Un retour critique sur le centenaire de la Grève générale de 1918 en Suisse

Mis en avant

Le 14 mars 2019, à l’Université de Genève, le Collège du Travail, l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier et l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté de l’Université de Genève ont projeté un film sur la Grève générale en Suisse, 1918 : l’affrontement de la Grève générale, en présence de son réalisateur Frédéric Hausammann. Continuer la lecture

Les enregistrements d’une journée d’étude sur les répressions et déportations en Europe (1939-1945)

Une journée d’études à été organisée le 8 décembre 2018 à l’ÉHÉSS de Paris par la Fondation pour la mémoire de la déportation sur le thème des Répressions et déportations en Europe, espace et histoire, 1939-1945 (recherche et pédagogie).

Continuer la lecture

École laïque et religions. Évolutions des formes et des contenus en Suisse romande (XIXe-XXe siècles)

par Sarah Scholl (Université de Genève)

La mise en place de l’école laïque en Suisse est bien documentée au niveau de ses structures, mais il reste encore beaucoup à apprendre sur la présence et le traitement d’éléments religieux dans les différents cours. À un moment où la question des enseignements concernant les religions dans l’école publique se repose à frais nouveau, cet article s’interroge sur l’impact scolaire de la liberté religieuse, depuis son inscription dans la Constitution fédérale en 1874.

Continuer la lecture

Enseigner les faits religieux à l’école publique : pour une approche orientée sciences des religions

par Nicole Durisch Gauthier, Haute école pédagogique du canton de Vaud

Ce petit texte, qui fait suite à une intervention dans le cadre d’une journée d’études à l’Université de Genève [1] entend présenter de manière synthétique et personnelle quelques-uns des enjeux qui traversent actuellement cet enseignement. Il aborde notamment sa pertinence sociale, son ancrage disciplinaire, les modèles didactiques sous-jacents aux pratiques, ainsi que quelques aspects liés à ses contenus et démarches.

Continuer la lecture

Enseigner l’histoire des guerres. Introduction

par Valérie Opériol, Université de Genève

À l’occasion du centenaire du premier conflit mondial ont eu lieu à l’Université de Genève, du 14 au 16 mai 2014, des journées d’études de didactique de l’histoire autour de l’enseignement de l’histoire des guerres, et en particulier de la Grande Guerre, organisées par l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (ÉDHICE). Elles ont rassemblé plusieurs historien·nes et enseignant·es autour de la question de savoir comment transmettre l’histoire des conflits.

Continuer la lecture

La formation scolaire et littéraire des témoins de la Grande Guerre

par Bruno Védrines, Université de Genève

« Les choses passées sont abolies, mais nul ne peut faire qu’elles n’aient été ». Si, selon Ricœur [1], il reste un espoir de trouver les traces de ce qui a été et d’amorcer ainsi la démarche historiographique, on ne peut s’empêcher de penser à toutes les difficultés pour que les choses soient dites, au point que dans certains cas, même si nul ne peut faire qu’elles n’aient été, elles n’existent toutefois pas.

Continuer la lecture

Marc Ferro : « L’histoire, pour la rendre objective, il faut qu’elle soit plurielle. »

Au cours d’un récent entretien radiodiffusé en février 2018, Marc Ferro s’est exprimé sur son parcours et sa conception de l’histoire. Il a notamment insisté sur la nécessaire pluralité des sources et l’importance de les croiser pour pouvoir construire de l’histoire. Il a aussi évoqué ce qui distinguait l’histoire scolaire au service de l’unité nationale de l’histoire issue de la recherche, l’histoire fondée sur des mythes de l’histoire qui permet de comprendre les sociétés. Continuer la lecture

Contrer les idées reçues pour que l’histoire scolaire soit vraiment de l’histoire

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 9, juin 2017.

Dans la manière de penser l’histoire, il y a très grossièrement une ligne de partage entre deux positions, en simplifiant à l’extrême. Il y a ceux qui pensent l’histoire comme un monde en soi, c’est-à-dire comme une sorte d’absolu, presque comme une métaphysique, une histoire dont les acteurs sociaux sont absents ou ne sont que des figurants. Dans ce cadre, on peut penser que la place donnée à l’événement peut se limiter à une fonction de maillon dans un enchaînement de causalités avec ses logiques propres, dans une mécanique raisonnée qui peut expliquer « la marche » du temps. C’est une histoire qui se déroule en dehors, ou du moins à distance des acteurs sociaux. Au contraire, dans celle que j’essaie d’écrire, et qui découle nécessairement de mes préoccupations, je m’oblige à penser comment les acteurs sociaux pouvaient vivre l’histoire au moment où ils la vivaient, avec ce qu’ils croyaient en voir, ce qu’ils pouvaient percevoir, avoir et comprendre. Je ne dis pas qu’ils font l’histoire mais en tout cas, ils sont là, spectateurs passifs ou non. Et c’est parce qu’il est impossible de faire abstraction des acteurs sociaux que se pose le problème : est-ce qu’un événement ressemble à ce qu’il montre, à ce qu’il dit qu’il est ?

Pierre Laborie, « L’événement, c’est ce qui advient à ce qui est advenu… », entretien avec Pierre Laborie », Sociétés & Représentations, 2011 [1]. Continuer la lecture

Retrouver les discontinuités du passé, défataliser l’histoire, dépasser les idées reçues

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 8, décembre 2016.

