La formation scolaire et littéraire des témoins de la Grande Guerre

par Bruno Védrines, Université de Genève

« Les choses passées sont abolies, mais nul ne peut faire qu’elles n’aient été ». Si, selon Ricœur [1], il reste un espoir de trouver les traces de ce qui a été et d’amorcer ainsi la démarche historiographique, on ne peut s’empêcher de penser à toutes les difficultés pour que les choses soient dites, au point que dans certains cas, même si nul ne peut faire qu’elles n’aient été, elles n’existent toutefois pas.

Continuer la lecture

Fausses nouvelles et bobards, un thème pour l’histoire scolaire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg [1]

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 6, décembre 2015.

Le rapport entre histoire et témoignages relève de l’interaction constante entre histoire et mémoires et soulève la question de l’usage public de l’histoire et du passé, qui est souvent un mésusage. Comment les spécialistes de ce passé appréhendent-ils toutes ces expressions qui ne viennent pas forcément de leur sérail et qui troublent parfois la bienséance qu’ils aimeraient préserver dans leur tour d’ivoire ? Deux œuvres singulières, de l’historien Marc Bloch et du témoin et critique de témoins Jean Norton Cru, sont utiles pour travailler sur ces questions. Continuer la lecture