La formation scolaire et littéraire des témoins de la Grande Guerre

par Bruno Védrines, Université de Genève

« Les choses passées sont abolies, mais nul ne peut faire qu’elles n’aient été ». Si, selon Ricœur [1], il reste un espoir de trouver les traces de ce qui a été et d’amorcer ainsi la démarche historiographique, on ne peut s’empêcher de penser à toutes les difficultés pour que les choses soient dites, au point que dans certains cas, même si nul ne peut faire qu’elles n’aient été, elles n’existent toutefois pas.

Continuer la lecture