L’enseignement de l’histoire, ses contenus et sa forme se distinguent de l’histoire académique par un processus de déconstruction, reconstruction et insertion dans un récit scolaire qui mène à transformer les savoirs scientifiques en des savoirs à enseigner. Ce postulat, qui constitue un fondement de la réflexion sur l’histoire scolaire, est généralement qualifié de transposition didactique. Il décrit une interaction dynamique, et non pas une relation surplombante, entre une discipline relevant des sciences sociales et sa scolarisation. Continuer la lecture

Apprendre de l’histoire pour être capable de discernement

par Laurence de Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 5, juin 2015.

L’actualité tragique du début de l’année 2015 a mis les institutions scolaires sur le devant de la scène. Il vaut dès lors la peine de se rappeler dans quels termes le grand historien Marc Bloch s’était inquiété des effets pernicieux des graves insuffisances qu’il constatait dans le système de formation de son pays, alors qu’il réfléchissait, avant sa fin tragique, aux conditions qui rendraient possibles une nouvelle société d’après-guerre.

Continuer la lecture

La Journée de la mémoire et ses pratiques scolaires. Une évocation critique

par Laurence De Cock et Charles Heimberg

Source : En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, revue de la FMD, n° 4, décembre 2014.

Depuis 2004, la date du 27 janvier, en souvenir de l’arrivée de l’armée Rouge dans les camps d’Auschwitz le 27 janvier 1945, a été progressivement instituée en Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité dans plusieurs pays, alors que d’autres ont opté pour d’autres dates. Comme toute commémoration, la Journée de la mémoire est une bonne occasion pour faire de l’histoire dans la classe ou dans l’espace public. Toutefois, son existence officielle suscite deux types de questionnements, le premier sur les liens souhaitables ou non entre commémoration et institution scolaire, le second autour de la focalisation discutable sur une date de « libération » qui, en réalité, ne marqua pas la fin de toutes les souffrances.

Continuer la lecture

La Résistance et le politique : échos d’une table ronde à Besançon en septembre 2015

publiés sous la direction de Cécile Vast (docteure en histoire)

L’histoire des idées et des courants politiques de la Résistance, comme celle des programmes et des projets élaborés dans la clandestinité, est une histoire connue et défrichée de longue date. On peut mentionner, à titre d’exemples, la thèse d’Henri Michel (Les courants de pensée de la Résistance, 1962) ou les travaux de Diane de Bellescize (Le Comité général d’Études dans la clandestinité, 1979) et de Claire Andrieu (Le Programme commun de la Résistance, 1984).

Depuis les années 1980, les recherches ont voulu insérer la Résistance dans une approche socio-culturelle. La publication en 2006 du Dictionnaire historique de la Résistance, ouvrage collectif dirigé par François Marcot, en reflète ainsi l’un des aboutissements. Les études les plus récentes s’inscrivent dans ce prolongement, et tentent d’appréhender le phénomène sous l’angle d’une histoire sociale et culturelle du politique. Continuer la lecture

L’intelligibilité du passé : une finalité d’apprentissage et des recherches qui la questionnent

par Charles Heimberg (Université de Genève)

La science historique fait l’objet de visions antagonistes qui ne sont pas sans conséquences pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire scolaire. En effet, d’un côté l’histoire est vue comme un récit linéaire, ses composantes s’enchaînant dans une construction narrative rétrospective qui suggère un double sentiment de cohérence et d’évidence ; de l’autre, elle est conçue comme une discipline scientifique, une science humaine et sociale, qui propose des questionnements et des clés de lecture pour interroger le monde d’hier et d’aujourd’hui et mettre à distance la plupart de nos certitudes. Continuer la lecture

Enseigner l’histoire de l’immigration pour questionner les appartenances identitaires

par Alexia Panagiotounakos (Université de Genève)

Introduction

En 2014, le peuple suisse est amené à voter à trois reprises sur des objets en lien avec la présence étrangères sur le territoire national. Les débats qui en découlent recourent notamment à des arguments émotionnels qui mettent en avant des valeurs suisses à préserver face à des cultures jugées trop différentes. Ces dernières sont considérées comme un risque pour l’identité helvétique car elles menaceraient une supposée pureté culturelle et introduiraient d’autres modes de penser et d’agir. Cette vision ethnique [1] de la nationalité tend à la considérer comme un ensemble de croyances et de pratiques immuables depuis les origines, imperméables aux influences étrangères : une réalité existant en soi et pour soi. Continuer la lecture

La perspective de genre dans l’enseignement de l’histoire

par Valérie Opériol (Université de Genève)

Introduction

Les savoirs que les disciplines scolaires choisissent de transmettre aux élèves ne sont pas fixes, mais évoluent au fil du temps. Ils connaissent en alternance des périodes de stabilité et des moments de profonds bouleversements (Chervel, 1988). Actuellement, l’enseignement de l’histoire est en proie à un renouvellement de ses contenus : il commence à intégrer une catégorie d’analyse définie il y a plus de vingt ans par les historiennes (Scott, 1988), celle du genre. On ne peut, pour l’heure, présager la profondeur et la durabilité de ce changement, mais il n’est pas inintéressant pour la didactique de l’histoire d’en examiner d’ores et déjà certaines finalités, modalités et effets. Continuer la lecture