à des cultures jugées trop différentes. Ces dernières sont considérées comme un risque pour l’identité helvétique car elles menaceraient une supposée pureté culturelle et introduiraient d’autres modes de penser et d’agir. Cette vision ethnique [1] de la nationalité tend à la considérer comme un ensemble de croyances et de pratiques immuables depuis les origines, imperméables aux influences étrangères : une réalité existant en soi et pour soi. Lire la suite

La perspective de genre dans l’enseignement de l’histoire

par Valérie Opériol (Université de Genève)

Introduction

Les savoirs que les disciplines scolaires choisissent de transmettre aux élèves ne sont pas fixes, mais évoluent au fil du temps. Ils connaissent en alternance des périodes de stabilité et des moments de profonds bouleversements (Chervel, 1988). Actuellement, l’enseignement de l’histoire est en proie à un renouvellement de ses contenus : il commence à intégrer une catégorie d’analyse définie il y a plus de vingt ans par les historiennes (Scott, 1988), celle du genre. On ne peut, pour l’heure, présager la profondeur et la durabilité de ce changement, mais il n’est pas inintéressant pour la didactique de l’histoire d’en examiner d’ores et déjà certaines finalités, modalités et effets. Lire la suite

Quelques éléments pour une analyse critique des ressources didactiques en histoire

par Aurélie de Mestral (Université de Genève)

Un séminaire sur les ressources didactique en histoire

Face à la situation de l’enseignement à Genève où plus aucun manuel d’histoire n’est obligatoire et distribué à tous les élèves de fin de scolarité obligatoire depuis près d’une vingtaine d’années, la tenue d’un séminaire sur les ressources didactiques [1] regroupant des intervenants d’origines diverses a permis de débattre de la question des manuels et des problèmes qu’ils posent quand il s’agit de l’enseignement de l’histoire. Lire la suite