10 ans après “La saveur des savoirs” de Jean-Pierre Astolfi : un bilan de son actualité et de sa pertinence pour la didactique de l’histoire

Le dixième anniversaire de la parution de l’ouvrage de Jean-Pierre Astolfi La saveur des savoirs. Disciplines et plaisir d’apprendre a été marqué à Genève par une journée d’études qui a permis de souligner son importance pour les didactiques disciplinaires, et en particulier pour la didactique de l’histoire.

Continuer la lecture

“Histoire, mémoire et transmission de la criminalité nazie: quels documents, quelles images?” Une table ronde le samedi 13 octobre 2018 à Blois

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD, Paris) et sa revue En Jeu. Histoire et mémoires vivantes s’est associée à la revue À l’école de Clio. Histoire et didactique de l’histoire dans le cadre d’une table ronde qui s’est tenue dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois le samedi 13 octobre 2018, de 17h30 à 19h00, en salle 22 de l’ÉSPÉ.

Continuer la lecture

Histoire, mémoires transmission. Journées d’études de didactique de l’histoire et de la citoyenneté à l’Université de Genève les 22 et 23 mai 2018

Les journées d’études pour 2018 de l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (ÉDHICE) de l’Université de Genève ont eu lieu les mardi 22 et mercredi 23 mai derniers en collaboration avec À l’école de Clio. Histoire et didactique de l’histoire. Elles se sont déroulées en quatre demi-journées autour de la thématique Histoire, Mémoires, Transmission. Continuer la lecture

Marc Ferro : “L’histoire, pour la rendre objective, il faut qu’elle soit plurielle.”

Au cours d’un récent entretien radiodiffusé en février 2018, Marc Ferro s’est exprimé sur son parcours et sa conception de l’histoire. Il a notamment insisté sur la nécessaire pluralité des sources et l’importance de les croiser pour pouvoir construire de l’histoire. Il a aussi évoqué ce qui distinguait l’histoire scolaire au service de l’unité nationale de l’histoire issue de la recherche, l’histoire fondée sur des mythes de l’histoire qui permet de comprendre les sociétés. Continuer la lecture

Moi, Nous, professeurs d’histoire et de géographie : à propos d’une enquête en cours

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’université de Cergy-Pontoise, nous cherchons à recueillir des témoignages autobiographiques de professeurs d’histoire et de géographie en France.

Par Thomas Baillergeon, professeur d’histoire-géographie, doctorant, Université de Cergy-Pontoise Continuer la lecture

Contrer les idées reçues pour que l’histoire scolaire soit vraiment de l’histoire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 9, juin 2017.

Dans la manière de penser l’histoire, il y a très grossièrement une ligne de partage entre deux positions, en simplifiant à l’extrême. Il y a ceux qui pensent l’histoire comme un monde en soi, c’est-à-dire comme une sorte d’absolu, presque comme une métaphysique, une histoire dont les acteurs sociaux sont absents ou ne sont que des figurants. Dans ce cadre, on peut penser que la place donnée à l’événement peut se limiter à une fonction de maillon dans un enchaînement de causalités avec ses logiques propres, dans une mécanique raisonnée qui peut expliquer « la marche » du temps. C’est une histoire qui se déroule en dehors, ou du moins à distance des acteurs sociaux. Au contraire, dans celle que j’essaie d’écrire, et qui découle nécessairement de mes préoccupations, je m’oblige à penser comment les acteurs sociaux pouvaient vivre l’histoire au moment où ils la vivaient, avec ce qu’ils croyaient en voir, ce qu’ils pouvaient percevoir, avoir et comprendre. Je ne dis pas qu’ils font l’histoire mais en tout cas, ils sont là, spectateurs passifs ou non. Et c’est parce qu’il est impossible de faire abstraction des acteurs sociaux que se pose le problème : est-ce qu’un événement ressemble à ce qu’il montre, à ce qu’il dit qu’il est ?

Pierre Laborie, « L’événement, c’est ce qui advient à ce qui est advenu… », entretien avec Pierre Laborie », Sociétés & Représentations, 2011 [1]. Continuer la lecture

“Tout le monde pense en histoire”, écrivait Henri Moniot (1935-2017) en 1994

En 1994, dans un texte intitulé Les paysages variés de l’enseignement de l’Histoire, l’historien africaniste et didacticien de l’histoire Henri Moniot, récemment disparu (1935-2017), évoquait les problèmes posés à l’étude de l’enseignement et apprentissage de l’histoire à l’école dans des termes pionniers. Continuer la lecture

Retrouver les discontinuités du passé, défataliser l’histoire, dépasser les idées reçues

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 8, décembre 2016.

L’enseignement de l’histoire, ses contenus et sa forme se distinguent de l’histoire académique par un processus de déconstruction, reconstruction et insertion dans un récit scolaire qui mène à transformer les savoirs scientifiques en des savoirs à enseigner. Ce postulat, qui constitue un fondement de la réflexion sur l’histoire scolaire, est généralement qualifié de transposition didactique. Il décrit une interaction dynamique, et non pas une relation surplombante, entre une discipline relevant des sciences sociales et sa scolarisation. Continuer la lecture

“Images des comportements sous l’Occupation”. Un ouvrage collectif

Nous reproduisons ci-dessous, avec son accord, le compte rendu très complet que Cécile Vast a rédigé et publié sur son blog autour d’un livre auquel elle a contribué. Les notions de mémoires, de transmission et d’idées reçues figurent dans le sous-titre de l’ouvrage et en constituent la colonne vertébrale à propos d’un moment historique et d’une thématique qui demeurent l’objet de représentations dominantes qui sont problématiques et qui méritent d’être déconstruites, interrogées et mises à distance. Continuer la lecture

Trois “générations” de didactique

Dans un récent recueil d’articles réédités (Pourquoi et comment devenir didacticien?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016), Jean-Paul Bronckart évoque trois “générations” de didactique. Voyons ce qu’elles sont pour nous permettre de réfléchir à ce qu’il en est pour la didactique de l’histoire.

pourquoi-et-comment-devenir-didacticien Continuer la lecture